Publié le 18 Novembre 2012

Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral
Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral
Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral

Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral

 

 

« Quelle grandeur, quelle flamme d’amour dans ces petits Siennois. Si ardents, si riches qu’ils fussent au début du quatorzième siècle, il leur faut une audace passionnée pour oser concevoir, au plus haut d’une ville et d’un terrain si difficile, l’exaltation d’un tel colosse. »

André Suarès.

 

La Cathédrale de Sienne est l'une des plus étonnantes églises d'Italie, caractérisée par ses pierres et son marbre blancs et noirs, elle fut construite de 1136 à 1382. Une nef est restée inachevée à cause de la peste de 1348, sans quoi elle serait devenue la plus grande cathédrale chrétienne.

La Cathédrale Santa Maria Assunta de Sienne (Notre-Dame-de-l'Assomption) remplaça la première cathédrale, dont le projet, jugé trop ambitieux, commencée en 1339, fut définitivement interrompu par la Grande Peste de 1348.  Le Duomo actuel est typiquement de style gothique (XIIIe siècle), sur des plans de l'architecte Giovanni Pisano. Bien qu'interrompu au milieu du XIVe siècle, les travaux purent être menés à terme.


On peut admirer la somptueuse façade de marbres blanc, noir et rouge, les sculptures trés fines des portails et le campanile par Agnolo di Ventura et Agostino di Giovanni, campanile qui s'élève sur une base romane, en marbre noir et blanc. A noter également la Scala, c'est-à-dire l'escalier qui permet d'accéder à cette cathédrale. Elle est en effet l'un des points les plus hauts de la ville.

Photos: (c) Lankaart

 

Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral
Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral
Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral

Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral

Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral
Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral
Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral
Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral
Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral

Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral

Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral
Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral
Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral
Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral

Cathédrale de Sienne - Siena Cathedral

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 18 Novembre 2012


 

La peinture pendant l’antiquité était un art majeur, plus que la sculpture. Les artistes peintres étaient reconnu, des écrivains rédigeaient des vies d’artistes et des guides artistes présentant les œuvres les plus importantes et les plus connu de l’antiquité. L’aristocratie romaine collectionnait les œuvres d’art et les peintres étaient conviés à décorer leurs demeures de splendides fresques. Malheureusement la production picturale de cette époque à en grande partie disparue, seuls restent quelques vestiges dans les ruines des cités antiques.

 

pompéi fresque


C’est à Pompéi que l’on peut découvrir l’un des ensembles les mieux conservé et des plus instructifs. La cité offre en effet de nombreuses fresques, de différentes dimensions aux sujets très variée mais qui nous montre la qualité de la peinture de cette époque. Les artistes était plus intéressé par le développement de leur art que le sujet en lui-même, les œuvres dénotent un souci avant tout de la composition, du dessin et des couleurs. La vie quotidienne était un sujet comme les autres, de même que les portraits, les paysages ou les cènes de la mythologie. Pompéi fourmillent de ses fresques, sachant qu’elle était une ville mineure on peut imaginer les splendeurs qui devaient exister dans des villes plus importantes ou à Rome.

 

pompéi fresque detail










 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROME ANTIQUITE

Repost0

Publié le 17 Novembre 2012

Masques de theatre mosaique (2)

 

Héritier du théâtre grec antique, où il était lié au culte de Dionysos, le théâtre latin s'en démarque sur de nombreux points. S'il est associé à l'origine à des cérémonies religieuses, il évolue vite vers des formes de représentation profanes, dans lesquelles l'écriture, le jeu des acteurs et la mise en scène sont nettement codifiés.

 

mosaique theatre

 

Dans les tragédies, les acteurs incarnent les dieux et les héros et portent des costumes somptueux, d'une richesse proportionnelle à la qualité des personnages qu'ils représentent. Les perruques (blondes pour les jeunes gens, blanches pour les vieillards, rousses pour les esclaves), les maquillages et les masques, tragiques ou comiques, symbolisent l'âge, la situation et le caractère du personnage. Les masques servaient aussi de porte-voix grâce à leur bouche évasée : les spectateurs pouvaient suivre parfaitement la scène même s’ils étaient éloignés.

 

Masques de theatre mosaique (3)

 

Masques de theatre mosaique

 

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROME ANTIQUITE

Repost0

Publié le 17 Novembre 2012

Odilon Redon arraignée

 

En 1878, Odilon Redon voyage pour la première fois en Belgique et en Hollande et commence l'année suivante à être reconnu pour son premier album de lithographie intitulé Dans le Rêve — il fait de la « lithographie de jet » —, et cherche à travers les rêves la descente dans l'inconscient, lequel lui permet de révéler les sources de son inspiration et de décrire son monde personnel voué à l'exploration de l’imaginaire. En 1884, Joris-Karl Huysmans publie À rebours avec un passage consacré à Odilon Redon.

