Publié le 5 Septembre 2014

Raguse jardin Ibleo (13)

 

A la pointe extrême de Ragusa Ibla, le jardin Ibleo rassemble des édifices religieux : San Giorgio Vechio avec son riche portail de style gothique catalan, San Giacomo (dite aussi église du Crucifix) dont le plafond gistorié date de 1754 (une fausse coupole en trompe-l'oeil est de toute beauté) et l'église des Capucins, enfin, qui renferme un beau triptyque de Pietro Novelli.

 

Le jardin d'un tracé très classique rassemble plusieurs plantes exotiques et offre, depuis une vaste promenade en belvédère, une très belle vue sur la vallée et la campagne sicilienne.

 

Raguse jardin Ibleo (14)

 

Raguse jardin Ibleo (3)

Raguse jardin Ibleo (6)

 

Raguse jardin Ibleo (11)

Raguse jardin Ibleo (12) Raguse jardin Ibleo (7)

 

Raguse jardin Ibleo (10) Raguse jardin Ibleo (8) Raguse jardin Ibleo (9)

 

Raguse jardin Ibleo (4)

 

Raguse jardin Ibleo

 

Raguse jardin Ibleo (2)

 

Photos: lankaart (c)

Source: Michelin RR



Sur les deux cloîtres qu’avait l'église de San Juan, seul a été conservé le plus ancien. Il s'agit d'un cloître à deux étages de forme un carré. Sur les portes du cloître inférieur à ce point culminant de communique avec l'église à hauteur de la croisée et de l’escalier d'accès à la sacristie. […]


Les jardins botaniques royaux de Kew, souvent appelés simplement Kew Gardens, sont un ensemble de jardins et de serres situés entre les quartiers Richmond upon Thames et Kew à l'ouest de Londres. Sur une superficie de 121 hectares, les Kew Gardens abritent l'une des plus importantes collections […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 4 Septembre 2014

junayd Baghdadi Humay devant le chateau de Humayun

British Library Londres 1396

 

Cette miniature illustre le poème Humay et Humayun histoire d'amour du XIVe siècle. Le manuscrit fut achevé en 1396 par Junayd de Baghdadi originaire de Bagdad. Son style est typique de la synthèse entre les influences chinoises liées aux invasions mongoles et la tradition mésopotamienne. A la fin du XIVe siècle ces deux influences avaient fusionnées dans le style pictural dit "romantique" de l'école de Chiraz. Dans cette miniature on voit la représentation d'une scène caractéristique de cette peinture appelée "l'oeil de Dieu": le soupirant à cheval le regard levé courtise Humayun qui penchée à sa tourelle le contemple. 

 

L'influence chinoise est perceptible dans la représentation du cheval et de son cavalier. Le décor de la scène renforce le caractère de conte romantique de la miniature. 

 

Source: RRA

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM CLASSIQUE

Repost0

Publié le 3 Septembre 2014

Paris arc de triomphe de l'Etoile (6)

 

Napoléon Ier, au lendemain de la bataille d'Austerlitz déclare aux soldats français : « Vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de Triomphe » et par un décret impérial en date du 18 février 1806 ordonne la construction de cet arc de triomphe consacré à perpétuer le souvenir des victoires des armées françaises. Son projet initial était d'en faire le point de départ d'une avenue triomphale traversant notamment le Louvre et la place de la Bastille.

 

Pour la conception du monument, l'architecte Jean-François-Thérèse Chalgrin fut en concurrence avec son confrère Jean-Arnaud Raymond, chargé de collaborer avec lui. Le premier souhaitait orner l'arc de colonnes isolées tandis que le second les voulait engagées, l'incompatibilité de ces deux conceptions rendant impossible toute collaboration entre les deux architectes. Un arbitrage rendu par Champagny, ministre de l'Intérieur, força Raymond à se retirer honorablement. Chalgrin supprima alors les colonnes de son projet.

 

La première pierre fut posée le 15 août 1806. Les fondations exigèrent deux années de chantier. En 1810, les quatre piles s'élevaient à environ un mètre au-dessus du sol. À l'occasion de son mariage avec l'archiduchesse Marie-Louise et de l'entrée de celle-ci dans Paris, l'Empereur délégua des crédits qui permirent à Chalgrin de construire une maquette en vraie grandeur en charpente, stuc et toiles peintes qui restèrent assez longtemps en place et sous laquelle la princesse passa. L'architecte mourut assez subitement en 1811, suivi, huit jours après lui, par son confrère Raymond.

