Publié le 20 Avril 2014

 

 

Shaka Ponk (parfois orthographié SHK PNK) est un groupe de musique d'électro-rock français créé en 2004. Shaka Ponk utilise des éléments de différents courants musicaux tels que le metal, le rock, le funk et le hip-hop. Leurs paroles constituent un mélange d'anglais et d'espagnol, plus rarement de français.

Ils se caractérisent également par Goz, un singe virtuel devenu la marque de fabrique du groupe qui apparaît à chaque concert sur un écran circulaire situé sur scène.

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Fauves les nuits sont ... Charlie Winston - In Your Hands Pour le plaisir ... Solo de trompeta - Trio tokando tango Pour le pla Pink Floyd - The Wall Pour le plaisir, un grand moment de musique ... Clapton - Knopfler - Same old blues Keith Jarrett - Koln concert Janvier 1975 Keith Jarett est un […]


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #XXIe : MUSIQUE

Repost0

Publié le 19 Avril 2014

nefertari tombeau portrait

 

«Et ce qui paraît ici, dans cette présentation si particulière, c’est l’incroyable leçon que l’Egypte aura pu donner sur la vie. On a écrit depuis Champollion que c’était le pays de la mort. Cet art, qui est si souvent funéraire, n’est à peu près jamais proprement funèbre ; autrement dit : l’Egypte n’a jamais connu le squelette. Ce qu’elle allait chercher dans la mort, c’était précisément la suppression de la mort, le fait de concevoir la vie humaine comme une éternité. Vous revoyez comme moi la fresque de la reine Néfertari : elle va passer dans l’au-delà et elle joue toute seule, parce que le personnage qui joue avec elle aux échecs et qui joue son destin, c’est le Destin lui-même. L’Egypte antique aura joué cette partie incroyable en face du destin, qu’ayant presque exclusivement représenté des morts, elle aura été l’actrice la plus puissante de la vie qu’on n’ait jamais connue.»

 

Le 16 février 1967, en compagnie du vice-premier ministre et ministre de la Culture de l'Egypte, André Malraux inaugure l'exposition Toutankhamon et son temps qui va attirer plus d'un million de visiteurs, ce que l'on n'avait jamais vu précédemment en France.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 18 Avril 2014

etrusque Etruscan musiciens

 

Les premières peintures tombales Etrusques semblent être apparues vers le VIIe siècle av. JC. Les Etrusques accordaient une grande importance aux rites dédiés au morts comme en témoigne la découverte de plusieurs grandes cités mortuaires. Les grandes familles disposaient généralement d'importantes tombes communes, tandis que les classes moins aisées avaient simplement des tombes pouvant accueillir un couple. De nombreuses fresques ornaient ces tombes, le sport et la danse étant des thèmes souvent illustrés. Le culte du corps était très important dans la culture Etrusque. A Tarquinia nottament on peut découvrir de nombreuses fresques illustrants diverses pratiques sportives: natation, lutte, chasse à l'arc etc...

 

L'influence grecque est souvent perceptible dans ces fresques, mais l'originalité de l'art Etrusque est indéniable.

 

etrusque danse

 

Etrusque tombe de la chasse et de la pêche

 

Etrsuqes tombes

 

la tombe du plongeur The Tomb of the Diver - Paestum - ItaEtrusques tombe des augures

 

Etrusqes Tomba dei Giocolieri Tarquinia 3b

 

Source: RR T1

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EUROPE AGE DU BRONZE et DU FER

Repost0

Publié le 17 Avril 2014

 

L'Orange

 

Comme dans l'éponge il y a dans l'orange une aspiration à reprendre contenance après avoir subi l'épreuve de l'expression. Mais où l'éponge réussit toujours, l'orange jamais: car ses cellules ont éclaté, ses tissus se sont déchirés. Tandis que l'écorce seule se rétablit mollement dans sa forme grâce à son élasticité, un liquide d'ambre s'est répandu, accompagné de rafraîchissement, de parfums suaves, certes, -- mais souvent aussi de la conscience amère d'une expulsion prématurée de pépins.

