Publié le 1 Mars 2012

Bayon - Danseuses Apsaras -  Musée Guimet, Paris - Angkor XIIe. - Photos: Lankaart (c)
Bayon - Danseuses Apsaras -  Musée Guimet, Paris - Angkor XIIe. - Photos: Lankaart (c)

Bayon - Danseuses Apsaras - Musée Guimet, Paris - Angkor XIIe. - Photos: Lankaart (c)

Dans le Sanātana Dharma (सनातन धर्म) (Hindouisme), les Apsara sont des nymphes célestes d'une grande beauté, sorties des flots lors du barattage de la mer de lait. Ce sont les compagnes des Deva (entités bienfaisantes) autant que des Asura (démons). Elles symbolisent le plaisir des sens et de l'esprit. On dit qu'elle connaissent 64 manières d'éveiller les sens. Lorsqu'un ascète acquiert trop de pouvoirs, le dieu Indra lui envoie quelques Apsara, auxquelles il ne peut que succomber et en perdre ses pouvoirs.

Elles sont généralement représentées comme de belles jeunes filles aux courbes sensuelles, légèrement vêtues et aux seins nus. On a pris pour mauvaise habitude de désigner les divinités représentées en bas-relief sur les murs des temples khmers par le nom d'apsara mais s’appelant en réalité Devata.

Photos: (c) Lankaart

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Apsara

Bayon - Danseuses Apsaras -  Musée Guimet, Paris - Angkor XIIe. - Photos: Lankaart (c)

Bayon - Danseuses Apsaras - Musée Guimet, Paris - Angkor XIIe. - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART KHMER

Repost0

Publié le 29 Février 2012

 

Ash (3)

 

Victor Ash est un graffiti artiste parisien qui a démarré sa carrière artistique au debut des années 1980 en peignant à la bombe sur des palissades de travaux au Louvre et autour du musée d'art moderne Georges Pompidou à Paris. De 1983 a 1986, Ash se faisait appeler Saho puis Ash2.

 

En 1984, Ash est le premier a peindre dans le terrain vague mythique du métro Stalingrad ou de La Chapelle qui deviendra très vite un lieu de rassemblement pour le mouvement Hip Hop Parisien.

 

Ash a fait partie du groupe de graffeurs BBC (Bad Boys Crew) ou BadBc avec JayOne et Skki. Les BBC avec Bando, Mode2, Jonone, la force alphabétique (ex-PCP) sont considérés comme des précurseurs de mouvement graffiti en Europe. Inspiré par les styles de lettres des fresques du métro de New York, ils ont pour la plupart commencé par peindre leur nom à la bombe et à taguer dans le métro. Avec quelques pochoiristes comme Blek le rat et Miss.Tic ils représentent la première vague d'art de rue en Europe avant Banksy ou Zevs.

 

Les premiers graffs de Ash ont été publiés dans plusieurs ouvrages sur le sujet comme Spraycan Art de Henry Chalfant (en) et plus récemment dans le film Writers de Marc Aurèle ainsi que le reportage international BOMB IT.

 

Ash (2)

 

Ash

 

Source: Wikipedia

 



Benoît Sokal, né le 28 juin 1954 à Bruxelles, est un scénariste et dessinateur de bande dessinée. À partir de la fin des années 1990, Benoît Sokal est également devenu créateur de jeu vidéo en scénarisant et réalisant son premier jeu vidéo : L'Amerzone. Dans le domaine informatique, il assure être parmi les premiers à coloriser ses dessins à l’aide de l’ordinateur. Il découvre la 3D en 1996 et lance le projet de L’Amerzone (Prix Pixel-INA, catégorie “Jeu” au festival Imagina 99). Il est […]



Né en 1965, Tatsuyuki Tanaka est devenu un maître du manga au Japon. Après des premiers pas dans le Studio Yasuo Otsuka à Tokyo et une collaboration avec Otomo sur Akira en 1988 et Roujin Z en 1991 il est depuis 2003 et la sortie de son premier reccueil d'illustrations: Cannabis Works reconnu comme l'un des chefs de fil du mouvement japonais. Clamp CLAMP est une équipe féminine de mangaka. Leurs mangas sont en général des shōjo manga, mais elles se sont plus récemment essayées au seinen et […]

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS GRAPHIQUES BD XXe et XXIe

Repost0

Publié le 28 Février 2012


 

  Livre de Dimma saint luc

Saint-Luc

 

Le Livre de Dimma (manuscrit conservé au Trinity College de Dublin) est un évangéliaire du VIIIe siècle, rédigé en Irlande, à l'abbaye de Roscrea. Entre les Évangiles de Luc et de Jean, on y trouve également le texte de la liturgie pour l'administration du sacrement des malades.  