 

Lors des premières défaites napoléoniennes (Campagne de Russie en 1812), et des évènements de 1814, l'arc de triomphe était élevé jusqu'aux voûtes, mais la construction fut interrompue puis abandonnée sous la Restauration. Louis XVIII ne reprit la construction qu'en 1824 avec les architectes Louis-Robert Goust puis Huyot et sous la direction de Héricart de Thury. En 1830, Louis-Philippe reprit la pensée initiale de Napoléon mais, dans un esprit de réconciliation, associe les armées qui ont combattu entre 1792-1815. C’est Louis-Philippe et Adolphe Thiers qui ont décidé du choix des thèmes et des sculpteurs : Le départ des Volontaires, communément appelé La Marseillaise, de François Rude et Le Triomphe de Napoléon de Jean-Pierre Cortot. Plus spectaculaire est la frise située au sommet de l’Arc et qui se divise en deux parties : Le départ des Armées et Le Retour des Armées avec une longue scène centrale à la gloire de la Nation. La construction sera finalement reprise et achevée entre 1832 et 1836 par l'architecte Guillaume-Abel Blouet, sous Louis-Philippe.

 

L'Arc de triomphe de l'Étoile est inauguré le 29 juillet 1836 pour le sixième anniversaire des Trois Glorieuses. Au départ, une grande revue militaire en présence de Louis-Philippe avait été prévue. Mais, alors qu'il venait d'être visé par un nouvel attentat le 25 juin, le président du Conseil, Adolphe Thiers, convainc le roi de s'en abstenir. La revue militaire est décommandée et remplacée par un grand banquet offert par le roi à trois cents invités, tandis que le monument est inauguré en catimini par Thiers, à sept heures du matin.

 

En 1842, Honoré de Balzac en a fait un symbole de la fidélité des soldats à l'Empereur : « mais tous les cœurs, même les plus hostiles à l'empereur, adressaient au ciel des vœux ardents pour la gloire de la patrie. Les hommes les plus fatigués de la lutte commencée entre l'Europe et la France avaient tous déposé leurs haines en passant sous l'arc de triomphe4 »

 

 

Paris arc de triomphe de l'Etoile

 

Paris arc de triomphe de l'Etoile (12)Paris arc de triomphe de l'Etoile (10)
Paris arc de triomphe de l'Etoile (7)Paris arc de triomphe de l'Etoile (9)

 

Paris arc de triomphe de l'Etoile (8)

 

Photos: lankaart (c)

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 2 Septembre 2014

Roberto ferri scene

 

Roberto Ferri ( né en 1978) est un artiste italien. Il est profondément inspiré par les peintres Baroques (Caravaggio en particulier) et les maîtres du Romantisme, de l'Académisme et du Symbolisme.

 

Roberto-Ferri christ

 

Roberto ferri NAIADE

 

roberto ferri espectáculo muro

 

Roberto ferri NOLI-FORAS-IRE

 

Roberto ferri pan

 

roberto ferri scene 2

 

Source: RR W

Pour en savoir plus: http://www.robertoferri.net/

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #XXIe: l'ART CONTEMPORAIN aujourd'hui

Repost0

Publié le 1 Septembre 2014

Tours Cathedrale (8)

 

La construction de la cathédrale a commencée au XIIIe siècle et terminée au XVIe siècle, de ce fait en parcourant l'édifice on découvre l'évolution de l'architecture gothique à travers les siècles. Le chevet montre l'origine du gothique, le transept et la nef sont de très beaux témoignages de son épanouissement et la façade est du style gothique flamboyant.

 

Tours Cathedrale (7)

 

Tours Cathedrale (9)

Tours Cathedrale (11)

 

Tours Cathedrale (4)

Tours Cathedrale (2)Tours Cathedrale (3)

 

Tours Cathedrale (5)

 

Tours Cathedrale (6)

 

Photos; Lankaart (c)

Source: RR

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 30 Août 2014

Allemagne Postdam (5)

 

Le palais de Sanssouci ou Sans-Souci (Schloss Sanssouci en allemand) est l'ancien palais d'été du roi de Prusse Frédéric II (dit Frédéric le Grand). Il est situé à Potsdam, dans le Land du Brandebourg, à vingt-six kilomètres au sud-ouest de Berlin. Il fut bâti entre 1745 et 1747 par l'architecte Georg Wenzeslaus von Knobelsdorff dans un style issu du rococo, que l'on nomme rococo frédéricien. Il est également renommé pour ses fabriques, ses jardins et les autres extravagances du parc de Sanssouci, attenant à l'édifice.