Faut-il prendre parti entre ces deux manières de mal supporter l'oppression ? -- L'éponge n'est que muscle et se remplit de vent, d'eau propre ou d'eau sale selon : cette gymnastique est ignoble. L'orange a meilleurs goût, mais elle est trop passive, -- et ce sacrifice odorant... c'est faire à l'oppresseur trop bon compte vraiment.

Mais ce n'est pas assez avoir dit de l'orange que d'avoir rappelé sa façon particulière de parfumer l'air et de réjouir son bourreau. Il faut mettre l'accent sur la coloration glorieuse du liquide qui en résulte et qui, mieux que le jus de citron, oblige le larynx à s'ouvrir largement pour la prononciation du mot comme pour l'ingestion du liquide, sans aucune moue appréhensive de l'avant-bouche dont il ne fait pas hérisser les papilles.

Et l'on demeure au reste sans paroles pour avouer l'admiration que suscite l'enveloppe du tendre, fragile et rose ballon ovale dans cet épais tampon-buvard humide dont l'épiderme extrêmement mince mais très pigmenté, acerbement sapide, est juste assez rugueux pour accrocher dignement la lumière sur la parfaite forme du fruit.

Mais à la fin d'une trop courte étude, menée aussi rondement que possible, -- il faut en venir au pépin. Ce grain, de la forme d'un minuscule citron, offre à l'extérieur la couleur du bois blanc de citronnier, à l'intérieur un vert de pois ou de germe tendre. C'est en lui que se retrouvent, après l'explosion sensationnelle de la lanterne vénitienne de saveurs, couleurs, et parfums que constitue le ballon fruité lui-même, -- la dureté relative et la verdeur (non d'ailleurs entièrement insipide) du bois, de la branche, de la feuille: somme toute petite quoique avec certitude la raison d'être du fruit.

 

Francis Ponge - Le parti pris des choses (1942)

 

 



Peintre français né à Paris en 1928, Bernard Buffet a connu très jeune beaucoup de succès avec des peintures monochromes aux personnages filiformes'un esprit misérabiliste comme: la femme au poulet, La Raie, Crucifiction. Crucifiction La raie et La Femme au poulet Il restera fidèle à cette manière de peindre le réel en accentuant par un dessin très particulier, sec et maigre, le côté morbide ou mélancolique des choses, des gens, des paysages. Des couleurs en général ternes et des […]


Frida Kahlo (1907 - 1954) est une peintre mexicaine. Elle commence à peindre après un terrible accident des otraits de son entourage et des autoportraits. En 1928 elle adhère au pari communiste mexicain et l'année suivante épouse Diego Rivera célèbre muraliste. Leur amour est plein de tumulute et de crises. A travers son oeuvre elle contruit un personnage quasi mythique, sorte de déesse maya aux bijoux étincelants et aux parures extraordinaires. Elle eexorcise à travers sa peinture ses […]

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 16 Avril 2014

ROUBLEV la trinité

 

Andréï Roublev (1360-1430 environ) est un moine moscovite qui domine la production artistique de son époque. La Trinité est son œuvre majeur, le Concile des Cent Chapitres en 1551 l’identifie comme le modèle insurpassable, aussi bien sur le plan technique mais surtout sur le plan symbolique. L’icône reflète bien l’approche orthodoxe de la trinité, nous sommes non pas face à une représentation de Dieu mais face à une approche pédagogique de ce que Dieu est. Nous sommes en présence de Dieu sans le voir, sans le comprendre, la trinité reste un mystère, l’unicité de Dieu à travers trois représentations consubstantielles.

 

Comment Roublev réussie à représenter la trinité ?

