Publié le 18 Mars 2012

Nebamun, British Museum Londres

Ces splendides fresques proviennent de la tombe d'un "scribe et conteur de grain", fonctionnaire important à Thèbes, ancienne capitale de la Haute-Egypte. Bien qu'elles datent d'environ 1500 av. JC elles ont gardé toute leur fraicheur et nous raconte la vie au quotidien à cette époque, au bord du fleuve, dans les champs, au milieu des troupeaux. Le dessin des animaux et des plantes, le rendu des couleurs, tout nous démontre la qualité d'un art à son sommet.
 




 

Photos : (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 18 Mars 2012

                topor dessin planete sauvage Topor Hand Zonder titel 1976


"Je regarde autour de moi. Mon appartement est vaste, lumineux. Il règne un certain désordre apparent, mais il s'agit bien entendu d'un ordre supérieur. Beaucoup de livres, de bouteilles vides. Des objets d'art témoignent d'amitiés déjà anciennes. Des photos. Des morceaux de biscotte. Des insectes qu'on devine plutôt qu'on ne les voit. Un rouleau de papier hygiénique entamé. Est-ce que je vis seul ?"
Topor

Génie de l'humour noir et de l'impertinence, Roland Topor est un artiste aux multiples facettes, écrivain, scénariste, dessinateur ou encore affichiste. 

En 1962, il fonde avec Alexandro Jodorowsky et Fernando Arrabal le mouvement artistique 'Panique'. Relativement méconnue, son oeuvre littéraire compte néanmoins un nombre important de romans dont 'Les Masochistes' ou 'Le Locataire chimérique', adapté au cinéma par Roman Polanski en 1976. Auteur de pièces de théâtre comme 'L' Hiver sous la table' ou 'L' Ambigu', Topor s'associe avec son ami Jean-Michel Ribes pour créer la célèbre émission de télévision 'Palace' en 1988. Toujours pour le petit écran, mais pour un public enfant cette fois, Roland Topor est, avec Henri Xhonneux, à l'origine du Téléchat. Avec le même complice, le scénariste monte le projet de 'Marquis', une reconstitution libre et audacieuse de la vie du marquis de Sade, en 1989. Artiste à l'humour déconcertant et burlesque, Roland Topor dépasse son statut d'amuseur public pour proposer une oeuvre à l'univers singulier, marqué par les thèmes de la sexualité et de la mort.


 


TOPOR Roland Les quatre jambes
 Topor Pour Laura
 Topor la planete sauvage (2) Topor la planete sauvage
 TOPOR dessin topor[1]

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS GRAPHIQUES BD XXe et XXIe

Repost0

Publié le 18 Mars 2012

Norman Foster - Tour Sainte Mary Axe Londres - Photos: Lankaart (c)
Norman Foster - Tour Sainte Mary Axe Londres - Photos: Lankaart (c)

Norman Foster - Tour Sainte Mary Axe Londres - Photos: Lankaart (c)

Cette tour construite sur le site de l'ancien Baltic Exchange détruit par une bombe en 1992, est devenu une nouvelle icône du skyline londondien. Sa forme particulière en fait un objet singulier qui contraste avec l'ensemble des construction de la city, sans parler de la LLoyds de Rogers, complètement à l'opposé de cette démarche. Haute de 180 m de hauteur la tour comprend 6 atriums superposés, véritables jardins suspendus, qui desservent chacun 5 niveaux. Chaque niveau est décalé de 5 °, introduisant le motif de l’hélice qui donne toute son élégance à l'édifice. La façade de la tour est une double coque en verre qui permet la ventilation naturelle du bâtiment. La silhouette de l'édifice dans le paysage de Londres est facilement identifiable depuis tout point de la capitale. Ici, une fois de plus, l'architecte Norman Foster a démontré tout son talent.
 

