Publié le 11 Juin 2013

Jacques Majorelle - Terrasses de Tazouda

Jacques Majorelle - Terrasses de Tazouda

Jacques Majorelle - Maroc

Jacques Majorelle - Maroc

Fils de l’ébéniste Louis Majorelle, Jacques baigne, dès son enfance, dans le courant art nouveau de l'École de Nancy. Il accompagne fréquemment son père dans ses ateliers. Il s'inscrit en 1901 à l'École des beaux-arts de Nancy en section Architecture et Décoration. Dès 1903, Jacques Majorelle s’éloigne peu à peu de Nancy et de son père Il préfère devenir peintre et part à Paris.

Il complète sa passion par des voyages en Espagne, en Italie et en 1910, il découvre l’Égypte, le monde de l’Islam, ses couleurs, ses lumières, ses coutumes. C'est le début de sa passion pour l'Afrique. En 1908 a lieu sa première exposition à Paris à la Société des Artistes Français. En 1917, il arrive au Maroc et s’installe à Marrakech et donne l'année suivante une première exposition dans le hall de l’hôtel Excelsior à Casablanca.

En 1919, il épouse Andrée Longueville, née à Lunéville et arrivée avec lui au Maroc. Puis il fait sa première expédition dans le sud du pays et publie à son retour, Carnet de route d’un peintre dans l’Atlas et l’Anti-Atlas, journal relatant son périple. Il se fait construire une maison dans le style mauresque. Le jardin est progressivement aménagé et peint le plafond de l’hôtel la Mamounia. En 1926, son père décède à Nancy et Jacques poursuit son exploration de l’Atlas.

Il commence en 1930 à peindre des nus noirs. Il multiplie ses expériences sur la couleur, en particulier l'application de poudre d’or et d’argent, et séjourne souvent dans l’Atlas et en Afrique noire. En 1937, à Marrakech, il peint sa villa de couleurs vives dominées par le bleu auquel il donne son nom. En 1947, il ouvre son jardin au public.

 

Jacques Majorelle - Maroc
Jacques Majorelle - Maroc
Jacques Majorelle - Maroc
Jacques Majorelle - Maroc
Jacques Majorelle - Maroc
Jacques Majorelle - Maroc
Jacques Majorelle - Maroc
Jacques Majorelle - Maroc

Jacques Majorelle - Maroc

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART DECO

Repost0

Publié le 10 Juin 2013

jacob Jordaens nues

 

Jordaens a sans doute puisé chez Rubens la connaissance de l’anatomie humaine, par exemple, mais pour le reste, il a suivi sa voie, plus narrative, plus ironique. Souvent, il place au centre de ses tableaux un satyre âgé, signe de sagesse. On a vu que le ventre fripé de celui-ci était inspiré d’un marbre de Sénèque vieux. Le satyre est proche de la nature, et donc de la vérité, selon Jordaens. On montre aussi l’influence du Caravage sur Jordaens. Il connaissait le peintre italien. Un tableau du Caravage était arrivé à Anvers et on voit dans les tableaux de Jordaens de magnifiques jeux de mains, d’ombres et de lumières, des plantes de pieds noircies par la route, comme chez Le Caravage.

 

jacob Jordaens nues 2

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 9 Juin 2013

taniguchi manga

 

Jirō Taniguchi, sur les thèmes qu'il traite dans ces mangas,  déclare :

 

« Si j'ai envie de raconter des petits riens de la vie quotidienne, c'est parce que j'attache de l'importance à l'expression des balancements, des incertitudes que les gens vivent au quotidien, de leurs sentiments profonds dans les relations avec les autres. [...] Dans la vie quotidienne, on ne voit pas souvent des gens hurler ou pleurer en se roulant par terre. Si mes mangas ont quelque chose d'asiatique, c'est peut-être parce que je m'attache à rendre au plus près la réalité quotidienne des sentiments des personnages. Si on y pénètre en profondeur, une histoire peut apparaitre même dans les plus petits et les plus banals évènements du quotidien. C'est à partir de ces moments infimes que je crée mes mangas. »

 

 Taniguchi tokyo

 