 

Odilon Redon esprit de la foret

 

Odilon REdon homme cactus

 

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #SYMBOLISME - NABIS

Repost0

Publié le 16 Novembre 2012

Agra fort rouge mosquee Moti Masjid de la perle (3)

 

La Moti Masjid (la mosquée de la Perle) fut construite par Aurangzeb, le dernier des grands moghols, non loin de sa chambre à coucher au fort rouge d'Agra.  Mosquée du sultan, la Moti Masjid est un ouvrage entièrement de marbre blanc d'une très grande délicatesse. Achevé en 1661 cet édifice est un bel exemple d'architecture bengali, surmonté de trois dômes en forme de bulbes, couronnés de flèches lotiformes. L'agencement des arcs polylobés forment un espace intérieur de grande qualité.

 

Agra fort rouge mosquee Moti Masjid de la perleAgra fort rouge mosquee Moti Masjid de la perle (2)

 

Agra fort rouge mosquee Moti Masjid de la perle (4)

 

 Agra fort rouge mosquee Moti Masjid de la perle (5)

 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM, #INDE

Repost0

Publié le 16 Novembre 2012

Arnold Böcklin autoportrait

 

 

 Arnold Böcklin, né le 16 octobre 1827 à Bâle et mort le 16 janvier 1901 à San Domenico di Fiesole en Italie, est un peintre, dessinateur, graphiste et sculpteur suisse.

 

Avec Ferdinand Hodler, Max Klinger et Lovis Corinth, il est l'un des principaux représentants du symbolisme allemand, un courant artistique ayant marqué une rupture avec la peinture académique et le naturalisme de la deuxième moitié du XIXe siècle. Des surréalistes comme Giorgio de Chirico, Salvador Dalí et Max Ernst ont vu en lui un de leurs prédécesseurs et l'ont salué comme un « artiste génial et ironique ».

 

Arnold Böcklin ile

 

 Arnold Bocklin ile de l'amour

 

 Arnold Böcklin Ulysse et calipso

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #SYMBOLISME - NABIS

Repost0

Publié le 16 Novembre 2012

Salvador dali persistance de la memoire les montres molles

MOMA, New-York, 1931

Die Beständigkeit der Erinnerung - The Persistence of Memory - La persistencia de la memoria - Los relojes blandos

 

" La persistance de la mémoire", populairement connue comme "les  montres molles ", a été peint par Salvador Dali en 1931 entre Cadaqués et Paris, où il a été achetée par un marchand de New York avant de tourner dans plusieurs musées puis d'intégrer le fonds permanent du MOMA.

 

Salvador Dalí a peint ce tableau en pleine époque surréaliste, lors d'une période de transitions personnelle et créatrice. La persistance de la mémoire, allégorie de l'immortalité, est une des oeuvres les plus puissantes de Dalí et l'une des plus connues de l'art mondial. Ce tableau est né lorsque Dali, après un dîner terminé par du Camembert, a entamé une réflexion compulsive sur les mystères des éléments durs et mous, puis s'est immédiatement mis à travailler, frénétiquement et toute la nuit, en introduisant sur la toile trois montres à demi-fondues.

 


 Yves Tanguy - Desnos


"Ce sont les courants d’air des châteaux hantés, ce sont les formes étranges des nuages, ce sont les cimetières abandonnés et dans lesquels, à midi précis, je vous l’assure, viennent danser les filles éternelles du soleil, qui sont du domaine d’Yves Tanguy …" Desnos Miro - Desnos "On a mis en cage l’oiseau des îles. Tout le jour des petites filles en habits surannés ont délaissé le jeu de grâce et la tapisserie pour admirer son plumage ravissant. L’une d’elles a ouvert la porte. L’oiseau […]


La tentation de saint-Antoine, 1946 Après la seconde guerre mondiale Dali cherche de nouvelles voies, l'avènement de l'ère atomique, les débuts de la guerre froide et le bilan de la 2nd guerrre mondiale l'amènent au mysticisme. Il se tourne vers des thèmes classiques et s'inspire des grands peintres. La tentation de Saint-Antoine fut peinte pour un concours d'affiche pour un film. La mise en scène du tableau associe des éléments mystiques et fantastiques dans un univers proche des tableaux […]


«Il s’agit là d’un tableau que j’ai peint après la défaite des Républicains en Espagne. C’est évidemment un titre ironique pour désigner une sorte d’animal qui détruit et anéantit tout sur son passage. C’était l’impression que j’avais à l’époque, de ce qui allait bien pouvoir arriver dans le monde, et en cela j’ai eu raison. » Max Ernst Peint en 1937 comme un manifeste contre Franco et le totalitarisme, ce tableau est prémonitoire, il annonce les massacres et les destructions qui […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 15 Novembre 2012

Strasbourg la cathedrale

 

« L'ordre gothique, au milieu de ses proportions barbares, a toutefois une beauté qui lui est particulière.