 

En reprenant une scène de la Bible. Abraham sans enfants, devenu vieux ne croit plus en la promesse du seigneur d’avoir une descendante aussi nombreuse que les étoiles du ciel. Dans un dernier espoir il va vers sa servante Agbar, qui enfante d’un fils Ismael. Mais un jour trois visiteurs viennent à la rencontre d’Abraham et lui dise : dans un an voici que ta Sara ta femme aura un fils. Un an après Isaac naît. Dans le texte Abraham s’adresse soit au singulier soit au pluriel au trois visiteurs, mais c’est bien Dieu qui lui fait cette annonce.  Roublev reprend cette scène pour représenter la trinité, et l’expérience spirituel et symbolique d’une rencontre avec Dieu.

 

Le cercle domine dans la composition de Roublev, le cercle c’est l’absolu, l’éternité, le mouvement sans fin, le temps cyclique. Chacun des trois personnages n’est qu’une composante du cercle, du tout, de Dieu. C’est la même sainteté qui existe dans chacun des personnages, cette sainteté individuelle est aussi, mise en commun, une représentation de l’absolu.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS BYZANTIN PALEOCHRETIEN ORTHODOXE et RUSSE

Repost0

Publié le 15 Avril 2014

 

 

 

Pour le plaisir ...

 



Pour le plaisir ... Solo de trompeta - Trio tokando tango Pour le pla Pink Floyd - The Wall Pour le plaisir, un grand moment de musique ... Clapton - Knopfler - Same old blues Keith Jarrett - Koln concert Janvier 1975 Keith Jarett est un musicien américain qui a su à travers le piano et le jazz […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #XXIe : MUSIQUE

Repost0

Publié le 14 Avril 2014

France Caen Eglise Saint-Etienne (4)

 

L'Eglise Saint-Etienne est l'ancienne église de l'Abbaye-aux-Hommes fondé par Guillaume le Conquérant au XIe siècle. C'est l'abbé Lanfranc, premier abbé de Guillaume le Conquérant,  qui inspira probablement les plans de l'abbaye. Les travaux débutèrent en 1066, l'abbaye fut consacrée en 1077. Par la suite son choeur roman fut reconstruit au XIIIe s.

 

L'art roman a produit peu d'oeuvres aussi sobre que la façade de cette église. Pas de porche ciselé ou de rosace, mais un mur-pignon sobre et massif.

 

France Caen Eglise Saint-Etienne

 

France Caen Eglise Saint-Etienne (2)

 

France Caen Eglise Saint-Etienne (3)

 

France caen eglise saint-etienne abbaye aux hommes (4)France caen eglise saint-etienne abbaye aux hommes (2)

 

L'immense nef construite au XIe s. et modifiée au XIIe s. aux larges arcades en plein ceintre est très peu ornée. A la croisée du transept la tour-lanterne du XIe s. a été reconstruite au XVIIe s.

 

France caen eglise saint-etienne abbaye aux hommes (3)France caen eglise saint-etienne abbaye aux hommes
France caen eglise saint-etienne abbaye aux hommes (5)France caen eglise saint-etienne abbaye aux hommes (7)

 

Photos : Lankaart (c)

Source: RRM

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 9 Avril 2014

canaletto rotonde venise

 

Lord Ranelagh, d'origine irlandaise, aurait fait édifier une rotonde à musique avec bal public dans son parc de Chelsea au 18e s., à la suite de quoi un aménagement de même nature fut introduit sur la pelouse du château de la Muette en 1774, et resta à la mode sous le Directoire, l'Empire et la Restauration. Le nom finit par désigner tout un quartier juste au sud de la Muette.

