Publié le 23 Mars 2012

British Museum, Londres
 

Avalokiteshvara réside au Potala et est l’Etre de compassion,  celui qui sans cesse soulage les peines spirituelles et matérielles. Ses pouvoirs sont très étendus, et il est considéré comme une manifestation d’Amitabha, le bouddha qui règne sur la terre de la « béatitude ».

 

Sur cette sculpture du IXe siècle AP. JC provenant de l’est de l’Inde, il est représenté avec les attributs habituels du bodhisattva, les bijoux et le pagne serré à la ceinture et avec Tara et Bhrikuti, deux divinités bouddhiste de part et d’autre. L’élégance de la représentation est typique des styles hindouistes et bouddhistes de l’époque, empreints de douceur, de compassion et d’humanisme.


 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE BOUDDHISTE et JAIN

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Musée du Louvre, Paris
 

Ce chapiteau conservé au musée du Louvre ornait la salle d’audience, l’apadana, du palais de Darius Ier (522-486 av. JC.) à Suse. L’apadana était une grande salle hypostyle, l’ensemble des colonnes était surmonté de ce type de chapiteaux à double taureaux. L’ensemble colonne, embase et chapiteaux mesurait 20 mètres de hauteur, la salle était monumentale et écrasante pour les visiteurs du palais. Ce chapiteau est le symbole de la puissance de l’empire Perse et la symbiose des différentes influences, perses, grecs, lydiens ou égyptiens.




 

Photos: (c) lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #MESOPOTAMIE et PERSE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Ces deux sculptures proviennent de la façade occidentale de la collégiale Notre-Dame de Corbeil (Essonne). Reine de Saba ou reine Clotilde, Salomon ou Clovis, ces deux portraits monumentaux sont dans le pur style roman, tout en longueur, les drapées accentuent l’effet général.

 

  Musée du Louvre, Paris

 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Altes Museum, Berlin
 
Venus est une source d’inspiration inépuisable pour les sculpteurs de l’antiquité. Symbole de la beauté féminine, les sculpteurs grecs ont fait de l’exécution de son portrait un exercice de style, une quête du modèle idéal de la beauté féminine. On est loin de la réalité psychologique de certaines sculptures mais plutôt dans la quête d’un modèle divin loin des réalités de ce monde.

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GRECE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 23 Mars 2012


 

Tamerlan au cours de son règne couvrit l’Asie Centrale de nombreux bâtiments, on parle même de renaissance timouride pour évoquer cette période. C’est à Samarkand que les fastes de la cour et les œuvres du maître du monde persan étaient les plus nombreuses et c’est bien sûr à Samarkand que Tamerlan fit édifier le Mausolée de son petit-fils  Muhammad Sultan, mort à la bataille d’Ankara en 1402. : Le Gour-Emir. A sa mort en 1405 le conquérant fut inhumé dans le mausolée, somptueux complexe édifié à la gloire de la famille des Timourides. Partiellement détruit le complexe reste toutefois imposant et le bâtiment principal présente une somptueuse décoration extérieur et intérieur. Sa conception aurait influencé les architectes du Taj Mahal et de nombreux monuments funéraires. A l’intérieur les tombes très simples sont entourées d’une décoration complexe et d’une très grande beauté.





 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM RENAISSANCE, #CIMETIERES, #OUZBEKISTAN

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

La tour de l’or à Séville faisait partie du système défensif de la ville à l’époque musulmane, construite en 1220-1221, elle constituait un poste avancé sur le Guadalquivir. Des chaînes permettaient depuis la tour et la rive opposé de fermer l’accès au port pour d’éventuel agresseur.  De forme dodécagonale, elle est particulièrement élégante et présente un décor de céramique, une première en Andalousie à l’époque. La forme particulière de la tour est peut-être d’inspiration byzantine ou romaine. Aujourd’hui au bord du fleuve elle constitue l’un des plus beaux témoignages à Séville de la civilisation d’al-Andalus

"La Torre del Oro, espèce de tour octogone à trois étages en recul, crénelée à la moresque, dont le pied baigne dans le Guadalquivir auprès du débarcadère, et qui s’élance dans le bleu de l’air du milieu d’une forêt de mats et de cordages, termine heureusement la perspective de ce côté. Cette tour, que les savans prétendent être de construction romaine, se reliait autrefois à l’Alcazar par des pans de murailles que l’on a démolis pour faire place à la Christina, et supportait, au temps des Mores, une des extrémités de la chaîne de fer qui barrait le fleuve, et dont l’autre bout allait s’attacher en face à des contreforts de maçonnerie. Le nom de Torre del Oro lui vient, dit-on, de ce qu’on y enfermait l’or apporté d’Amérique par les galions."