 

Les forêts ont été les premiers temples de la divinité, et les hommes ont pris dans les forêts la première idée de l'architecture. Cet art a donc dû varier selon les climats. Les Grecs ont tourné l'élégante colonne corinthienne, avec son chapiteau de feuilles sur le modèle du palmier. Les énormes piliers du vieux style égyptien représentent le vaste sycomore, le figuier oriental, le bananier, et la plupart des arbres gigantesques de l'Afrique et de l'Asie.

 

Strasbourg la cathedrale (5)

 

Les forêts des Gaules ont passé à leur tour dans les temples de nos pères, et ces fameux bois de chênes ont ainsi maintenu leur origine sacrée. Ces voûtes ciselées en feuillages, ces jambages qui appuient les murs, et finissent brusquement comme des troncs brisés, la fraîcheur des voûtes, les ténèbres du sanctuaire, les ailes obscures, les chapelles comme des grottes, les passages secrets, les portes abaissées, tout retrace les labyrinthes des bois dans l'église gothique ; tout en fait sentir la religieuse horreur, les mystères et la divinité.

 

Strasbourg la cathedrale (6)

 

La tour ou les deux tours hautaines, plantées à l'entrée de l'édifice, surmontent les ormes et les ifs du cimetière, et font l'effet le plus pittoresque sur l'azur du ciel. Tantôt le jour naissant illumine leurs têtes jumelles ; tantôt elles paraissent couronnées d'un chapiteau de nuages, ou grossies dans une atmosphère vaporeuse. Les oiseaux eux-mêmes semblent s'y méprendre, et les adopter pour les arbres de leurs forêts : de petites corneilles noires voltigent autour de leurs faîtes, et se perchent sur leurs galeries. Mais tout à coup des rumeurs confuses s'échappent de la cime de ces tours, et en chassent les oiseaux effrayés.

 

Strasbourg la cathedrale (3)

 

L'architecte chrétien, non content de bâtir des forêts, a voulu, pour ainsi dire, en conserver les murmures, et au moyen de l'orgue et du bronze suspendu, il a attaché au temple gothique, jusqu'au bruit des vents et des tonnerres, qui roule dans la profondeur des bois. Les siècles évoqués par ces bruits religieux font sortir leurs antiques voix du sein des pierres, et soupirent dans tous les coins de la vaste basilique. Le sanctuaire mugit comme l'antre de l'ancienne Sibylle ; et tandis que d'énormes airains se balancent avec fracas sur votre tête, les souterrains voûtés de la mort se taisent profondément sous vos pieds. »

 

François René de Chateaubriand. Le Génie du christianisme, ou Beautés de la religion chrétienne, IIIe partie, livre I, chapitre 8.

 

Strasbourg la cathedrale (2)

 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 15 Novembre 2012

Georges de la Tour St. Judas Thaddaeus

 

Artiste au confluent des cultures nordique, italienne et française, contemporain de Jacques Callot et des frères Le Nain, La Tour est un observateur pénétrant de la réalité quotidienne. Son goût prononcé pour les jeux d'ombre et de lumière fait de lui l'un des continuateurs les plus originaux du Caravage.

 

Georges de la Tour saint Jacob

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 14 Novembre 2012

Hampi-temple-de-Vittala--XVI--me.jpg

Le temple Vittala est l’un des plus beaux édifices religieux d’Hampi. Le temple Vittala s'élève sur la rive sud de la Tungabhadra et est accessible de l'ouest en marchant depuis Hampi bazar le long de la berge, ou à partir de l'Est à travers la porte d'entrée Talvaragatta. Le temple Vittala porta à son apogée et à sa perfection le style de Vijayanagara . Le temple se trouve dans une enceinte rectangulaire (164m x 94.5m). Le temple principal était dédié à Vishnou, sous la forme de Vittala. Le mandapa contient 56 piliers, chacun de 3,6 mètres de haut, dont 40 sont régulièrement disposées pour former une allée. Chaque pilier est un ensemble composite de sculptures massives qui mesure jusqu'à 1,5 mètres de diamètre et sont monolithiques.

La partie intéressante de ces piliers, qui ont des motifs musicaux, est le type et la qualité du son que l’on peut entendre quand on le frappe. Ces piliers sont de taille différente, la forme, la longueur et leur largeur, produisent des sons rappelant différents instruments de musique. Ce temple est un exemple vivant du développement scientifique au cours de la période Vijayanagra. On dit que l'on pouvait entendre les piliers musicaux à partir d'une distance de 1,5 kms. Le Temple Vittala a été le temple le plus ornées de son temps.


Hampi.jpg

Hampi--2-.jpg

Hampi--3-.jpg

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0