Le manuscrit porte la signature du scribe, Dimma MacNathi, à la fin de chacun des Évangiles. Ce Dimma était autrefois identifié à un évêque de Connor portant le même nom, mentionné par le pape Jean IV dans une lettre sur le pélagianisme en 640, mais rien ne permet d'appuyer cette interprétation. Les lettres initiales, trois portraits d'évangélistes et la représentation du symbole d'un autre évangéliste sont les seules enluminures du manuscrit.

Au XIIe siècle, une boîte richement ornée d'or fut fabriquée pour contenir le Livre de Dimma.  

 

Livre de Dimma saint marc

 

Ilustration: Visipix.com

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS BYZANTIN PALEOCHRETIEN ORTHODOXE et RUSSE

Repost0

Publié le 27 Février 2012

Marie-Claude Bugeaud
Marie-Claude Bugeaud

Marie-Claude Bugeaud

Agrégée d'ars plastiques, Marie-Claude Bugeaud enseigne à l'École supérieure des arts appliqués à Paris.

« Dans ses tableaux, des figures, des motifs, des signes, apparaissent, et se jouent de la ligne et du découpage. Carrés irréguliers, points, fleurs, nœuds, arabesques, entrelacs. Ces motifs empruntent des signes abstraits ou symboliques aux traditions primitives ou aux systèmes décoratifs : un détail pour le tout, une forme ondulée pour la chevelure, un pli pour la robe. Dans les œuvres récentes la couleur revient : des rouges carmins, des jaunes acides, des bleus lavés. Cette couleur constitue le support des signes, qui par ligne ou par masse, traversent le tableau.

Marie-Claude Bugeaud est un peintre de l'oscillation. Entre ligne et couleur, entre abstraction et allusion à quelques motifs- chevelure,bouche...- son travail avance. Des forces s'affrontent et trouvent, dans cet affrontement même, leur juste place. La légèreté des arabesques combat la noirceur des points. La concentration , la pesanteur des points viennent, contre cette légèreté-là, rappeler à l'ordre tragique du monde. »

Source: Wikipedia

Marie-Claude Bugeaud
Marie-Claude Bugeaud
Marie-Claude Bugeaud

Marie-Claude Bugeaud

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART CONTEMPORAIN

Repost0

Publié le 26 Février 2012

 

Jean-Pierre CeytaireJean-Pierre Ceytaire mask

 

Jean-Pierre Ceytaire (26 mai 1946 à Paris - ) est un peintre français qui expose ses œuvres depuis 34 ans.

 

Jean-Pierre Ceytaire 2Jean-Pierre Ceytaire Muse ecrase les tubes
  

Jean-Pierre Ceytaire femme voile

 

Jean-Pierre Ceytaire mains tendues abricots

 

Pour en savoir plus: http://www.ceytaire.com/

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS GRAPHIQUES BD XXe et XXIe

Repost0

Publié le 25 Février 2012

versailles tuby la france triomphante

 

Achevé entre 1679 et 1683, ce bosquet n’abrite aujourd’hui qu’une seule fontaine, La France triomphante, œuvre du sculpteur Jean-Baptiste Tuby. Pourtant, à l’époque de Louis XIV, un grand arc de triomphe s’élève et donne son nom à ce salon de verdure. Les fontaines de la Gloire et la Victoire qui se tenaient non loin de la première, n’ont pas traversé les époques, probablement fondues au XIXe siècle.

 

versailles tuby la france triomphante (3)

 

versailles tuby la france triomphante (2)

 

Photos: (c) Lankaart

Source: chateaudeversailles

 

 


 


Au départ du parcours apollinien, ce bassin met en scène le dragon Python, lancé par Junon à la poursuite de Latone, enceinte d'Apollon et d'Artémis. Le dragon devait empêcher Latone d'accoucher, afin de la punir de son union avec Jupiter. Il terrorisait la population de Delphes en veillant sur son oracle, consacré au départ à Thémis, déesse de la Justice. Le jeune Apollon le perca de ses flêches et se rendit maître de l'oracle nommée Pythie. Afin d'apaiser la colère de Gaïa, mère de […]


Aménagée par Le Nôtre entre 1680 et 1683, la Salle du Bal s’appelle aussi Bosquet des Rocailles, en raison des pierres de meulière et des coquillages rapportés des côtes africaines et malgaches sur lesquels l’eau ruisselle en cascade. Au centre, une « île » en marbre, aisément accessible, servait à la danse, art dans lequel s’illustrait Louis XIV. Les musiciens se tenaient au-dessus de la cascade et, en face, un amphithéâtre aux gradins recouverts de gazon permettait aux spectateurs de […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 25 Février 2012