Norman Foster - Tour Sainte Mary Axe Londres - Photos: Lankaart (c)
Norman Foster - Tour Sainte Mary Axe Londres - Photos: Lankaart (c)
Norman Foster - Tour Sainte Mary Axe Londres - Photos: Lankaart (c)

Norman Foster - Tour Sainte Mary Axe Londres - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART CONTEMPORAIN

Repost0

Publié le 18 Mars 2012

Sculpture Liao, British Museum Londres

Un Luhoan, est un sage bouddhiste qui a atteind le nirvana de son vivant. Il deviend dès lors un saint dans la tradition bouddhiste. Cette sculpture de taille réelle appartiend à un groupe de huit Luohan découvert dans une grotte à l'ouest du Yixian au Sud de Pékin.  La figure n'est pas à proprement parlé un portrait du sage mais plutôt une représentation idéalisé de la figure du sage bouddhiste, elle prolonge la tradition artistique des Tang, grand utilisateur de la céramique vernissé, à grande échelle. Les Liao sont une dynastie (907-1125) qui régna sur le nord de la Chine après l'éffondrement de la dynastie des Tangs, prolongeant la tradition de l'empire.


 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CHINE

Repost0

Publié le 17 Mars 2012

Rédigé par rafael

Publié dans #NATURALISME et IMPRESSIONISME

Repost0

Publié le 17 Mars 2012

Grande Tête desCyclades, Musée du Louvre, Paris

Cette grande tête des cyclades est originaire de l'île de Kéros, elle est un très bon exemple de la perfection et de l'extrème simplicité de l'art des cyclades au IIIe millénaires av. JC. Civilisation originale, contemporaine de la civilisation minoenne, son aire d'influence était très importante, on retrouve des sculpture des cyclades au Portugal et sur les bords du Danube.

La période la plus dynamique de cette civilisation est appellée Kéros-Syros du noms de deux îles de l'archipel, les villages importants commerces avec le monde méditérranéen et les statues abondent, toujours d'une grande simplicité on ne connait toujours pas leur signification ni leur utilité.

 

 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GRECE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 16 Mars 2012

Christo et Jeanne-Claude

Christo et Jeanne-Claude

Christo et Jeanne-Claude, communément Christo, est le nom d'artiste sous lequel est connue l'œuvre commune de Christo Vladimiroff Javacheff (né le 13 juin 1935 à Gabrovo en Bulgarie) et de Jeanne-Claude Denat de Guillebon (née également le 13 juin 1935 à Casablanca au Maroc et décédée le 18 novembre 2009 à New York, des suites d'une rupture d'anévrisme).

Ce couple d'artistes contemporains (« qui emballe la géographie et l'histoire ») s'est rendu célèbre par ses objets empaquetés. Naturalisés américains, ils vivent à New York dans le quartier de SoHo.

Ils utilisent le tissu pour créer des œuvres éphémères en « emballant » des paysages, des monuments, des lieux. Ils pratiquent ensemble le land art (ils entendent intervenir sur des lieux naturels, le « révéler en cachant »).

Christo et Jeanne-ClaudeChristo et Jeanne-Claude
Christo et Jeanne-ClaudeChristo et Jeanne-Claude

Christo et Jeanne-Claude

Les Christo réalisent un travail monumental et éphémère, c’est ce qui marque leur originalité, prendre autant de temps uniquement pour un résultat qui ne durera qu'un court laps de temps. Selon Albert Elsen, « aucun artiste de l’histoire n’a passé autant de temps à voyager pour se présenter lui-même ainsi que son œuvre. Le succès de ses projets auprès du public […] est dû pour une part non négligeable à sa facilité de contact et à ses dons naturels de pédagogue. Il fut le premier créateur à étudier de lui-même l’impact tant humain qu’environnemental de ses projets. La plupart des artistes pensent que l’éducation du public prend trop de temps au détriment de leur travail ». Pour Christo, « l’interactivité verbale avec le public » fait partie intégrante de sa créativité.Toujours selon lui, « son art est le résultat d’une réflexion et d’une intuition esthétique imposée à un environnement naturel et construit ». Pour certains, l’œuvre de Christo ne peut être comprise que lorsqu’on se retrouve face à l’œuvre et que l’on se rend compte de son impact. Pour les Christo, leur œuvre est faite pour impressionner le public et donner de nouvelles visions ainsi qu’un cri de liberté. Quand un monument est emballé, il recouvre une toute autre forme, une toute autre identité, un tout autre prestige : on ne le reconnaît plus. Les Christo recherchent une vision populaire, une popularité de leur art.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART CONTEMPORAIN