 

Allemagne Postdam (7)

 

La vue panoramique sur les jardins de Sanssouci est le résultat du désir de Frédéric le Grand de créer un jardin en terrasse sur le flanc de la colline de Bornstedt précédemment déboisée par son père, le roi-sergent Frédéric-Guillaume Ier. Les parterres des terrasses sont couverts de gazon cloutés d'ifs et gansés de buis noirs. Un escalier de 120 marches sépare les terrasses en deux parties symétriques et permettent d'accéder au parc depuis le palais.

 

Au pied du coteau, à partir de 1745, un jardin à la française aux formes géométriques prend Versailles pour modèle. La Grande Fontaine y est construite en son centre en 1748. Frédéric ne vit jamais de son vivant les eaux du jet s'élever dans l'air en dépit des efforts aussi constants qu'infructueux de ses ingénieurs en hydraulique. À partir de 1750, des statues de marbre sont placées autour du bassin de la fontaine. Là encore, la mythologie et Versailles servent d'inspiration : on reconnaîtra les figures de Vénus, Mercure, Apollon, Diane, Junon, Jupiter, Mars et Minerve, la représentation allégorique des quatre éléments, le feu, l'air, l'eau et la terre.

 

Allemagne Postdam (11)

 

Allemagne Postdam (13) Allemagne Postdam (15) Allemagne Postdam (17)

 

Allemagne Postdam (3)

 

Une fois les jardins en terrasse achevés, Frédéric tourne son attention sur le paysage environnant et entreprend ce qu'il a déjà fait à Rheinsberg, perpendiculairement à l'axe du palais de Sanssouci et des terrasses, il dessine une allée rectiligne qui s'étend sur 2,5 km de long, délimité à l'est par un obélisque érigé en 1748 et, à l'ouest, par le Nouveau Palais dont la construction est entreprise en 1763.

 

Le parc prolonge le thème horticole du jardin et se voit orné de trois mille arbres fruitiers dont des orangers, ananas, pêchers et autres bananiers sortis à la belle saison du château de l'Orangerie. La statuaire n'est pas en reste, qui célèbre Flore, Vertumne et Pomone.

 

Frédéric fait également construire plusieurs « folies », temples ou maisons d'agrément, en partie pour suppléer au manque d'espace à l'intérieur du palais et pour pouvoir loger d'autres visiteurs et courtisans, en partie en succombant à la mode du temps qui si elle se veut champêtre, l'est à nos yeux de manière un peu artificielle et totalement mondaine…

 

Allemagne Postdam (14)

 

Allemagne Postdam (4)

Le Pavillon chinois dessiné par Johann Gottfried Büring entre 1755 et 1764


Allemagne Postdam (2)

 

Frédéric-Guillaume III et, plus tard, Frédéric-Guillaume IV étendent le parc avec l'aide de leurs architectes, Karl Friedrich Schinkel et Ludwig Persius qui y ajoutent le palais de Charlottenhof à l'emplacement d'une ancienne ferme et les bains romains. De larges prés, de près de 300 ha, créent des perspectives visuelles qui lient Charlottenhof au Nouveau Palais, elles sont l'œuvre de Peter Joseph Lenné, le plus talentueux paysagiste de Prusse, et intègrent les folies de Frédéric comme le temple de l'amitié qu'il dédie à sa sœur Wilhelmine, margravine de Bayreuth.

 

Allemagne Postdam (6)

 

Allemagne Postdam (10) Allemagne Postdam (12) Allemagne Postdam (8)

 

Allemagne Postdam (9)

 

Allemagne Postdam (16)

 

Allemagne Postdam

 

Photos: lankaart (c)

Source: Wikipedia

 



L’Estufa Fria (Serre froide) de Lisbonne est un ensemble étonnant, la serre est constituée d’un immense toit formé d’un treillage en bois non étanche à l’eau et à l’air. En hiver ce treillage permet de maintenir une ambiance fraiche et tempérée, en été l’ombre et la présence de l’eau au sol […]


Le Désert de Retz est un jardin anglo-chinois créé à la fin du XVIIIe siècle par un aristocrate, François-Nicolas-Henri Racine de Monville. Il est aujourd’hui l’un des rares à subsister dans une forme proche de sa création d’origine. Son propriétaire-créateur le nomma Désert, à l’instar de […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 29 Août 2014

Fra Angelico Christ cruxifié

Metropolitan Museum New-York. 1420-23.