À ses débuts, Jirō Taniguchi s'inspire avec Natsuo Sekikawa du roman noir américain, avec pour objectif d'en faire une version BD humoristique, sans grand succès. Il est également influencé par les romans animaliers, notamment ceux d'Ernest Thompson Seton dont il s'inspire pour Blanca (du nom d'un des chiens de Lobo the King of Currumpaw), et auquel il rendra hommage dans Seton. Ses histoires plus récentes traitent de thèmes universels comme la beauté de la nature, l'attachement à la famille ou le retour en enfance. Il s'inspire d'ailleurs de sa vie personnelle : souvenirs de son enfance à Tottori dans Le Journal de mon père et Quartier lointain, débuts de mangaka à Tokyo dans Un zoo en hiver, ou relations avec ses animaux domestiques dans Terre de rêves.

 

Son dessin, bien que caractéristique du manga, est cependant accessible aux lecteurs qui ne connaissent que la bande dessinée occidentale. Taniguchi dit d'ailleurs trouver peu d'inspiration parmi les auteurs japonais, et est plus influencé par des auteurs européens, tels Jean Giraud, avec qui il a publié Icare, ou François Schuiten, proche comme lui de La Nouvelle Manga, mouvement initié par Frédéric Boilet, le promoteur du manga d'auteur en France. Il finit ainsi par sortir en France, en 2007, un titre sous le format de bande dessinée, La Montagne Magique, prépublié au Japon en décembre 2005 au format classique, puis une série de quatre tomes intitulée Mon Année à partir de novembre 2009, en collaboration avec le scénariste Jean-David Morvan, en attente de prépublication au Japon.

 

Taniguchi quartier lointain

 

taniguchi douces rencontre Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS GRAPHIQUES BD XXe et XXIe

Repost0

Publié le 7 Juin 2013

Cuba cienfuegos palacio de Valle (2)

 

Le Palacio de Valle est un ancien palais du XXe siècle, style mauresque, roman, gothique et vénitien de la ville de Cienfuegos à Cuba. IL se situe dans le quartier de Punta Gorda en bord de mer. Il fut construit en 1917 par un milliardaire marchand de sucre espagnol Oclico del Valle Blanco.

 

Cuba cienfuegos palacio de Valle (3)

Cuba cienfuegos palacio de Valle (11)

 

Cuba cienfuegos palacio de Valle

Cuba cienfuegos palacio de Valle (5)

Cuba cienfuegos palacio de Valle (12)

Cuba cienfuegos palacio de Valle (14)

 

Cuba cienfuegos palacio de Valle (6)

 

Cuba cienfuegos palacio de Valle (13)Cuba cienfuegos palacio de Valle (7)
Cuba cienfuegos palacio de Valle (9)

Cuba cienfuegos palacio de Valle (4)

 

Cuba cienfuegos palacio de Valle (10)

 

Source: Wikipedia

Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ECLECTISME XIXe

Repost0

Publié le 6 Juin 2013

Cuba - La Havane - Hôtel National - Photos: Lankaart (c)
Cuba - La Havane - Hôtel National - Photos: Lankaart (c)

Cuba - La Havane - Hôtel National - Photos: Lankaart (c)

L'Hôtel National de Cuba, inauguré le 30 décembre 1930, est l'un des hôtels les plus classiques et emblématiques de La Havane. Son luxe, son élégance,  et ses services de première classe, se maintiennent intacts après six décennies de leadership respecté dans l'industrie hôtelière cubaine. C'est un Monument National, déclaré patrimoine Mondial par l'UNESCO.

Source: Wikipedia

Cuba - La Havane - Hôtel National - Photos: Lankaart (c)

Cuba - La Havane - Hôtel National - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART DECO

Repost0

Publié le 5 Juin 2013

Musée du Louvre, Paris
 

Théodore Géricault (1791-1824) est un peintre français, disparu très jeune, sa carrière fut profondément marqué par les débuts du romantisme. Si sa formation fut très académique, dès 1812 il rompt avec les principes défendu par David pour développer une peinture plus en phase avec ses goûts. Passionnées par les chevaux qu’il peint sans relâche durant ses voyages à Florence, Rome puis Londres; il offre des tableaux empreint d’une grande liberté où les chevaux font partie intégrante du sujet traité, ici manifeste dans le Cuirassé à cheval, à la gloire des armées napoléonienne.