 

 



« Maintenant venez jusqu'à la cuisine dont l'entrée est sévèrement gardée par la tribu des vases de toute grandeur, serviteurs capables et fidèles, race laborieuse et belle. Sur la table les couteaux actifs, qui vont droit au but, reposent dans une oisiveté menaçante et inoffensive. Mais au-dessus de vous un monstre étrange, frais encore comme la mer où il ondoya, une raie est suspendue, dont la vue mêle au désir de la gourmandise le charme curieux du calme ou des tempêtes de la mer dont […]


Le Verrou, aussi appelé Le Viol, est une scène galante peinte par Jean-Honoré Fragonard entre 1774 et 1778, selon les sources. Il s'agit de l'un des tableaux les plus célèbres du peintre, véritable référence de la peinture du XVIIIe siècle. L'interprétation commune suggère que la scène représente deux amants enlacés dans une chambre à coucher, l'homme poussant le verrou de la porte. La toile est conservée au musée du Louvre, au département des Peintures, dans la section consacrée à la […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 8 Avril 2014

annibal carrache-le-choix-d-hercule-1596

Le choix d'Hercule

 

"La Lombardie s’enorgueillit, avec raison, du savant Annibal Carrache. La peinture marchant rapidement vers la décadence, s’écartait à Rome de la route que Raphaël et Michel-Ange lui avaient tracée ; il la ramena dans le chemin du vrai et du beau. Les élèves de Raphaël avaient prouvé qu’on dégénère bien vite en se traînant sur les traces même des plus grands talens. On ne peut marcher sans de bons principes ; mais on tombe bientôt, lorsqu’on n’est soutenu que par eux, et qu’on peut oublier que le but de l’art est la vérité : les règles ressemblent à Saturne, elles dévorent leurs enfans. L’École célèbre des Carrache à Bologne, en cherchant, par des routes nouvelles, l’imitation de la nature, en montrant toutes les belles connaissances qui conduisent à la perfection de la peinture, eut beaucoup de renommée dans toute l’Italie. Là, se formèrent le Guide, le Dominiquin, l’Albane, Lanfranc, et d’autres encore. Désigné par sa réputation, Annibal fut appelé à Rome pour peindre la galerie du palais Farnèse. Son rare talent y prit une nouvelle physionomie, et y acquit bien plus de puissance, par tout ce qui se présentait chaque jour à ses yeux, et par les belles occasions qu’il eût de déployer la vigueur de son sentiment et la profondeur de son savoir ; il y conduisit des élèves qui, déjà très-distingués dans l’École de Bologne, déjà très-habiles, et le devenant davantage par les études qu’ils firent à Rome, y répandirent cet éclat, un des plus brillans qui ait éclairé l’Europe, depuis la renaissance des arts en Italie.

 

annibal-carrache nus-endormie-avec-des-amours-environ-1602

Nue endormie avec des amours

 

Bien peu d’artistes ont réuni plus de parties de la peinture qu’Annibal Carrache ; la connaissance de l’anatomie, et des formes des statues antiques, est la base de son talent : son but principal fut, sans doute, de rendre la nature avec le plus de beauté et de grandeur possible, mais son but se montre trop souvent, et c’est une des choses qui le caractérisent. Il semble avoir suivi, dans ses études, la même marche que Michel-Ange : ils parlent la même langue, ils s’expriment différemment. Ses formes sont imposantes ; son style a de la fierté ; mais on ne peut pas dire qu’il soit terrible ; il avait dans l’âme assez d’élévation pour arriver au grand et au beau, pas assez pour atteindre au sublime. Comme sa grandeur a plus de science encore que de vérité, elle n’a pas de naïveté, et son talent venoit plus de sa tête que de son cœur.

 

Annibale CARRACCI, An allegory of Truth and Time (1584-5)

 

Ses belles formes paroissent calculées : on voit qu’il a voulu faire beau ; et pour que la beauté nous touche dans les arts, il faut que la route qui y conduit, ne soit pas aperçue ; disons mieux, les beautés sublimes ne viennent que des élans de l’instinct, et celui qui en est l’auteur est le premier qu’elles entraînent. Si Michel-Ange est exagéré, il l’est malgré lui, et sa manière terrible n’est que l’expression naturelle de son génie extraordinaire.

 

Annibal carache Venus Adonis Cupido (Museo del Prado)

Venus et Adonis

 

L’art paraît trop dans le Carrache ; mais c’est précisément cet art étonnant de peindre les hommes avec des formes nobles et fières qui fait son caractère distinctif. Ses draperies sont agencées d’une manière large qui convient parfaitement au style de ses figures, mais elles n’ont pas tout l’intérêt que donne la nature ; ses compositions, ses attitudes, ses expressions, ont le même caractère ; l’admiration est presque le seul sentiment qu’elles inspirent ; exceptons-en cependant quelques-unes de ses productions, et surtout son admirable tableau des Trois Maries, autrefois placé dans le cabinet du duc d’Orléans, et porté en Angleterre par la révolution ; on sait qu’il réunit à un très-beau dessin, la plus belle couleur, et les plus touchantes expressions.

 

 annibla carrache les trois Maries

Les trois Maries

 

Une réflexion se présente ici tout naturellement. Les circonstances n’ont-elles pas souvent déterminé une espèce de genre pour lequel on croit un homme uniquement né, qui se seroit également distingué dans un autre ? Annibal Carrache a fait un ouvrage si accompli de sa Galerie du palais Farnèse ; il a si bien senti les beautés convenables à un pareil travail ; ce travail est si vaste, il a tant d’originalité, tant de réputation, qu’on est bien tenté de croire que cet artiste étoit précisément fait pour ce genre, et qu’il n’eût pas eu le même succès dans un autre. Sans doute, il était bien organisé pour cette espèce de peinture ; mais si les circonstances lui eussent présenté d’autres occasions, aurait-il produit des ouvrages aussi célèbres ? Voilà la question, voilà le doute ; et le doute est permis lorsqu’on a vu le beau tableau des Trois Maries, dont je viens de parler. Supposé donc que le Carrache n’eût pas eu à peindre la Galerie Farnèse, qu’au contraire, il eût eu l’occasion de faire une suite de petits tableaux du genre de celui des Trois Maries, ne se représente-t-on pas qu’en possédant des ouvrages dus à l’espèce de disposition d’Annibal Carrache, à l’espèce d’études qu’il avoit faites, on auroit cependant une suite de productions en général differentes de celles qu’on a de lui, et l’on auroit peut-être de son talent des idées toutes différentes. On ne peut douter que les occasions ne nous fassent chercher tout ce qui est nécessaire pour réussir dans le genre de travail dont nous nous sommes chargés ; on s’occupe plus particulièrement d’une sorte d’étude, on y prend goût ; et si l’ouvrage dure long-temps, en se fortifiant dans certaines parties, on s’affoiblit sur d’autres. Le succès contribue encore à nous engager plus avant dans une route que nous croyons nous-mêmes être la seule, où le ciel devoit nous conduire. Ce n’est donc pas entièrement la nature, qui fait que tel peintre est plus coloriste que dessinateur correct ; tel autre plus décorateur, tel autre plus attaché à peindre les passions.

 

annibal Carracci-Butcher's shop

Boucherie

 

La peinture semble être divisée en deux parties principales, l’une de décoration, l’autre d’expression : le but de l’une est de plaire aux yeux, celui de l’autre est d’instruire, de charmer et l’esprit et le cœur. Les succès de la première sont obtenus par des lignes heureuses dans les dispositions générales, par la richesse et l’abondance des idées, par la manière pittoresque avec laquelle elles sont présentées, par la beauté et la variété des formes, par la magie du clair-obscur et de la couleur ; l’effet de la seconde tient surtout à la vérité, à la noblesse des compositions, des attitudes, des expressions, à la vérité convenable aux sujets, à celle de l’ensemble et des détails, aux émotions de l’âme de celui qui produit. Des yeux bien exercés, la science, un goût porté vers la richesse, sont la source de l’une ; un esprit juste, élevé, la délicatesse et l’abandon du sentiment, sont les principales causes de l’autre ; quoique ces deux parties ne soient pas tout-à-fait incompatibles, rarement on les admire ensemble.

 

Annibale Carraci - Venus Embriagada por Sátiro

Venus et Satire

 

La fameuse Galerie qu’Annibal Carrache a peinte au palais Farnèse à Rome, est un chef-d’œuvre dans le genre de la décoration : le mélange des ornemens, des stucs, des formes bizarres et des formes vraies, exclut nécessairement la vérité simple ; et dans un travail de ce genre, il faut, ainsi qu’à l’Opéra, la pompe et l’orgueil de la nature, bien plus que sa naïveté.

 

Annibale Carracci paysage

Paysage

 

Le Carrache a mis dans cette superbe décoration toute la beauté et la richesse, toute la variété et l’abondance qu’exigeoit un travail de ce genre ; les contours de ses figures y sont chargés exprès, pour faire plus d’effet à une certaine distance, mais ils ne s’écartent jamais des lois immuables de l’anatomie ; là, il a souvent prouvé que ces deux grandes divisions de la peinture, dont nous venons de parler, pouvoient quelquefois se trouver réunies ; et cette magnifique Galerie sera toujours regardée comme une des plus rares productions des efforts des beaux-arts.

 

 annibal carracci pieta

Pièta

 

Le tableau du Christ, sur les genoux de sa Mère, apporté à Paris depuis la révolution, placé maintenant au Musée Napoléon, doit être regardé comme un des plus beaux du Carrache ; il fait surtout bien connaître le véritable caractère de son talent ; on y voit sa manière large de sentir et de rendre la nature, on y est frappé de la grandeur imposante de son dessin. Il a peint aussi des paysages très-estimés, et il a donné, à tous les objets qu’il y a représentés, des formes fières et nobles, comme il l’a fait à ses figures d’hommes. Dans sa jeunesse, il aima passionnément les ouvrages du Corrège ; il l’a étudié beaucoup, il y chercha les principes du clair-obscur et du coloris, il y chercha tout ce qui peut conduire au grand et au gracieux. Sans doute, ce fut dans ce temps-là qu’il peignit le tableau qui étoit chez le duc d’Orléans, et dont nous avons déjà parlé ; depuis, l’objet de ses études se tourna d’un autre côté ; et quoiqu’il ait conservé quelque chose de sa première manière, quoiqu’il ait fait des tableaux d’une belle couleur, et qu’il ait toujours un ton mâle et vigoureux, le coloris n’est pas ce qui le distingue ; sa science, dans le dessin, est ce qui détermine son originalité, et lui donne sa place distinguée parmi les peintres célèbres. Ses ouvrages sont des sources profondes, où l’on peut toujours puiser avec fruit ; et les élèves fameux, instruits dans son École savante, ont encore donné un nouvel éclat à sa gloire.

 

Annibale Carracci , Allegory of River 1592Annibale Carracci sanson

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 7 Avril 2014

sarcophage dit du comte de Toulouse Guillaume Taillefer (2)

 

Ce sarcophage de la fin du IVe siècle ap. JC provient de l'enfeu de la basilique Saint- Sernin à Toulouse. C'est certainement l'un vestiges les plus anciens du site. On pense que l'ouvrage provient de la nécropole paléochrétienne de Saint-Sernin. On voit figurer sur ce sarcophage des personnages en toge dans la plus pur tradition romaine, cette scène corresponds à la traditio Legis: le remise de la loi nouvelle par le Christ à Pierre en présence de Paul et d'autres disciples.

 

sarcophage dit du comte de Toulouse Guillaume Taillefer (4)

 

sarcophage dit du comte de Toulouse Guillaume Taillefer

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS BYZANTIN PALEOCHRETIEN ORTHODOXE et RUSSE

Repost0