Publié le 3 Janvier 2012

Beardsley 1872-1898, Aubrey, England The dancer s reward

 

Aubrey Vincent Beardsley, né le 21 août 1872 à Brighton et mort le 15 mars 1898 à Menton, est un illustrateur britannique, souvent associé au mouvement de l’Art nouveau. Sa carrière en tant qu'artiste débuta à la suite de sa rencontre avec le peintre préraphaélite Edward Burne-Jones, qui l'orienta vers la Westminster School of Art où Beardsley suivit l'enseignement du professeur Frederick Brown.

 

Il fit ses débuts d'illustrateur en faisant face à un travail colossal pour un jeune artiste, à savoir les cinq cents vignettes et illustrations pour Le Morte d'Arthur de Sir Thomas Malory.

Contemporain d’Oscar Wilde, il réalisa pour ce dernier des dessins pour sa pièce Salomé  . Le succès fut à la hauteur du scandale.

 

Dandy et moderniste, Aubrey devint célèbre pour avoir fondé un magazine innovant, The Yellow Book, dont il fut le directeur artistique des cinq premiers volumes avant que, associé à tort au scandale du procès d'Oscar Wilde, il ne soit renvoyé de son poste par son éditeur, John Lane.

 

Son plus grand succès fut certainement le somptueux travail qu'il accomplit pour The Rape of the Lock d'Alexander Pope et Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier.

 

Beardsley 1872-1898, Aubrey, England Enter Herodias

 

Beardsley 1872-1898, Aubrey, England John and Salome

 

Beardsley 1872-1898, Aubrey, England Isolde

Source: Wikipedia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART NOUVEAU

Repost0

Publié le 3 Janvier 2012

 

L'île de Nouvelle-Irlande fait partie avec la Nouvelle Bretagne de l'archipel Bismarck situé à l'Est de la Nouvelle-Guinée en Mélanésie. De 1880 à 1919 elle fut une colonie allemande, les allemands très intérrésé par la culture et l'art des îles ramenèrent de nombreux objets et témoignages de cette culture. Une grande partie de cette collection unique au monde est exposé au musée Dahlem-Kunst und Kulturen der Welt à Berlin.

Cette art qui au début fascinait les navigateurs et scientifique eu une influence importante sur les artistes européen du début du XXe siècle, l'expresivité des sculpture, l'inventivité des formes et des couleurs, le mélange des matières ouvraient de nouveaux champs d'exploration aux artistes, tel Emil Node, André Breton, Louis Aragon ou Paul Eluard dans la mouvence du suréalisme puis après guerre Roberto Matta et Arman.


 


La diversité de la production artistique de Nouvelle -Irlande est dut à la multiplicité des cultures, ont y trouve 22 langues différentes et chaque groupe a dévelloppé ses propres caractéristiques artistiques et rituels autour du culte des ancêtre et du rapport à la mort.

La cérémonie Malagan est l'un des rites les plus courant dans le nord de l'île, il met fin à la période de deuil et consacre le passage du mort dans le monde des esprits et le transfert de son énergie à l'un des menbres de son clan.

 


Les sculptures ont un rôle majeur dans ce rite, elle sont le symbole du passage du mort de notre monde à l'autre. Elle ne sont pas le portrait du mort mais plutôt une représentation symbolique.

 


Elles sont toutefois souvent spectaculaire et mêle plusieurs technique, certaines sont céré à partir d'un collage de nombreuses matières, bois, plumes, coquillage, os et forment un objet compact chatoyant, aux matières et couleurs multiples, d'autres plus classiques, en bois, peinte en rouge et noir sont somptueusement scupltées de motifs décoratifs, les variations sur cette techniques sont multiples et sans fin, elles sont toutes à la fois similaires et différentes. D'autres sculpture représentes des animaux de façoon stilisé et fantasmagorique.


Cet art existe toujours aujourd'hui, il reste une composante essentielle de la culture des îles.

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 1 Janvier 2012

Masque Fang,  Dalhem Ethnologisches Museum, Berlin

Les Fangs sont une communautée rassemblant une multitudes de peuples de l'actuel Cameroun, du Gabon et de la Guinée équatoriale.


Les masques Fang sont utilisés dans des confréries initiatiques. Ces masques représentaient l'âme de l'ancêtre revenu un temps chez les vivants pour les protéger. Ils sont très caractéristique, long, blanc, la face étirée présentent de tout petit yeux et une petite bouche, ou pas de bouche du tout et un nez très long. La représentation est réduite à l'essentiel.

Ces figures très stylisées influencerons fortement les artistes du début du XXe siècle, notamment Picasso.