Tête de fil du mouvement romantique en France il meurt à 32 ans.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMANTISME ET NEOGOTHIQUE

Repost0

Publié le 5 Juin 2013

Tiepolo 1696-1770 le banquet de Cleopatre

Tiepolo le banquet de Cléopâtre

 

Cléopâtre VII Théa Philopator (v. 69 av. J.-C. / 12 août 30 av. J.-C.) est une reine d'Égypte antique de la famille des Lagides qui gouverne son pays entre -51 et -30, successivement avec ses frères et époux Ptolémée XIII et Ptolémée XIV puis avec le général romain Marc Antoine. Elle est connue pour ses relations avec Jules César et Marc Antoine.

Cléopâtre est un personnage dont la légende s'est emparée, de son vivant même, et le tragique de sa mort n'a fait que renforcer la tendance au romanesque qui entoure le personnage et qui parfois gêne l'historien dans une approche objective de cette reine d'Égypte, sans doute la femme la plus célèbre de l'Antiquité.

 

L'historiographie antique lui est globalement défavorable car inspirée par le vainqueur de Cléopâtre, l'empereur Auguste, et son entourage dont l'intérêt est de la noircir afin d'en faire l'adversaire malfaisant de Rome et le mauvais génie de Marc Antoine. Ainsi ce jugement de l'historien du Ier siècle, Flavius Josèphe :

« Elle fit d'Antoine l'ennemi de sa patrie par la corruption de ses charmes amoureux ».

La légende noire propagée par l'idéologie augustéenne est relayée ensuite par les poètes (Horace, Properce, Lucain) et historiens romains (Eutrope, Dion Cassius et Tite-Live) qui voient en elle quatre dangers : reine (remettant en cause la République romaine), femme de caractère et séductrice (pouvant mettre en danger la virilité et la virtus romaine), ambitieuse (menaçant la liberté) et étrangère (orientalité associée à la débauche et la luxure mettant en cause la « romanité », notamment la vertu de pudicitia. Cela explique la prudence des historiens actuels et l'enthousiasme des peintres, cinéastes ou romanciers pour un tel personnage.

 

rubens cleopatra

Rubens Cléopatre

 

l'Histoire commence avec Pompée, vaincu par Jules César à Pharsale au début du mois de juin -48, il tente de trouver refuge en Égypte. Appien affirme que Ptolémée XIII et Cléopâtre avaient aidé Pompée par l'envoi d'une flotte de soixante navires. Le jeune roi Ptolémée XIII et ses conseillers jugent sa cause perdue et pensent s'attirer les bonnes grâces du vainqueur en le faisant assassiner, dès qu'il pose le pied sur le sol égyptien le 30 juillet -48, sous les yeux de son entourage. César, qui débarque deux jours plus tard, est semble-t-il furieux de ce lâche forfait (il fait enterrer la tête de Pompée dans le bosquet de Némésis en bordure du mur Est de l'enceinte d'Alexandrie) et n'éprouve pour le pharaon que mépris.

 

Johan Liss 1597-1629 la mort de Cleopatre

Johan Liss, la mort de Cléopatre

 

Quelles étaient les intentions de César en débarquant en Égypte ? Il est difficile de se prononcer clairement. Il y a des raisons politiques, César ayant certainement l'intention d'annexer l'Égypte, mais aussi des raisons plus privées, bien qu'il évoque les vents contraires pour différer son retour. En effet, il tente d'obtenir le remboursement de dettes que Ptolémée XII avait contractées auprès d'un banquier romain et qu'il a reprises à son compte. Il juge pour cela indispensable de réconcilier le couple royal et tente de s'y employer à la fin de l'année -48. Les deux souverains sont convoqués au palais royal d'Alexandrie. Ptolémée XIII s'y rend après diverses tergiversations ainsi que Cléopâtre.