 

Andalousie.- Cordoue, Séville

Théophile Gautier Revue des Deux Mondes, 1842



 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM CLASSIQUE

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Britisch Museum, Londres
 

Le Bugaku est un art de plein air en provenance de Chine, cette dans date du VIIIe siècle et est réglée par des principes strictes. Empreintes d’une grande solennité le Bugaku existe sous deux formes, l’une d’origine chinoise caractérisée par la lenteur des mouvements et des costumes somptueux, l’autre d’origine coréenne plus légère. 


Ces danses étaient pratiquées par l’aristocratie et était exécuté sur une estrade. Ils existent plus d’une soixantaine d’œuvre connu du Bugaku. Cette peinture représente une séance de répétition du Bugaku, sur un fond or les différents personnages se détachent avec une grande précision.



 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 23 Mars 2012


Cape en Or, British Museum, Londres
 

Découverte en 1833 cette cape en or est une pièce exceptionnelle qui une fois de plus nous démontre la qualité des œuvres d'orfèvrerie de l'Europe de l'âge du bronze. De part sa taille et la finesse du travail on est face à une œuvre unique. Elle date de -1900/-1600 av. JC, et on ne connait pas exactement sa fonction symbolique, parure de prêtre ou de femmes, signe de pouvoir ou objet associé à une pratique religieuse ? Le mystère reste entier.

 

(c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EUROPE AGE DU BRONZE et DU FER

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Sculpture Kanak, Musée des Arts Premiers, Louvre, Paris

Cette sculpture est le chambranle d'une grande maison cérémonielle, L'art Kanak attache une importance particulière au décor de ces grandes maisons, centre de la vie sociale et reigieuse. Les sculptures sont l'oeuvre d'artistes reconnu au sein du clan et dont la vocation et l'art sont protégés, ils font partie intégrante de la société.

La maison cérémonielle représente la personne du chef, mais aussi ce qui unie les clans au chef et par delà aux autres clans extérieurs au village. Cette maison existe de part sa relation avec les ancêtres qui seront représentés dans tout l'édifice et particulièrement sur les chambranles qui encadrent l'entrée dans la demeure. Dans ces sculptures ce qui compte c'est l'expression du visage, le corps est rendu sommairement, le visage lui est extrémement expressif, il est la représentation du chef. Dans la tradition après la mort de celui-ci, la maison et l'ensemble des sculptures étaient détruites.

 


Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

En 1811 le prince régent, futur Georges IV, confit à John Nash la réalisation d’une importante opération immobilière : la transformation du domaine de chasse royale situé au nord-est de Londres en une vaste propriété de rapport. John Nash imaginera un projet de très grande envergure autour de ce qui sera  Regent’s Park et notamment la construction autour de ce parc de plusieurs immeubles en terrasses.

De ce projet ambitieux, ne sera réalisé que le parc et quelques immeubles de rapport dont le complexe de Nash Terraces, parfait exemple de l’architecture néo-classique anglaise. Ici John Nash développe tout le vocabulaire architecturale qui lui est chère : colonnades monumentales, fronton de couleur, sculptures venant décorées la façade, larges fenêtres donnant sur le parc et création d’une terrasse artificiel au-dessus du niveau du parc garantissant à chaque appartement des étages des vues magnifiques sur le jardin et le soleil couchant. La parfaite rigueur géométrique de Nash donne à l’ensemble une grande élégance. Aujourd’hui ces immeubles accueillent la haute bourgeoisie anglaise dans un cadre unique.





 

Photos: (c) Lankaart

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0