Masque Fang,Musée des arts premiers, Louvre, Paris

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS PREMIERS AFRIQUE

Repost0

Publié le 1 Janvier 2012


Le Memorial aux victimes des guerres et tyrannies à Berlin est à l'origine la maison de la Garde du roi. Dessiné par l'architecte Schinkel, c'est un manifeste de l'architecture néo-classique. Inspiré des temples grecs, la simplicité et l'élégance des proportions en font un bijoux d'architecture. Il fut construit à la demande du roi de Prusse en 1816-1818, après l'occupation française sur l'artère principale  de Berlin, l'avenue de Linden, à proximiter du palais royale.


En 1950 il est transformé en Mémorial aux victimes, l'intérieur extrèmement dépouillé et simplement éclairer par une lanterne acceuille depuis 1993 une sculpture  de Kathe Kollwith. L'ambiance à l'intérieur est très particulière, l'absence de fenêtre, la lumière douce du plafond, le sol noir au calepinage irrégulier crée une ambiance de receuillement.



 

Photos: (c) Lankaart

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 1 Janvier 2012

 


La Place des Vosges à Paris, est la plus ancienne place royale de la capitale. Elle fut édiffié sur ordre du roi Henri IV de 1605 à 1612. A l'origine le centre de la place était entièrement dégagé et pouvait servir pour les parades, tournois, foires, duels et cérémonies, tel les fiançailles de Louis XIII et Anne d'Autriche.


Ces dimensions en font l'une des plus grandes place closes de Paris, 127 m. sur 140m. Son architecture est caractéristique de l'architecture urbaine de la renaissance en France, mélange de pierre et de briques, grand toit d'ardoise et galerie couverte au rez-de-chaussée. Les bâtiments autour de la place font deux étages et sont des immeubles de rapport, l'opération inaugure une pratique qui sera courante dans Paris, la réalisation d'opération urbaine de prestige bordée d'immeubles d'habitations ( ce sera le cas de la rue de Rivoli, de la place Vendôme, de la place des Victoires etc...). Deux pavillions plus haut se font face, ceux de la Reine et du Roi et marque les accès depuis les rues avoisinantes à la place.



 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 31 Décembre 2011

Rembrandt van Rijn 1606-1669, Harmensz, Netherlands autopor

 

Rembrandt van Rijn 1606-1669, Harmensz, Netherland-copie-1

 



Rembrandt, peintre hollandais né en 1606, est un être énigmatique et une figure majeure de la peinture du XVIIe siècle. Bien que sa production soit très variée, toute sa vie il cultivera une passion personnelle pour l’autoportrait. Sans relâche il se peindra, jeune, puis mature et enfin vieillissant, sans complaisance, relatant à la fois l’action du temps sur sa personne mais aussi l’évolution de son art de sa vision du monde et de l’être humain. Passionné, orgueilleux, sa vie est faite de […]

 

 

 



La leçon d'anatomie, 1632, Mauritshuis, La Haye Rembrandt a peint ce tableau en 1632, il a alors 26 ans et sa carrière commence. La scène représente le Docteur Nicolaes Tulp entouré d’un groupe de chirurgien. Le tableau fait partie d’une série de portraits de groupe commandés par la confrérie des chirurgiens. La leçon d’anatomie était un événement annuel exceptionnel, la dissection publique d’un criminel était un moment en soit. Rembrandt fait preuve d’un talent certain dans cette […]

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 30 Décembre 2011

maya uxmal palais du gouverneur (12)

 

Le palais du Gouverneur est l'un des plus beaux monuments du site d'Uxmùal au Yucatan. Il a été commandité par Chan Chaak K'ak'nal Ajaw et incarne l'apogée de l'architecture Puuc. Il est supporté par une énorme terrasse de trois étages, de 181 mètres sur 153. Sur la partie ouest de cette terrasse se dresse le soubassement proprement dit du Palais. On accède à la façade principale du bâtiment par un escalier situé sur le côté est de ce soubassement. Le Palais, long de 98 mètres, large de 12 mètres et haut de huit est divisé en trois parties, séparées les unes des autres par deux hautes arches en encorbellement construites en retrait. La partie supérieure de la façade est décorée de motifs géométriques (carrés, grecques, bandes croisées...), de masques de monstre terrestre et de personnages, qui forment une mosaïque de près de 20 000 éléments.

 

maya uxmal palais du gouverneur (14)

 

maya uxmal palais du gouverneur (11)

 

maya uxmal palais du gouverneur (10)maya uxmal palais du gouverneur
maya uxmal palais du gouverneur (13)maya uxmal palais du gouverneur (15)

 

Cette composition très élaborée converge vers une statue en haut-relief de Chan Chaak K'ak'nal Ajaw placée au-dessus de la porte centrale. La statue est encadrée d'une série de barres-serpent, un emblème de la royauté maya à l'époque classique. Le léger contre-fruit de cette partie de l'édifice accentue sa légèreté. On a émis l'hypothèse, sans qu'il n'en existe véritablement de preuve, que la grande terrasse sur laquelle se dresse le Palais avait été conçue pour un quadrilatère du même type que le Quadrilatère des Nonnes dont la réalisation aurait été abandonnée.