 

C'est à ce moment que se déroule, s'il est authentique, l'épisode du tapis dans lequel la reine se serait fait enrouler afin de parvenir auprès de César. Celui-ci tente d'imposer le « statu quo ante », c’est-à-dire le retour au testament de Ptolémée XII, ce qu'accepte Cléopâtre mais pas son frère, guère impressionné par les faibles effectifs de César (environ 7 000 hommes). Celui-ci se retrouve même prisonnier à Alexandrie à la fin de -48, sans renforts. Seule la noyade de Ptolémée XIII dans le Nil le 15 janvier -47 met fin au conflit. César renonce semble-t-il à son projet d'annexion à ce moment. 

 

Cléopâtre épouse alors un autre de ses frères cadets, Ptolémée XIV, sur l'injonction de César. Cependant elle est la seule à détenir réellement le pouvoir (sous protectorat romain) et le protocole enregistre cette prépondérance en plaçant le nom de la reine en tête des actes officiels. Sa liaison avec César n'est un mystère pour personne. Ce dernier cependant doit bientôt quitter Alexandrie pour combattre le roi du Pont, Pharnace, puis les derniers partisans de Pompée en Afrique.

 

tiepolo - The Meeting of Anthony and Cleopatra (detail). 17

Tiepolo, détail Cléopatre et Antoine

 

Après la mort de César, dans le partage du monde romain intervenu après l'écrasement des républicains, l'orient est dévolu à Antoine. Il reprend alors le projet de César avant sa mort, c'est-à-dire une grande expédition contre les Parthes. Pour cela il convoque les souverains des royaumes clients à Tarse, en Cilicie, y compris la reine d'Égypte. Celle-ci connaît au moins un des défauts de l'officier, sa vanité et son amour du faste, aussi arrive-t-elle dans un navire à la poupe dorée et aux voiles pourpres, siégeant sous un dais d'or entourée d'un équipage déguisé en Nymphes, Néréides et Amours. Puis elle invite Marc Antoine à son bord pour un somptueux banquet. Commence alors une liaison de dix ans, sans doute l'une des plus célèbres de l'Histoire même s'il est difficile de savoir quelle est la part de calcul dans l'attitude d'Antoine, lequel a besoin de l'Égypte pour ses projets.

 

Eclate alors la guerre entre Antoine et Octave. Octave n'est pas un grand chef de guerre, mais il compte avec Agrippa, un officier compétent qui lui donne rapidement l'avantage. Lorsqu’éclate la bataille navale d’Actium (septembre -31), Cléopâtre anticipe rapidement l'issue finale de la guerre et rompt le combat avec sa flotte. Cette fuite, seul moyen de sauver ce qui peut l'être, est évidemment exploitée par Octave auprès des officiers et des hommes d'Antoine dont beaucoup changent d'allégeance.

 

delacroix-cleopatre-et-paysan

Delacroix Cléopatre et le paysan

makart la mort de cleopatre 1874

Makart la mort de Cléopatre

 

Les derniers mois de la vie de la Reine sont assez mal connus. Antoine retourne en Égypte et ne prend pratiquement aucune mesure pour lutter contre l'avancée de plus en plus triomphale d'Octave. Il consume ses forces en banquets, beuveries et fêtes somptueuses sans se soucier de la situation. Que fait Cléopâtre ? Les sources manquent. Certaines affirment qu'elle cherche à séduire Octave. L'anecdote est-elle crédible ? Difficile à dire. Il semble qu'elle ait surtout cherché à mettre Césarion à l'abri en l'expédiant à Méroé, au Soudan.

 

Vers août -30 Octave arrive à Alexandrie. À la fausse annonce du suicide de Cléopâtre, Marc Antoine met fin à ses jours en se jetant sur son épée. Mourant, il est transporté par Cléopâtre dans son propre tombeau. Celle-ci est conduite devant Octave, qui la laisse se retirer avec ses servantes. Cette attitude est curieuse de la part du futur Auguste car il semble ne prendre aucune précaution pour prévenir un suicide de la reine ; il a pourtant besoin d'elle pour figurer à son triomphe. Craint-il qu'à l'instar de sa sœur Arsinoé, figurant au triomphe de Jules César en -46, elle n'inspire aux Romains que compassion plutôt que haine? Il n'est pas impossible qu'Octave ait espéré le suicide de Cléopâtre, qui pouvait passer pour une lâcheté supplémentaire, accréditant la thèse défendue par sa propre propagande. 

