Publié le 23 Mars 2012

Altes Museum, Berlin
 
Venus est une source d’inspiration inépuisable pour les sculpteurs de l’antiquité. Symbole de la beauté féminine, les sculpteurs grecs ont fait de l’exécution de son portrait un exercice de style, une quête du modèle idéal de la beauté féminine. On est loin de la réalité psychologique de certaines sculptures mais plutôt dans la quête d’un modèle divin loin des réalités de ce monde.

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GRECE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 23 Mars 2012


 

Tamerlan au cours de son règne couvrit l’Asie Centrale de nombreux bâtiments, on parle même de renaissance timouride pour évoquer cette période. C’est à Samarkand que les fastes de la cour et les œuvres du maître du monde persan étaient les plus nombreuses et c’est bien sûr à Samarkand que Tamerlan fit édifier le Mausolée de son petit-fils  Muhammad Sultan, mort à la bataille d’Ankara en 1402. : Le Gour-Emir. A sa mort en 1405 le conquérant fut inhumé dans le mausolée, somptueux complexe édifié à la gloire de la famille des Timourides. Partiellement détruit le complexe reste toutefois imposant et le bâtiment principal présente une somptueuse décoration extérieur et intérieur. Sa conception aurait influencé les architectes du Taj Mahal et de nombreux monuments funéraires. A l’intérieur les tombes très simples sont entourées d’une décoration complexe et d’une très grande beauté.





 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM RENAISSANCE, #CIMETIERES, #OUZBEKISTAN

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

La tour de l’or à Séville faisait partie du système défensif de la ville à l’époque musulmane, construite en 1220-1221, elle constituait un poste avancé sur le Guadalquivir. Des chaînes permettaient depuis la tour et la rive opposé de fermer l’accès au port pour d’éventuel agresseur.  De forme dodécagonale, elle est particulièrement élégante et présente un décor de céramique, une première en Andalousie à l’époque. La forme particulière de la tour est peut-être d’inspiration byzantine ou romaine. Aujourd’hui au bord du fleuve elle constitue l’un des plus beaux témoignages à Séville de la civilisation d’al-Andalus

"La Torre del Oro, espèce de tour octogone à trois étages en recul, crénelée à la moresque, dont le pied baigne dans le Guadalquivir auprès du débarcadère, et qui s’élance dans le bleu de l’air du milieu d’une forêt de mats et de cordages, termine heureusement la perspective de ce côté. Cette tour, que les savans prétendent être de construction romaine, se reliait autrefois à l’Alcazar par des pans de murailles que l’on a démolis pour faire place à la Christina, et supportait, au temps des Mores, une des extrémités de la chaîne de fer qui barrait le fleuve, et dont l’autre bout allait s’attacher en face à des contreforts de maçonnerie. Le nom de Torre del Oro lui vient, dit-on, de ce qu’on y enfermait l’or apporté d’Amérique par les galions."

 

Andalousie.- Cordoue, Séville

Théophile Gautier Revue des Deux Mondes, 1842



 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM CLASSIQUE

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Britisch Museum, Londres
 

Le Bugaku est un art de plein air en provenance de Chine, cette dans date du VIIIe siècle et est réglée par des principes strictes. Empreintes d’une grande solennité le Bugaku existe sous deux formes, l’une d’origine chinoise caractérisée par la lenteur des mouvements et des costumes somptueux, l’autre d’origine coréenne plus légère. 


Ces danses étaient pratiquées par l’aristocratie et était exécuté sur une estrade. Ils existent plus d’une soixantaine d’œuvre connu du Bugaku. Cette peinture représente une séance de répétition du Bugaku, sur un fond or les différents personnages se détachent avec une grande précision.



 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 23 Mars 2012


Cape en Or, British Museum, Londres
 

Découverte en 1833 cette cape en or est une pièce exceptionnelle qui une fois de plus nous démontre la qualité des œuvres d'orfèvrerie de l'Europe de l'âge du bronze. De part sa taille et la finesse du travail on est face à une œuvre unique. Elle date de -1900/-1600 av. JC, et on ne connait pas exactement sa fonction symbolique, parure de prêtre ou de femmes, signe de pouvoir ou objet associé à une pratique religieuse ? Le mystère reste entier.

 

(c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EUROPE AGE DU BRONZE et DU FER

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Sculpture Kanak, Musée des Arts Premiers, Louvre, Paris

Cette sculpture est le chambranle d'une grande maison cérémonielle, L'art Kanak attache une importance particulière au décor de ces grandes maisons, centre de la vie sociale et reigieuse. Les sculptures sont l'oeuvre d'artistes reconnu au sein du clan et dont la vocation et l'art sont protégés, ils font partie intégrante de la société.

La maison cérémonielle représente la personne du chef, mais aussi ce qui unie les clans au chef et par delà aux autres clans extérieurs au village. Cette maison existe de part sa relation avec les ancêtres qui seront représentés dans tout l'édifice et particulièrement sur les chambranles qui encadrent l'entrée dans la demeure. Dans ces sculptures ce qui compte c'est l'expression du visage, le corps est rendu sommairement, le visage lui est extrémement expressif, il est la représentation du chef. Dans la tradition après la mort de celui-ci, la maison et l'ensemble des sculptures étaient détruites.

 


Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

En 1811 le prince régent, futur Georges IV, confit à John Nash la réalisation d’une importante opération immobilière : la transformation du domaine de chasse royale situé au nord-est de Londres en une vaste propriété de rapport. John Nash imaginera un projet de très grande envergure autour de ce qui sera  Regent’s Park et notamment la construction autour de ce parc de plusieurs immeubles en terrasses.