 

maya uxmal palais du gouverneur (2)

 

maya uxmal palais du gouverneur (16)maya uxmal palais du gouverneur (5)
maya uxmal palais du gouverneur (7)maya uxmal palais du gouverneur (6)

 

maya uxmal palais du gouverneur (8)

 

Le raffinement de ce bâtiment, considéré comme le chef-d'œuvre de l'architecture Puuc, suscite une admiration que John Lloyd Stephens a bien exprimée: «Il n'y a ni rudesse ni barbarie dans les formes ou les proportions de cette construction. Bien au contraire, l'ensemble frappe par la beauté et la symétrie de son architecture.». L'architecte américain Frank Lloyd Wright le considérait quant à lui comme un des monuments les plus remarquables du continent américain.

 

maya uxmal palais du gouverneur (3)maya uxmal palais du gouverneur (4)

 

Source: Wikipedia

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PRECONLOMBIEN, #MEXIQUE

Repost0

Publié le 30 Décembre 2011


L'église du Gesu Nuovo ( Jésus Nouveau) à Naples est le symbole de l'emprise des jésuites sur le religion catholique pendant la période baroque. Construite en 1584-1601, elle est dédié au nom de Jésus et à l'immaculé Conception de Marie, et reprend tous les canons de la contre- réforme.


C'est sa façade qui est certainement l'une des caractériqtique les plus prononcé de l'édifice, le décor en pointe de diamant, que l'on retrouve sur plusieurs édifices en Italie, donne à cette église un caractére originale et surprenant. A l'origine cétait la façade du palais des Sanseverino, princes de Salerne. Le palais acquis par les jésuites fut transformé en église.


L'intérieur est composé sur la base d'un plan en croix grecque, la décoration baroque de l'édifice est en phase avec le message de reconquête pronnée par l'église de la Contre-Réforme.





 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 29 Décembre 2011

Mayas Bonampak chambre 1 fresques (3)

Musée de la Culture Maya, Chetumal Mexique, reproduction.

 

Les peintures du site de Bonampak datent de 790 et furent réalisées sous la forme de fresques. L'absence de joint dans le plâtre indique que chaque pièce fut peinte d'une seule traite, pendant la courte période où le plâtre était humide. Elles portent la marque d'un maître, et de deux assistants compétents. Les trois pièces dépeignent avec beaucoup de réalisme une série d’événements. La première décrit les vêtements de prêtres et de nobles; une cérémonie où un enfant devient l'héritier d'une famille noble; un orchestre jouant de trompettes en bois, de tambours et d'autres instruments; des nobles discutant lors d'un débat.

 

La deuxième pièce montre une scène de guerre et la capture de prisonniers; puis ces mêmes prisonniers saignant des doigts, rituellement tailladés, assis devant le seigneur de Bonampak, Chaan Muan, richement vêtu. On suppose généralement que les prisonniers sont en train d'être préparés pour un sacrifice humain, même si les fresques ne le montrent pas. La troisième pièce dépeint une cérémonie, avec des danseurs aux costumes raffinés portant des masques représentant des dieux; le seigneur et sa famille plantent rituellement des aiguilles dans leurs langues, pour en verser le sang. Le texte hiéroglyphique qui accompagne les peintures date la scène et nomme les principaux participants.

 

Mayas Bonampak chambre 1 fresques (10)Mayas Bonampak chambre 1 fresques (11)
Mayas Bonampak chambre 1 fresques (15)Mayas Bonampak chambre 1 fresques (4)

 

Mayas Bonampak chambre 1 fresques (9)

 

Mayas Bonampak chambre 1 fresques (7)Mayas Bonampak chambre 1 fresques (2)

 

Mayas Bonampak chambre 1 fresques (6)

 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PRECONLOMBIEN, #MEXIQUE

Repost0

Publié le 29 Décembre 2011


Le Castro de Santa Trega en Galice est un village fortifié celte caractéristique de la période pré-romaine en Espagne. Il est Situé dans un site exeptionnel: A Guarda, au sommet d'une colline qui surplonbe l'embouchure du rio Mino, fleuve qui sépare aujourd'hui l'Espagne et le Portugal. A l'époque du castro le rio Mino était une artère de communication stratégique pour la région. Le castro controlait tout les mouvements commerciaux vers l'intérieur des terres.


Le village est composé de maisons circulaires caractéristique de l'époque, le soubassement de ces maisons est réalisé en bloc de granit, matéraiux de construction usuel dans la région. Certaines des maisons,  plus grande, devaient servir à la communautée. Un mur d'enceinte protégeait le village des agressions.  

Dès le Ier siècle av. JC le castro fut en contact avec les romains qui occupèrent peu à peu toute la région. A la fin du Ier siècle ap. JC le castro n'était plus occupé.




 

Photos:(c) Lankaart

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EUROPE AGE DU BRONZE et DU FER

Repost0