 

Plutarque dresse un récit saisissant et mélodramatique du suicide de la reine, inspiré d'Olympios, le médecin personnel de Cléopâtre, « qui avait publié un récit des évènements » : avec ses deux plus fidèles servantes, Iras et Charmiane, Cléopâtre se donne la mort, le 12 août -30, en se faisant porter un panier de figues contenant deux aspics venimeux. Cette version est la plus courante. Pour E. Will, ce serait une nouvelle preuve de l'attachement de la reine aux traditions égyptiennes car la morsure de l’uræus passait pour conférer l'immortalité.

 

Gustave Moreau Cleopatre

Gustave Moreau Cleopatre

 

cleopatre-de-joseph-l-mankiewicz-avec-elizabeth-taylor

Elisabeth Taylor dans Cléopatre de Joseph Mankiewicz

 

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART et HISTOIRE, #HISTOIRE

Repost0

Publié le 4 Juin 2013

Safavid Iran jarre

Metropolitan Museum, XVIIIe Iran.

 

Les céramiques chinoises sont très populaires dans l'Iran des Safavides, comme le montre cette pièce inspirée par les formes et les détails chinois. Le paysage se détache sur un fond blanc, la figure au centre est un lion.

 

Histoire:

 

La dynastie des Séfévides ou Safavides régna sur l'Iran de 1501 à 1736. Succédant aux Timourides, ils sont la première dynastie iranienne totalement indépendante à régner sur l'Iran depuis près de 1000 ans. Les Safavides sont issus d'un ordre religieux soufi militant d'origine probablement kurde, fondé au XIVe siècle. Ils se convertissent au chiisme duodécimain sous l'autorité de leur premier souverain, Ismaïl Ier (1487-1524). Soutenu par les nomades turcs Qizilbash, à partir de 1508, Ismaïl règne sur l'ensemble des territoires auparavant dominés par les Aq Qoyunlu, également des turcophones. À partir de 1510, les Séfévides, dont la montée en puissance va de pair avec la création d'une théocratie dirigée par le shah, s'opposent à l'est aux Ouzbeks également turcophones et dirigés par Mohamed Shaybani, et à l'ouest aux Ottomans, défenseurs du sunnisme. La dynastie atteint son apogée sous Abbas Ier le Grand, chah de 1588 à 1629, qui sépare les fonctions religieuses et politiques de l'empire, et met en place une garde personnelle composée d'esclaves islamisés, les ghulams, afin de contrer la puissance des tribus qizilbashs. Avec l'Empire ottoman et l'Empire moghol, les Séfévides sont alors l'une des trois grandes puissances du monde musulman, qui entretient des contacts avec les souverains européens, désireux d'établir une alliance contre la Sublime Porte.

 

Photo: Metropolitan Museum

Sources: Metropolitan Museum, Wikipedia.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM RENAISSANCE, #IRAN

Repost0

Publié le 4 Juin 2013

Gemaldegalerie Berlin


Peintre Hollandais, né à Anvers en 1582 ou 1583, mort à Haarlem en 1666, Frans Hals est l'un des plus grands peintres du XVIIe siècle Hollandais. Connu pours ses portraits, Frans Hals trouva une expression originale et aboutie dans le portrait collectif dont il sut donner une profondeur psychologique et une actualité saisissante.


Installé à Haarlem vers 1600, il y dirige un atelier très prolifique. Les commandes sont nombreuses, aussi bien pour de grands portraits collectifs que pour des portraits individuels.
Pour ces derniers, les techniques utilisées varient en fonction de la commande et du sujet.

Les portraits de gens du peuple participent de la veine expressive et inventive de Frans Hals. On y découvre toute une population de petites gens, joyeux ou graves, nobles ou miséreux. Les portraits sont réalisées de façon très libre, les coups de pinceaux apparaissent clairement sur la toile, l'expression de la lumière et des matières est rendue de façon tout à la fois brutale et totalement maîtrisée. Le Jeunne Home à laFlûte fait  parti de ses portraits.

Cette peinture contraste avec la production de son époque et annonce les inventions picturales du XIXe siècle.

 



"Sombre chagrin des ciels uniformément gris, Plus tristes d’être bleus aux rares éclaircies, Et qui laissent alors sur les plaines transies Filtrer les tièdes pleurs d’un sol incompris ; Potter, mélancolique humeur des plaines sombres Qui s’étendent sans fin, sans joie et sans couleur, Les arbres, le hameau ne répandent pas d’ombres, Les maigres jardinets ne portent pas de fleur. Un laboureur tirant des seaux rentre, et, chétive, Sa jument résignée, inquiète et rêvant, Anxieuse, dressant sa […]


Peintre Hollandais, né à Anvers en 1582 ou 1583, mort à Haarlem en 1666, Frans Hals est l'un des plus grands peintres du XVIIe siècle Hollandais. Connu pours ses portraits, Frans Hals trouva une expression originale et aboutie dans le portrait collectif dont il sut donner une profondeur psychologique et une actualité saisissante. Les personnages de ces portraits collectifs sont souvent pris sur le vif, d'un grand réalisme et reflètent la société hollandaise contemporaine du peintre. On y […]



Musée du Louvre, Paris Murillo (1617-1682) est l’un des grands peintres du siècle d’or espagnol. Proche de Velasquez, il peint de nombreux tableaux religieux et des scènes de genre, où il ouvre la voix à un naturalisme sans concessions. Le réalisme de ces tableaux est au service d’une profonde humanité. Ses personnages du petit peuple de Madrid sont un témoignage poignant de l’époque, ces œuvres sont peut être plus proche de ce qu’était le peintre que les compositions religieuse un peu convenu.


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 3 Juin 2013

Musée du Louvre, Paris


Claude Gellée dit Le Lorrain (1600-1682) est un peintre français, dont la plus grande partie de la carrière se déroula à Rome. Introduit auprès de l’Eglise, il travaillera pour le cardinal Bentivoglio et le pape Urbain VIII.  Mais bien que travaillant pour l’Eglise, Claude Lorrain c’est spécialisé dans un genre, le paysage. Sa composition toujours subtile privilégie le travail sur la lumière, c’est l’ambiance lumineuse qui fait la qualité de ses œuvres. Le sujet religieux ou profane n’est qu’un prétexte et s’inscrit toujours en mineur sur la toile. Son succès auprès de l’aristocratie romaine fut très important.


 



Nicolas Poussin, Musée du Louvre, Paris Nicolas Poussin (1594-1665) est l’un des grands peintres du classicisme français. Si il commence sa carrière à Paris, c’est à Rome, où il s’installe en 1624 qu’il va atteindre sa plénitude. Il développe un style basé sur une conception rigoureuse de la composition, des couleurs de la mise en scène de ses personnages. Chaque tableau a été pensé, réfléchit, la peinture pour Nicolas Poussin est « cosa mentale ». Après un retour mouvementé à Paris, il […]


Le surintendant des finances de Louis XIV, Nicolas Fouquet fit appel aux meilleurs artistes de l'époque pour bâtir son palais : l'architecte Louis Le Vau, premier architecte du roi (1656), le peintre Charles Le Brun, fondateur de l'Académie de peinture (1648), le paysagiste André Le Nôtre, contrôleur général des bâtiments du roi (1657) et le maître-maçon Michel Villedo. Leur talent avait déjà été réuni par le jeune Louis XIV pour construire le château classique de Vincennes en 1651. Le roi […]


Parfaitement symétrique au bassin de Flore, le bassin de Saturne, situé dans la partie sud, a été sculpté par François Girardon et symbolise la saison de l’hiver. Saturne trône au centre, entouré de ses petits amours, sur une île parsemée de coquillages. Photos: (c) Lankaart Source: chateaudeversailles Le Nôtre - Versailles, jardins de l'Orangerie Les jardins de l'Orangerie à Versailles ont été créé de 1684 à 1686 par Le Nôtre, soit avant les grands travaux du château. Jules […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0