L'église collégiale Notre-Dame-la-Grande à Poitiers est l'un des monuments les plus représentatif de l'art roman, chef-d'oeuvre de l'architecture elle est représentative de l'accomplissement d'un art religieux originale. Constrtuite au XIème siècle elle fut consacré en 1086. D'un plan très simple, une nef centrale et des collatéraux assez étroit elle est marqué par une recherche de la verticalité et de l'élencement propre à l'architecture du Poitou à l'époque. Les poteaux sont peints de couleurs vives, des fresques couvraient les murs de l'église, aujourd'hui une seule subsiste dans le choeur représentant l'apocalypse, cette décoration est également l'une des caractéristiques de l'architecture du sud-ouest de la France.


A l'extérieur le portail est décoré de scènes de la bible et les "pignons" qui encadre la façade principale donne un caractère original à l'édifice, cette façade date du XIIe siècle et se présente comme une oeuvre en soit, plus haute que le volume de l'église ne le nécessitte, elle est le support d'une décoration d'une grande finesse.







 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 24 Février 2012

Gainsborough Portrait of Mary Gainsborough

Tate Gallery, Londres, 1777

 

En 1774 Gainsborough et sa famille déménagèrent à Londres pour vivre à Schomberg House, Pall Mall. En 1777 il recommença à exposer à la Royal Academy, avec des portraits de célébrités de l'époque, notamment le frère et la belle-sœur du roi, le duc et la duchesse de Cumberland. Ces expositions se poursuivirent pendant 10 ans.

 

Illustration: (c) Visipix.com

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 23 Février 2012

 

Bernd et Hilla Becher usines paysages (5)

 

Bernd et Hilla Becher sont un couple de photographes allemands connus pour leurs photographies frontales d'installations industrielles. La démarche de Bernd et Hilla Becher consiste à photographier des ensembles industriels (usines, mines, châteaux d'eau…), en général à l'abandon (la plupart du temps en Europe, mais aussi aux États-Unis), avec une dimension documentaire et dans un esprit de catalogage. Ils procèdent selon une démarche scientifique dans le sens où leurs clichés sont classés, archivés selon la localisation géographique (Allemagne, Belgique, États-Unis…) ou les fonctionnalités (châteaux d'eau, hauts-fourneaux…) des bâtiments photographiés.

 

Pour donner à leurs photos ce caractère de documentaire « objectif », elles sont toutes prises sous la même lumière neutre (ciel couvert) et chaque photo d'une même série est composée de manière identique (angle de vue et cadrage).

 

Un caractéristique esthétique prédomine : les constructions apparaissent comme des formes géométriques ou tortueuses qui se répètent au long des séries. Il faut ajouter à cela l'utilisation du noir et blanc, d'un téléobjectif pour éviter les déformations et d'une chambre Linhof 8x10, ainsi qu'une présentation spécifique des œuvres (photo sous marie-louise blanche et cadre en plastique blanc), conservées au cours des années.

 

Bernd et Hilla Becher usines paysages (8)

 

Bernd et Hilla Becher usines paysages (3)

 

Bernd et Hilla Becher usines paysages (6)

 

Bernd et Hilla Becher usines paysages

 

Bernd et Hilla Becher usines paysages (7)

 

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PHOTOS XXe

Repost0

Publié le 22 Février 2012

Eos Memnon Louvre

 

Éos soulevant le corps de son fils Memnon, tondo d'une coupe attique à figures rouges de Calliadès (potier) et Douris, v. 490-480 av. J.-C., musée du Louvre

 

Mythologie

 

Dans la mythologie grecque, Éos est une Titanide, déesse de l'Aurore. Fille des Titans Hypérion et Théia, elle est la sœur d'Hélios (le Soleil) et de Séléné (la Lune).

 

Mariée à Tithon, elle conçoit Memnon et Émathion. Le pseudo-Apollodore explique qu'elle subit la jalousie d'Aphrodite pour avoir pris Arès comme amant : elle est condamnée à être toujours amoureuse. Elle a ainsi de nombreuses liaisons, notamment avec Orion, Céphale et le maître des Vents Éole (ou bien Astréos).

 

Elle est la personnification de l'Aurore. Habitant aux bords d'Océan, qui enserre le monde habité, elle quitte la couche de Tithon à la fin de la nuit et, sur son char, elle s'élance vers le ciel pour annoncer aux dieux la venue d'Hélios, son frère. Chez Homère, elle accompagne celui-ci dans sa course. Inversement, le soir, elle descend de l'Olympe pour rejoindre sa demeure, accompagnée par les Heures. Chez les tragiques, elle est identifiée à Héméra, divinité du Jour.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GRECE ANTIQUITE

Repost0