Publié le 28 Juin 2012

Altemuseum Berlin
 

Raphaël (1483-1520) est un peintre romain majeur, initiateur d’une véritable école de peinture. Il représente l’équilibre, la sérénité, une beauté idéale faite d’un équilibre très subtile entre la couleur, la lumière et le dessin. Les madones de Raphaël sont l’exemple le plus aboutie de cette approche, empreinte d’optimisme et d’un émerveillement sacrée.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0

Publié le 28 Juin 2012

Musée des arts premiers, Louvre. (c) Lankaart.
 

Cette sculpture du dieu gou est la seule effigie en fer de taille humaine issue de l’art africain. Gou est une divinité Vodum du métal, des forgerons et de la guerre au Bénin. Originaire de Doumé elle fut volée lors d’une expédition par le roi Glélé qui l’installa dans son palais royal. La France en fit l’acquisition après l’occupation du royaume du Dahomey.

 

Gou est coiffé d’un plateau destiné à recevoir les offrandes et les sacrifices, il est orné de la représentation symbolique de 11 outils en fer, attributs du dieu dont : une lance pour la guerre, une houe pour l’agriculture et un hameçon pour la pêche.

 

La sculpture originale est très contrasté le corps imposant repose sur des jambes fluettes, le métal à certains endroits est polie à d’autres laissé brut. Le créateur de l’œuvre Akati Ekplékendo fut capturé avec l’œuvre par les troupes du roi, il offre ici une des œuvres les plus complètes de l’art africain.

 

Photos: Lankaart (c)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS PREMIERS AFRIQUE

Repost0

Publié le 28 Juin 2012

Masque Senoufo, fondation Barbier-Muller Genève. (c) Lankaart.

 

Les Sénoufos (ou Siéna) constituent une ethnie africaine, présente au Burkina Faso, dans le sud du Mali (principalement dans la région de Sikasso) et en Côte d'Ivoire (au nord, autour des villes de Boundiali et Korhogo). Les Sénoufos sont essentiellement des paysans qui cultivent le riz, le mil, le maïs, l'igname, le manioc et le thé.  Les villages sénoufos sont gouvernés par un conseil des anciens. Dès l'âge de 7 ans, les Sénoufos sont initiés et éduqués. La théologie senoufo est basée sur Koulotiolo, dieu puissant et Katielo, déesse mère. Les sociétés initiatiques, dont le poro est la plus importante, jouent un rôle déterminant dans la vie des Sénoufos.


La fabrication d'un masque chez les Sénoufo ne s'entoure au début ni de mystère ni de sacré. Fabriquer un masque, un tabouret, un mortier demande au sculpteur le même type d'attention. Le masque n'est qu'un objet de bois à la base. Il ne deviendra sacré que le jour où il sera dansé dans un contexte liturgique. Pour ce faire le masque objet est associé à un costume, et à des ornements. les attitudes propres à la danse, le halo de mystère,de puissance, de connaissances occultes qui accompagne le masqueLa puissance du masque se révèle lors des danses exécuté à l'occasion des grandes fêtes qui ponctuent la vie du village.

Le masque guidera l'homme Sénoufo dans toutes les phases initiatiques du Poro ou lors des funérailles. Certains masques participent aussi à des distractions publiques

 

Photos: Lankaart (c)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS PREMIERS AFRIQUE

Repost0

Publié le 27 Juin 2012

Fra Fillipo Lippi MadonneParis Musée du Louvre
 

La grande innovation de ce retable, outre le dosage magistral de la lumière - diffuse, atmosphérique - consiste dans la conception même de la scène, laquelle semble se dérouler dans une atmosphère réelle extrêmement raffinée bien que la composition reste très classique. À l'arrière-plan, à gauche, dans le mur enrichi de panneaux de marbre veiné, l'on entrevoit une fenêtre ouverte, et à travers la fenêtre un vrai ciel, avec des nuages. Filippo montre une sensibilité particulière aux éléments iconographiques les plus proches de son époque.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0

Publié le 26 Juin 2012

null

 

 

                

"Douce fierté des cœurs, grâce noble des choses

Qui brillent dans les yeux, les velours et les bois,

Beau langage élevé du maintien et des poses

- Héréditaire orgueil des femmes et des rois ! –

Tu triomphes, Van Dyck, prince des gestes calmes,

Dans tous les êtres beaux qui vont bientôt mourir,

Dans toute belle main qui sait encore s’ouvrir ;

Sans s’en douter – qu’importe ? – elle te tend les palmes !

Halte de cavaliers, sous les pins, près des flots

Calmes comme eux – comme eux bien proches des sanglots

Enfants royaux déjà magnifiques et graves,

Vêtements résignés, chapeaux à plumes braves,

Et bijoux en qui pleure – onde à travers les flammes –

L’amertume des pleurs dont sont pleines les âmes

Trop hautaines pour les laisser monter aux yeux ;

Et toi par-dessus tous, promeneur précieux,

En chemise bleu pâle, une main à la hanche,

Dans l’autre un fruit feuillu détaché de la branche,

Je rêve sans comprendre à ton geste et tes yeux.

Debout, mais reposé, dans cet obscur asile,

Duc de Richmond, ô jeune sage ! – ou charmant fou ? –

Je te reviens toujours : un saphir, à ton cou,

A des feux aussi doux que ton regard tranquille. "

 

Proust

 


 


Peintre spécialisé dans la nature morte, Frans Snyders réalisa l'essentiel de son œuvre dans sa ville natale, Anvers. Il était le contemporain et l'ami de Van Dyck, qui une fois de plus dans ce tableau fait preuve d'une grande psychologie dans la représentation du couple. Rembrandt - Portrait de Nicolaes Ruts New York, Frick Collection.. (c) Visipix.com Rembrandt a pratiqué le portrait peint ou gravé tout au long de sa carrière. Ses dessins montrent une grande faculté à saisir la […]

 

 


 


Les préparatifs du martyre de Saint-Sébastien, au Musée du Louvre, à Paris. (c) Visipix.com C'est l'une des premières oeuvres de Van Dyck encore influencé par la peinture Baroque de l'époque. Récit : À Rome, Saint-Sébastien est pris en affection par les empereurs Dioclétien et Maximien Hercule qui le nomment capitaine de la garde prétorienne, ignorant qu'il est chrétien. On rapporte que Sébastien encouragea dans leur foi et au glorieux martyr deux prisonniers chrétiens, les frères Marc et […]

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 24 Juin 2012

Ingres Madame Moitessier

 

Ingres réalisa deux portraits de Madame Moitessier , née Marie-Clotilde-Inès de Foucauld (1821–1897). L'un, portrait de Madame Moitessier debout, peint en 1851, est à la National Gallery of Art de Washington ; l'autre, où elle est assise, peint en 1856, est à la National Gallery de Londres.

 

Celui de Londres est le portrait le plus coloré du peintre. La robe lui permet de jouer avec les contours et les volumes. On remarque également le jeu de miroir.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 20 Juin 2012

Cezanne nature morte aux cranes (2)

 

Pour Cézanne, la nature morte est un motif comme un autre, équivalent à un corps humain ou à une montagne, mais qui se prête particulièrement bien à des recherches sur l'espace, la géométrie des volumes, le rapport entre couleurs et formes : « quand la couleur, est à sa puissance, la forme est à sa plénitude » disait-il.

 Cezanne nature morte aux cranes

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 19 Juin 2012

raphael christ sur le chemin de croix

 

Le Portement de Croix (en italien : Andata al Calvario soit « la montée au Calvaire ») ou souvent Lo Spasimo di Sicilia est une peinture à l'huile sur bois transférée sur toile (318 x 229 cm), datant de 1516-1517 environ, du peintre Raphaël, conservée au Musée du Prado de Madrid.

 

Jésus Christ, tombé, soutient sa croix du bras droit, l'autre main posée sur un rocher dans le centre bas du tableau. À droite, un groupe de femmes s'adresse à lui : sa mère, vêtue de bleu, les bras tendus ; une femme (Marie-Madeleine ?) plus à droite, à genoux, soutient Marie ; on distingue trois autres femmes derrière ce groupe. Comme elles portent toutes une auréole, on peut les assimiler à des figures saintes (les autres Marie entre autres).

 

Derrière ce groupe de femmes, remontant vers le haut de la composition, un groupe soldats, à cheval, équipés de lances est guidé par leur chef, montrant Jésus de son bâton ou rouleau. Ils sont prolongés vers le haut du tableau par des éléments architecturaux : pilastres, bord de monuments.

 

Sur la gauche du Christ un soldat à pied tire de ses deux mains une corde tendue et attachée à Jésus ; derrière lui, un autre soldat équipé d'une lance la pointe vers Jésus, sa main gauche appuyée sur la Croix entrecroise celle de Simon de Cyrène qui aide Jésus à se relever. Derrière eux vers le haut un cavalier déploie un oriflamme rouge marqué deux lettre grecques dorées.

 

Au centre exact du tableau un soldat est visible derrière son bouclier. Le fond du tableau expose un paysage collinaire menant au Golgotha où l'on aperçoit les deux croix déjà dressées des larrons. Une procession y mène, dévoilant le reste du chemin à parcourir. Le ciel bleu est entrecoupé de nuages gris. Deux arbres encadrent le mont du Crâne, entre la bannière rouge à gauche et architecture à droite.

 

Jésus, sur le chemin de son « Calvaire », tombant sous le poids de sa croix, provoque chez sa mère un spasme d'agonie qui donne le nom au tableau : Lo Spasimo. Toutes les émotions de la peinture sont concentrées à l'avant-plan et le fond est semblable à celle d'un décor de théâtre avec des groupes éloignés des personnes et des croix présageant la suite du calvaire.

 

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0

Publié le 18 Juin 2012

 
nullnull
 

 
                           
"Temple à l’amour, à l’amitié, temple du courage
Qu’une marquise a fait élever dans son parc
Anglais, où maint amour Watteau bandant son arc
Prend des cœurs glorieux pour cibles de sa rage.
Mais l’artiste allemand – qu’elle eût rêvé de Cnide ! –
Plus grave et plus profond sculpta sans mignardise
Les amants et les dieux que tu vois sur la frise :
Hercule a son bûcher dans les jardins d’Armide !
Les talons en dansant ne frappent plus l’allée
Où la cendre des yeux et du sourire éteints
Assourdit nos pas lents et bleuit les lointains ;
La voix des clavecins s’est tue ou s’est fêlée.
Mais votre cri muet, Admète, Iphigénie,
Nous terrifie encore, proféré par un geste
Et fléchie par Orphée ou bravé par Alceste
Le Styx, - sans mâts ni ciel – où mouilla ton génie.
Gluck aussi comme Alceste a vaincu par l’Amour
La mort inévitable aux caprices d’un âge ;
Il est debout, auguste temple du courage,
Sur les ruines du petit temple à l’Amour."
  
Proust 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 17 Juin 2012

Pontormo Joseph et jacob en egypte (2)

 

Jacopo Carrucci (Pontorme, près d'Empoli, 24 mai 1494 - Florence, 2 janvier 1557), connu sous le nom de Jacopo da Pontormo, ou plus simplement le Pontormo, est un peintre italien de l'école florentine et l'un des représentants les plus importants du mouvement maniériste dans la peinture du XVIe siècle.

 

Bible - Genèse - chap. 37 :

 

Jacob demeura (avec ses douze fils) dans le pays de Canaan où avait séjourné son père. Il affectionnait particulièrement Joseph et son dernier né : Benjamin tous deux enfants de la belle Rachel qui avait séduit le cœur de Jacob au pays de son oncle Laban à Paddan-Aram. (Syrie)

 

Après avoir travaillé sept années au service de Laban, Jacob crut recevoir la main de Rachel en remerciement, mais son oncle lui dit (ch 29) : " ce n'est pas la coutume de donner la cadette avant l'aînée... " Hélas, Léa n'était pas aussi jolie que sa sœur Rachel. Jacob épousa donc Léa et se remit sept années au travail chez son oncle Laban pour recevoir enfin la main et le cœur de la belle Rachel qu'il désirait particulièrement.

 

Un jour Jacob rassembla les bêtes acquises durant vingt années de travail chez Laban, ses deux épouses et leurs deux servantes (Genèse ch 31) et s'en retourna vers Canaan. Mais Rachel qui était très attachée aux divinités de son enfance subtilisa les théraphim (images de divinités païennnes appartenant à son père Laban)

 

A son retour Laban constate la disparition des images et courut rattraper la caravane de Jacob qui ignorait tout de ce détournement de son épouse préférée, Ayant fait la paix avec son neveu, Laban s'en retournera chez lui sans les images... C'est un bel exemple de tolérance religieuse que nous donne la Bible.

 

Rachel qui fut longtemps stérile, donna à Jacob dans sa vieillesse deux enfants : Joseph et Benjamin (le dernier né des douze fils) Un jour Joseph eut un songe (chap. 37) qu'il raconta d'abord à ses frères, puis à son père Jacob :

 

Nous étions entrain de lier des gerbes et voici le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi, Jacob réprimanda Joseph en lui disant c'est absurde cela signifierait que moi et tes frères nous devrions nous prosterner devant toi ? Jacob resta très perplexe de cet étrange songe, mais jaloux les frères de Joseph se mirent à comploter contre lui.

 

Bible - Genèse chap. 37 / 39 :

 

Et ses frères le vendirent pour vingt sicles d'argent une caravane de madianites qui l'emmena en Egypte pour le revendre sur un marché d'esclaves. Ce fut Potiphar, chef des gardes et officier de Pharaon qui l'acheta pour l'établir comme gestionnaire de sa maison.

 

Lorsque les sept années de vaches grasses furent écoulées, arrivèrent les sept années de vaches maigres en Egypte et dans tous les pays d'alentours.

 

Bible - Genèse - chap. 42 :

 

Jacob voyant qu'il y avait du blé en Egypte dit " - J'ai appris qu'il y a du blé en Egypte, descendez-y pour en acheter afin que nous ne mourions pas de faim. Jacob envoya ses dix enfants, mais garda Benjamin le plus jeune auprès de lui.

 

Mais Jacob qui croyait avoir définitivement perdu Joseph ne voulut pas laisser partir son dernier né Benjamin. Mais lorsque tout le blé amené d'Egypte fut épuisé, Jacob qui ne voulait pas voir ses enfants mourir de faim, consentit enfin à les laisser retourner en Egypte en emmenant Benjamin avec eux.

 

Bible - Genèse 43 :

 

Lorsque Joseph arriva et vit Benjamin, il se cacha pour pleurer, puis il demanda des nouvelles de leur père et ils répondirent que malgré sa vieillesse, sa santé était bonne.Puis Joseph fit servir à manger à ses frères. Pendant ce temps, Joseph ordonna à son intendant de remplir leur sac de blé, d'y déposer l'argent et de camoufler une coupe royale dans le sac de Benjamin.

 

Bible - Genèse - 45 :

 

Joseph les voyant dans un tel état d'affliction, ordonna de faire sortir tout le monde sauf le groupe d'étrangers. Puis le visage rempli de larmes il s'écria : je suis JOSEPH votre frère que vous avez vendu pour être emmené en Egypte.

 

Voilà deux années que sévit cette terrible famine et elle durera encore cinq années. C'est Dieu qui a voulu que les choses arrivent ainsi, afin qu'étant nommé gouverneur d'Egypte, je puisse protéger ma famille de la terrible sécheresse.

 

Lorsque Pharaon apprit que Joseph avait retrouvé sa famille, il se réjouit de cette joyeuse nouvelle et il les exhorta à ramener leur père de Canaan pour venir s'installer en Egypte.

 

Pontormo Joseph et jacob en egypte

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0