De ce projet ambitieux, ne sera réalisé que le parc et quelques immeubles de rapport dont le complexe de Nash Terraces, parfait exemple de l’architecture néo-classique anglaise. Ici John Nash développe tout le vocabulaire architecturale qui lui est chère : colonnades monumentales, fronton de couleur, sculptures venant décorées la façade, larges fenêtres donnant sur le parc et création d’une terrasse artificiel au-dessus du niveau du parc garantissant à chaque appartement des étages des vues magnifiques sur le jardin et le soleil couchant. La parfaite rigueur géométrique de Nash donne à l’ensemble une grande élégance. Aujourd’hui ces immeubles accueillent la haute bourgeoisie anglaise dans un cadre unique.





 

Photos: (c) Lankaart

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Bronze Musée Dahlem Berlin. (c) Lankaart.
Bronze Musée Dahlem Berlin. (c) Lankaart.
Bronze Musée Dahlem Berlin. (c) Lankaart.

Bronze Musée Dahlem Berlin. (c) Lankaart.

Dans la région de l'actuel Nigéria, s'est développée l'une des civilisations les plus prestigieuses d'Afrique. L'art du bronze, dans la tradition des bustes d'Ifé qui leur sont antérieur, y est d'une très grande qualité plastique.

Le royaume du Bénin apparait au XIIIe-XIVe siècle et fédère plusieurs tribus Yoruba. Les fondeurs constituaient une caste à part dans la société, ils vivaient à la cour et bénéficiaient d'un traitement de faveur.

La production artistique est très importante : dans un premier temps, au du XIVe au XVIe siècle, les artistes du Bénin intègrent l'héritage d'Ifé et créent un art de type classique qui excelle dans les portraits en Bronze et les ivoires. Au XVIIe siècle, on atteint l'apogée d'un art original qui s'exprime sous différentes formes et formats : bustes, mais également bas-reliefs en bronzes dont certains ornaient le palais de l'Oba (le roi). Ces bas-reliefs sont particulièrement expressifs. On y trouve également les premières recherches de compositions des scènes par l'accentuation de certains personnages. Ces plaques illustrent la vie militaire et politique du royaume.

A partir du XVIIIe siècle, s'amorce un déclin lié à l'environnement politique qui change profondément les européens et monopolisent de plus en plus les activées commerciales : la traite a un impact direct sur la région.
L'art du bronze, au Bénin, est avant tout un art de cour au service de l'Oba et des grands dignitaires.

Toute la production artistique est faite pour honorer cette cours et fluctue en fonction des évolutions politiques et des goûts des monarques. L'art de l'ivoire, beaucoup plus diffus dans la société, échappe au formalisme de la cours et perdurera plus longtemps.

 

Bronzes et art du Royaume du Benin
Bronzes et art du Royaume du Benin

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS PREMIERS AFRIQUE

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Verre, Musée des antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye
 

La maîtrise des  techniques de production du verre est très ancienne, 2000 à 3000 av. JC., et trouve son origine en Mésopotamie. Par contre le soufflage qui va permettre une plus grande diversité des formes n’apparait qu’au premier siècle av. JC. La technique du verre soufflé permet de produire de grande quantité de récipients, verre et  vases, qui auront un grand succès dans l’empire romain. Les objets en verre de l’antiquité sont pratiques, peu chère et d’une grande utilité, le verre ne conserve pas le goût des aliments, donc son usage se répand dans les cuisines et les banquets. La production se diversifie et on voit apparaître les premières vitres au premier siècle de notre ère, on en trouvera des restes à Pompéi et Herculanum.
 


La variété des objets en verre que l’on peut trouver sur les différents sites de fouilles est toujours stupéfiante, particulièrement fragile, ils ont pour certains traversé les siècles comme par miracle. Dans tout l’empire l’usage du verre se démocratise, en Gaule la variété des pièces, des couleurs, des formes est toujours surprenantes.

 








 

Photos: (c) Lankaart
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROME ANTIQUITE

Repost0

Publié le 23 Mars 2012


 

Gabrielle d'Estrée était la favorite d'Henri IV à partir de 1591. Blonde au yeux bleue, la favorite ,d'une très grande beauté, faisait l'admiration de la cour.

 

« C’est une merveille, comment cette femme de laquelle l’extrême beauté ne sentait rien de lascif, a pu vivre en reine plutôt qu’en concubine tant d’années et avec si peu d’ennemis. Les nécessités de l’État furent ses seules ennemies ».

Agrippa d'Aubigné

 

Ce portrait de l'Ecole de Fontainebleau la représente à droite nu, la duchesse de Villars à gauche signifie par son geste qu'elle est enceinte du roi. Célèbre tableau il marque les début de la renaissance picturale en France, le sujet, la maîtresse du roi, la composition, deux femmes nus se faisant face, le geste, surprenant et inaccoutumé, brisent toutes les règles de l'art officiel ouvrant une nouvelle voie de liberté pour l'art en France.

 

Son projet de mariage avec le roi Henri IV ne put aboutir, mais son influence auprès de lui était certaine. Ayant déjà eu trois enfants adultérin du roi elle mourut enceinte du quatrième en 1599, beaucoup pensent et pensèrent qu'elle fut assassinée.

 

« Mon affliction est aussi incomparable que l'était le sujet qui me la donne. Les regrets et les plaintes m'accompagneront jusqu'au tombeau. La racine de mon cœur est morte et ne rejettera plus... »

 

Henri IV suite à son décès.


 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0