 

Au début du XVe siècle Fra Angelico peint cette très belle crucifixion. La composition générale annonce la Renaissance: le cercle des soldats romains et leurs chevaux, la mère du christ évanouie, les compagnons du Christ forment un ensemble parfaitement équilibré.

 

Source: RR MM

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0

Publié le 28 Août 2014

perse rython en or

Metropolitan Museum, New-York. Ve siècle av. JC

 

Les rythons avec la tête d'un animal ont une longue histoire dans le Proche-Orient aussi bien qu'en Grèce et en Italie. Les premiers exemples iraniens sont droits, avec le corps de l'objet et la tête de l'animal dans le même plan. Plus tard, pendant la période Achemenide, la tête de l'animal était souvent placés à angle droit par rapport au corps du rython, comme dans ce très bel exemple en or. Dans la fabrication de ce rython en or, plusieurs parties ont été jointes, ce qui démontre l'habileté des orfèvres de l'époque. Cet objet est typique du style Achemenide, la férocité du lion grondant a été tempérée selon les conventions décoratives de l'époque. La plume sur le corps suggère que l'animal est une conotation fantastique.

 

Phots: Metropolitan Museum

Source: RR MM

 



British Museum A Ninive, à l'est du temple d'Ishtar, également sur le rebord du tell, un complexe palatial réaménagé lui aussi sous Sennacherib a été identifié : on parle d'un « Palais oriental ». En réalité, il s'agit probablement de l'extension nord du Palais sud-ouest. Cet édifice semble […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #MESOPOTAMIE et PERSE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 27 Août 2014

Mont saint-Michel jardin (2)

 

Le cloître de l'Abbaye du Mont-Saint-Michel, à la superbe double arcature, est un lieu de sérénité. Il faisait face jadis au fureur de l'océan. Image d'une nature apaisée en un lieu où la nature est souvent agressive, ce jardin était un espace de refuge pour les moines bénédictins. Les plantations sont modernes,recherchées, et rappellent aussi le "drap vert" qu'un auteur médiéval conseillait de tendre dans le jardin. 

 

Mont saint-Michel jardin

 

Mont saint-Michel jardin (3)

 

Mont saint-Michel jardin (4)

 

Mont saint-Michel jardin (5)

 

Source: RR 2J

Photos: Lankaart (c)

 



Le Parc fut offert à la ville de Seville en 1893 par l'infante María Luisa, duchesse de Montpensier, et faisait à l'époque partie des jardins du Palais de San Telmo. Il ne fut que peu modifié jusqu'en 1911 : seule fut créée l'avenue de las Acacias qui suivait les chemins existant auparavant. Le […]


Créé en 1478, il succédait au cimetière appelé « jardin juif » qui a été découvert au cours de fouilles archéologiques sous la rue Vladislavova dans la Nouvelle Ville, il fut fermé en 1786 Le nombre exact de pierres tombales et de morts enterrés est imprécis car il y a parfois plusieurs couches […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 26 Août 2014

Sassanide plat en argent 3

Metropolitan Museum, New-York. Ve siècle ap. JC

 

Le roi à la chasse était devenu une image royale standard sur les plats en argent pendant le règne de Shapur II (310-379 ap. JC). Le thème, symbolisant la prouesse des dirigeants Sasanian, a été utilisé pour décorer ces assiettes royales, qui étaient souvent envoyées comme des cadeaux aux cours voisines. Le roi a des attributs royaux divers : une couronne, un globe couvert,un nimbe et un licou, sur le cheval, perlé avec des rubans flottants.

 

L'identité du roi Sasanian sur cette assiette est incertaine. Sa couronne l'identifie comme Peroz (r. 459-484) ou Kavad je (r. 488-497, 499-531).

 

Ces plats étaient dans un premier temps martelés pour donner une forme à l'ensemble, puis doré en utilisant un amalgame de mercure et d'or.

 

Sassanide plat en argent 2

 

Sassanide plat en argent

Metropolitan Museum, New-York. Ve siècle ap. JC.

 

Photos: Metropolitan Museum

Source: RR MM

 



British Museum Ville de Mésopotamie sur la rive orientale du Tigre en face de Mossoul. Le site de Ninive a été habité dès le ~ VIe millénaire. Ses ruines sont ensevelies sous le tell de Kouyoundjik et sous le tell Nebi Younous, où, selon la tradition musulmane, est situé le tombeau de Jonas. La […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARTHES et SASSANIDES

Repost0