Repost0

Publié le 15 Mars 2012

Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye

 

L'émergence de l'art au paléolithique est un moment émouvant de l'histoire, premier instant de l'éveil de l'homme au monde sensible, premiers essais, premières représentations, et tout de suite des formes, des expressions très fortes. Dans cette production très riche, les petites figurines (entre 3 et 4 cm.) qui représentent ces venus sont les premières représentations humaines. Figures émouvantes, où le thème de la maternité prédomine, la femme réceptacle de la vie. Les hanches, le ventre, la poitrine, sont hypertrophiées, la tête et les autres membres étaient là de façon symbolique. L'utilisation finale de ces œuvres n'est toujours pas avéré, objets rituels, magique, symboliques ? Reste ces formes somptueuses, une ode à la femme.
 




Photos:(c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PREHISTOIRE

Repost0

Publié le 15 Mars 2012

 

                            

Il n'y avait pas l'être, il n'y avait pas le non-être en ce temps.

Il n'y avait ni l'espace, ni le firmament au-delà.

Quel était le contenu ? Où était-ce ? Sous la garde de qui ?

Qu'était l'eau profonde, l'eau sans fond ?

Ni la mort ni la non-mort n'étaient en ce temps,

point de signe distinguant la nuit du jour.

L'Un respirait sans souffle mû de soi-même :

rien d'autre n'existait par ailleurs.


A l'origine les ténèbres couvraient des ténèbres,

tout ce qu'on voit n'était qu'onde indistincte.

Enferme dans le vide, le Devenant,

l'Un prit alors naissance par le pouvoir de la chaleur...

Cette création, d'où elle émane,

si elle a été fabriquée ou si elle ne l'a pas été,

Celui qui veille sur elle au plus haut du ciel

le sait sans doute : ou bien ne le sait-il pas ?


(Rig-Veda 10, 129)

  

 

Le Rig-Veda fait partie intégrante des quatre Samhitas, livres saints de la religion védique, il rassemble des hymnes et des chantes religieux dédié aux dieux. A travers ces chants on a une image des dieux et de leurs différents attributs. Ces cantiques nous donnent également une idée de la vision du cosmos à cette époque. La poésie qui se dégage de ces textes est indéniable. Peu de témoignages restent aujourd’hui de cette civilisation, ces textes d’une grande beauté sont le témoignage d’une société évoluée qui pratique déjà l’introspection et la poésie.


Un des hymnes du Rig-Veda présente des éléments d’une cosmologie, une partie de ce texte nous questionne sur l’essence même du monde, et esquisse l’existence d’un absolu au-delà des hommes et des dieux.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE

Repost0

Publié le 15 Mars 2012

tawaraya Sotatsu estampes Tawaraya Sotatsu Wind Right edo era

 

Tawaraya Sotatsu est un peintre japonais du XVIIe siècle, mort en 1643. Son remarquable talent de dessinateur et de coloriste l’amena à reprendre des thèmes des rouleaux enluminés de l’époque Heian pour les reporter sur de grandes compositions décoratives à fonds d’or, dont de très beaux paravents. Sa production dénote une préciosité particulièrement poussée, créant un univers entre la peinture et la décoration.

 

Tawaraya Sotatsu egret and river

 

Tawaraya Sotatsu estampes edo

 

Tawaraya Sotatsu estampes edo (1)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0