Publié le 2 Juillet 2012

 null

 

 

Les Lumières de la ville est au même titre que les Temps modernes un long adieu que Charlie Chaplin fait au cinéma muet. Ces deux films sonores, sans dialogue, précèdent son premier film parlant, Le Dictateur.

 

La sauvegarde de la pantomime s'accompagne d'un refus de la technologie du parlant. L’intérêt visuel et gesticulant du personnage doit l’emporter sur une mobilité plus restreinte due à la parole qui positionne davantage dans l’immobilisme.

 

Chaplin désire également conserver la suprématie du mouvement pur, l’apport de la voix risquant de démasquer dans le personnage une seconde nature.

 


Nosferatu le Vampire - L'intégrale



Nosferatu, une symphonie de la terreur (en allemand Nosferatu, eine Symphonie des Grauens) est un film muet allemand de 1922, réalisé par Friedrich W. Murnau. Il s'agit de la première adaptation filmée du roman Dracula de Bram Stoker, bien qu'elle fut non autorisée. Il s'agit de l'un des premiers films d'horreur, genre dont il est un des pionniers et il est considéré comme l'un des grands chefs d'oeuvre du cinéma expressionniste allemand. Source: Wikipedia Otto Dix - Der Krieg la guerre […]

 

 

 

 

 

 


Charlie Chaplin - Les temps modernes 1936



Au fil des années, les durées des films de Chaplin s’allongent ainsi que celles des tournages et de l’intervalle qui sépare deux oeuvres. (Le tournage des Temps modernes dura dix mois et cent mille mètres de pellicule environ furent impressionnés.) Parallèlement, I’ambition et l’universalité de l’auteur augmentent, mais pas toujours son succès (celui des Temps modernes sera très mitigé à l’époque). Inspiré très partiellement par A nous la liberté de René Clair, Chaplin livre ici une grande […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CINEMATHEQUE

Repost0

Publié le 2 Juillet 2012

Le Théâtre de Marcellus est l'un des vestiges les plus étrange de la Rome Antique, édifié au Sud du Champ de Mars et ouvert en 13 av. JC, il fut transformé en palais au moyen-age ce qui explique sa configuration actuelle, seul reste visible sa façade, le reste a disparu sous les habitations et le palais. Deuxième théâtre en pierre de Rome il pouvait accueillir 15 000 spectateurs. Sa façade est du plus pur style antique, l'ordonnancement très simple en fait l'un des plus beau exemple d'architecture antique de Rome.


 

Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROME ANTIQUITE

Repost0

Publié le 1 Juillet 2012

France Orange le theatre (6)

 

La ville d’Orange dans le sud de la France fut fondée en 40 av. JC par les vétérans de la IIe légion de César. Elle avoir pour nom à l’époque : Arausio. Elle connut une grande période de prospérité pendant l’empire, notamment sous le règne d’Auguste au Ier siècle AP. JC ont seront édifié plusieurs bâtiment dont le Théâtre, œuvre majeur de l’époque romaine et l’un des mieux conservé.

 

Le théâtre d’Orange est construit sur la base du modèle classique des théâtres de l’empire à l’époque : des gradins en hémicycles sont construit en partie sur la colline Saint-Eutrope, ils peuvent accueillir jusqu’à  9 000 personnes. Les spectacles étant gratuit la position dans le théâtre de la population n’était pas laisser au hasard, en bas on trouvait les personnalités civiles et militaires, au milieu les artisans et petit propriétaires, en haut le peuple et la plèbe. On accédait aux tribunes par des vomitoriums conçu pour séparer les différents flux en fonction des classes sociales.

 

France Orange le theatre (4)

 

Le mur de scène est l’élément le plus spectaculaire du théâtre, il mesure 103m de long sur 37m. De haut, très bien préservé il confère à l’ensemble une acoustique unique. Largement décoré de marbre à l’origine il constituait le fond du décor de toutes les pièces. Aujourd'hui ne subsiste que quelques colonnes et la statue de l’empereur au centre. La grande porte au centre était réservée aux acteurs principaux, les portes latérales aux seconds rôles, les figurants et les chœurs accédant à la scène par les bas côtés.

 

Une immense toile était suspendue depuis le haut du mur de scène et protégeait les spectateurs des ardeurs du soleil.

 

France Orange le theatre (5)

 

France Orange le theatre (2)

 

France Orange le theatre (3)

 

Photos: Lankaart (c)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROME ANTIQUITE

Repost0

Publié le 30 Juin 2012

Bronzino orrait de jeune femme

 

Vers 1518 (probablement dès 1515), Bronzino l'apprenti du Pontormo, qui l'aurait représenté (d'après Giorgio Vasari) dans son tableau Joseph en Égypte (assis sur une marche); il le suit ensuite à la chartreuse de Galluzzo où il s'est réfugié pendant la peste.

 

Devenu peintre indépendant, il fait ses premiers portraits à la cour d'Urbino.

 

À Pesaro, il décore la villa impériale puis revient à Florence ou Pontormo le réclame pour des portraits (comme ceux d'Ugolino Martelli, de Bartolomeo Panciatichi et de sa femme),

 

Bronzino portrait de lucrece

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0

Publié le 30 Juin 2012

Grece Epidaure

 

Le théâtre d'Épidaure est le mieux conservé et passe pour le plus accompli de tous les théâtres grecs antiques. Probablement construit au début du IIIe siècle av. J.-C.1, il est parvenu jusqu'à nous dans un état exceptionnel. Les gradins de calcaire gris, presque tous d'origine, n'ont été restaurés que sur les deux ailes. L'attribution traditionnelle de la construction du théâtre à Polyclète le Jeune, architecte de la tholos qui vivait au IVe siècle av. J.-C., due à Pausanias, ne semble plus guère admise.

 

Le koilon, qui signifie le « creux », appelé aussi cavea en latin, formant l'ensemble des sièges des spectateurs, se développe en un hémicycle de 55 rangées de gradins, divisé en deux niveaux par un couloir appelé diazôma. Il était constitué, à l'origine, de 34 volées de gradins, pouvant accueillir 6 200 spectateurs répartis sur 12 sections (kerkidès) séparées par 11 escaliers. Le niveau supérieur, ajouté au IIe siècle av. J.-C., compte 21 gradins et 22 kerkidès. La capacité du théâtre se trouva ainsi portée à 12 000 spectateurs1. Il a été remarqué que les rapports entre les nombres de ces gradins des deux niveaux encadrent le nombre d'or (34/21 = 55/34 = 1,61..). Le sommet des gradins, d'un rayon de 58 m, se trouve situé à 22,50 m au-dessus de l’orchestra.

 

epidaure le theatre

 

Des sièges d'honneur en pierre, pourvus de dossiers, occupent le premier rang (proédria), tout autour de l’orchestra. Lors de la construction, l’orchestra circulaire de terre battue, de 20,28 m de diamètre, circonscrite par des dalles de marbre, accueillait les acteurs aussi bien que le chœur des danseurs et des musiciens. La scène (skènè) quadrangulaire, dont on distingue encore les soubassements, fut ajoutée par la suite, ainsi que l'avant-scène (proskénion), avec ses 14 colonnes. Les portes d'entrée monumentales (parodoi) ont été reconstituées.

 

epidaure le theatre (3)

 

L'acoustique du théâtre d’Épidaure est justement renommée. Elle est capable de propager jusqu'aux rangées supérieures le moindre son produit au bas des gradins. Les visiteurs en font traditionnellement l'expérience par des chuchotements, une chute de pièce de monnaie ou une allumettes craquée en plein centre de l'orchestra, là où se trouve une dalle circulaire, réputée pour être l'autel (thymélé) du dieu Asclépios.

 

epidaure le theatre (2)

 

Photos: lankaart

Source: Wikipedia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GRECE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 29 Juin 2012

van Gogh Auvers sur oise

 

Après avoir rendu visite à Theo à Paris, Van Gogh s'installe à Auvers-sur-Oise, situé à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Paris. Cette commune rurale du Vexin français était déjà connue dans le milieu des peintres, initialement par les paysagistes de l'école de Barbizon puis par les impressionnistes. Il y passe les 70 derniers jours de sa vie, du 20 mai au 29 juillet 1890. Le docteur Paul Gachet a promis de prendre soin de lui à la demande de Theo. Gachet, ami de Paul Cézanne et des peintres impressionnistes et lui-même peintre amateur, veille sur Van Gogh, qui loue une petite chambre dans l’auberge Ravoux.

 

Van Gogh, au sommet de sa maîtrise artistique, va alors décrire dans ses œuvres la vie paysanne et l'architecture de cette commune. Des articles paraissent dans la presse parisienne, bruxelloise et néerlandaise. C'est un signe important de sa reconnaissance dans ce milieu artistique. Grâce aux soins du docteur Gachet, son activité est intense : il peint plus de 70 tableaux. D'autre part, Theo, dont la maladie perdure, lui confie son inquiétude pour son travail et pour le petit Vincent Willem, malade. Theo désire retourner en Hollande.

 

van Gogh Auvers sur oise (2)

 van Gogh Auvers sur oise (3)

 van Gogh Auvers sur oise (4)

 

Van Gogh Auvers sur oise (7)

 

Van Gogh Auvers sur oise (5)

 

 illustrations: Visipix.com

Source: Wikipedia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 29 Juin 2012

 

Au début du XIVe siècle  le couvent Santa Maria Novella est :


« l’un des centres de la vie florentine. Foyer de vie intellectuelle, le couvent est une vraie université, déclarée depuis peu studium generale… Le couvent est aussi un centre de prédication fameux… À l’intérieur du couvent ce sont des échanges permanents entre les Frères théologiens, juristes, philosophes, artistes, prédicateurs, anciens missionnaires, tous bénéficient des compétences et des informations de leurs confrères  »

— J.-M. Mérigoux

 

La superbe façade de l’édifice en marbre blanc et noir, est l’œuvre de Leone Battista Alberti en 1470. Cette façade est un concentré des éléments de modénature propre à la renaissance italienne, la composition géométrique cherche un équilibre parfait sur la base du rectangle d’or. Le décor sobre noir et blanc accompagne la géométrie globale de l’édifice.




 

Photos: lankaart (c)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0

Publié le 29 Juin 2012

La place du Capitole à Rome est l'une des oeuvres architecturales majeures de Michel-Ange. Leçon de composition, la place et les bâtiments qui la délimitent sur trois côtés ouvrent une perspective sur un vaste escalier monumentale qui donne accès au centre historique de Rome. Au centre trône la staue équestre de Marc-Aurèle. Le dessin du pavement élabioré par Michel-Ange accentue l'effet de centralité autour de la statue équestre.


 

Photos: Lankaart (c)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0

Publié le 28 Juin 2012

Mycenes (3)

 

Mycènes donne son nom à la civilisation mycénienne1, qui se développe à partir de 1700 av. J.-C. en Grèce continentale. Ainsi, on a retrouvé des vases en céramique et en métal précieux, des perles d'ambre et un masque funéraire en électrum dans le cercle B des tombes à fosse situées près de l'acropole, daté de 1650-1600 av. J.-C. Il témoigne de la transition entre les premières tombes, au matériel relativement modeste, et le cercle A (1600-1500 av. J.-C.), qui a livré une impressionnante quantité d'or et d'objets précieux.

 

L'habitat de l'époque n'ayant pas été préservé, l'origine d'une telle affluence de richesses ne peut faire l'objet que de conjectures. Sir Arthur John Evans, découvreur de Cnossos, évoque l'installation d'une dynastie crétoise à Mycènes ; on a suggéré, à l'inverse, un pillage mycénien en Crète ou le retour de mercenaires partis combattre les pharaons Hyksôs en Égypte. Il semble que la richesse des Mycéniens de l'époque soit endogène, et non due à l'extérieur, et qu'elle se soit constituée progressivement, et non suite à un événement particulier.

 

Le matériel et l'iconographie des tombes montrent que Mycènes est alors dominée par une aristocratie guerrière, dont les représentants affichent une taille et une force physique supérieures à la moyenne, sans doute grâce à une meilleure alimentation. Elle se distingue par son goût pour les objets de luxe et par l'importance accordée aux monuments funéraires : la tombe à tholos dite « d'Égisthe » a nécessité l'équivalent du travail de 20 hommes pendant 240 jours, puis une phase de maçonnerie d'une année entière.

 

La cité est gouvernée par un monarque appelé « wa-na-ka » dans la langue mycénienne des tablettes en linéaire B, correspondant au mot (ϝ)άναξ / (w)ánax (« roi ») de la langue homérique.

 

Mycenes (4)

 

La disparition de cette civilisation n'est pas expliquée précisément. Les causes sont à la fois externes (tremblements de terre à l'origine du déplacement de sources d'eau, raids de nouvelles populations) et internes (administration trop centralisée et trop rigide, incapable de surmonter de nouvelles crises). L'hypothèse de la cause interne est renforcée par le fait que, dans les tablettes mycéniennes, le nom du magistrat chargé de l'administration des villages est une forme ancienne dont aurait pu dériver le titre d'archonte (roi-prêtre de la Grèce archaïque). Ce qui signifierait que l'administration mycénienne se désintégra au point que les citoyens ne reconnurent plus que les magistrats locaux comme autorité suprême. Selon la théorie de Jared Diamond, l'exploitation sans vergogne des ressources naturelles aurait pu être à l’origine de la chute de la Grèce mycénienne.

 

Ses ruines considérables furent visitées par Pausanias, au IIe siècle apr. J.-C., qui commente les tombeaux, les remparts massifs et la porte des Lionnes, encore visibles aujourd'hui. Toute connaissance sur ceux qui avaient construit cette remarquable cité avait disparu bien avant l'époque classique, et les Mycéniens ne furent connus des Grecs que de la manière la plus vague, à travers mythes et légendes.

 

 

Mycenes (5)

 

Mythologie:

 

Selon la mythologie grecque, Mycènes est fondée par Persée suite au meurtre accidentel d'Acrisios, roi d'Argos. Alors que la ville lui revient légitimement, Persée préfère céder cette royauté à Mégapenthès, neveu du défunt, et part fonder une nouvelle ville, qu'il baptise « Mycènes » soit en allusion au pommeau de son épée, soit en allusion au champignon qu'il trouve sur place. Des traditions concurrentes évoquent une Mycène, fille d'Inachos ou encore un Mycénée, petit-fils de Phoronée.

 

Mycènes est le royaume du héros homérique Agamemnon, chef des Achéens lors de la guerre de Troie. Homère la décrit comme chère à Héra et « riche en or ». La richesse de la ville est en effet proverbiale dès l'Antiquité.

 

Mycenes

 

 

Mycenes (6)

 

Mycenes (2)

 

Photos: (c) Lankaart

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GRECE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 28 Juin 2012

Bellini portrait du dogeNational Gallery, Londres
 

Leonardo Loredan était le doge de Venise de 1501 à 1521, au sommet de la gloire et de la puissance de la ville-état. Bellini le représente sur ce tableau avec ses habits officiels de chef d’état, le chapeau, la cape aux boutons dorés. Cette œuvre fait référence aux bustes sculptés de l’époque dont elle garde le travail du modelé et de la lumière proche des bustes romains de la période classique. Bellini montre ici tout son savoir faire faisant de ce portrait officiel tout à la fois une œuvre grave et profonde.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0