Vendredi 16 novembre 2012 5 16 /11 /Nov /2012 12:50
- Publié dans : ART MODERNE

Salvador dali persistance de la memoire les montres molles

MOMA, New-York, 1931

 

" La persistance de la mémoire", populairement connue comme "les  montres molles ", a été peint par Salvador Dali en 1931 entre Cadaqués et Paris, où il a été achetée par un marchand de New York avant de tourner dans plusieurs musées puis d'intégrer le fonds permanent du MOMA.

 

Salvador Dalí a peint ce tableau en pleine époque surréaliste, lors d'une période de transitions personnelle et créatrice. La persistance de la mémoire, allégorie de l'immortalité, est une des oeuvres les plus puissantes de Dalí et l'une des plus connues de l'art mondial. Ce tableau est né lorsque Dali, après un dîner terminé par du Camembert, a entamé une réflexion compulsive sur les mystères des éléments durs et mous, puis s'est immédiatement mis à travailler, frénétiquement et toute la nuit, en introduisant sur la toile trois montres à demi-fondues.

 


 Yves Tanguy - Desnos


"Ce sont les courants d’air des châteaux hantés, ce sont les formes étranges des nuages, ce sont les cimetières abandonnés et dans lesquels, à midi précis, je vous l’assure, viennent danser les filles éternelles du soleil, qui sont du domaine d’Yves Tanguy …" Desnos Miro - Desnos "On a mis en cage l’oiseau des îles. Tout le jour des petites filles en habits surannés ont délaissé le jeu de grâce et la tapisserie pour admirer son plumage ravissant. L’une d’elles a ouvert la porte. L’oiseau […]


La tentation de saint-Antoine, 1946 Après la seconde guerre mondiale Dali cherche de nouvelles voies, l'avènement de l'ère atomique, les débuts de la guerre froide et le bilan de la 2nd guerrre mondiale l'amènent au mysticisme. Il se tourne vers des thèmes classiques et s'inspire des grands peintres. La tentation de Saint-Antoine fut peinte pour un concours d'affiche pour un film. La mise en scène du tableau associe des éléments mystiques et fantastiques dans un univers proche des tableaux […]


«Il s’agit là d’un tableau que j’ai peint après la défaite des Républicains en Espagne. C’est évidemment un titre ironique pour désigner une sorte d’animal qui détruit et anéantit tout sur son passage. C’était l’impression que j’avais à l’époque, de ce qui allait bien pouvoir arriver dans le monde, et en cela j’ai eu raison. » Max Ernst Peint en 1937 comme un manifeste contre Franco et le totalitarisme, ce tableau est prémonitoire, il annonce les massacres et les destructions qui […]

Par rafael - Communauté : l'art pour tous
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Rechercher

Recommander

Facebook et Twitter

FLUX RSS

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés