Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecole de Novgorod Saint Georges et le dragon. XVè. Moscou

Russian Icon. St. George et le Dragon. XIVe siècle. Novgorod. De l'église de  Maniokhin . Russian Museum, St. Petersburg, Russia.

 

Saint-Georgesétait issu d'une famille de Cappadoce, riche et de haute condition. Ayant perdu son père à l'âge de dix ans, sa mère Polychronia, qui était devenue chrétienne à l'insu de son mari, retourna dans sa patrie, la Palestine, et éleva son jeune fils dans les vertus évangéliques. De belle apparence, intelligent et de mœurs raffinées, Georges entra dans la carrière militaire à l'âge de dix-huit ans. Il plut à ses supérieurs et fut rapidement élevé au grade de tribun de la garde impériale, puis, semble-t-il, à la dignité de préfet.

 

De retour vers la Cappadoce après une campagne victorieuse, passant dans la région d'Attalia en Pamphylie, il délivra la fille du roi, qui avait été livrée en pâture à un redoutable dragon, et mit à mort la bête par la force surnaturelle qu'il tirait de sa foi. Admiratifs devant cette démonstration de la puissance accordée par le Christ à ses fidèles contre les puissances du mal, les païens de l'endroit se convertirent tous au christianisme .

 

Au temps de la Grande Persécution déclenchée par Dioclétien (vers 304), comme l'empereur avait convoqué à Nicomédie tous les gouverneurs d'Orient pour leur communiquer ses décrets contre les Chrétiens, Saint Georges, sentant que le moment était venu pour lui de confesser publiquement le Christ, distribua tous ses biens aux pauvres, affranchit ses esclaves et se rendit à la cour. Il se présenta au milieu de l'assemblée et reprocha au souverain de verser injustement le sang innocent des Chrétiens. Stupéfait, Dioclétien chargea son second, Magnence, d'interroger cet insolent sur sa croyance. Georges répondit que c'était parce qu'il croyait au Christ, vrai Dieu, qu'il était venu sans crainte leur adresser ces reproches. Une fois remis de sa stupeur, l'empereur, craignant l'agitation de l'assistance, proposa au Saint de le couvrir d'honneurs à condition qu'il accepte de sacrifier aux dieux de l'Empire. Georges répondit : « Ton règne se corrompra et disparaîtra rapidement, sans te procurer aucun profit; mais ceux qui offrent un sacrifice de louange au Roi des Cieux règneront avec Lui pour l'éternité !»

 

Le culte de Saint Georges a connu une immense faveur dans tout le monde chrétien, tant en Orient quen Occident. Il a été St Georgeschoisi pour protecteur de pays comme la Géorgie et la Grande-Bretagne, des milliers d'églises lui ont été consacrées et toute âme chrétienne voit en lui l'incamation des vertus de vaillance, de patience dans les afflictions et de confiance en l'assistance de la Grâce que le Christ, Maître du combat, a recommandées à tous les soldats de la piété.

 

Pour en savoir plus:

 

http://www.icones-grecques.com/textes/synaxaires-vies-de-saints/vie-passion-georges.htm




Saint Paul XVe siècle Andréï Roublev ou Roubliov, Saint André l’Iconographe pour la tradition orthodoxe, est une figure majeure de l’art russe du moyen-âge. Moine né vers 1360 – 1370 il est le créateur de nombreuses icônes au XVe siècle. Mort en 1427-1430 il marque durablement la vision iconographique de l’église orthodoxe russe. Son œuvre la plus connu est l’Icône de la Trinité, représentation allégorique de Dieu à travers trois anges. Son œuvre d’une très grande qualité stylistique marque […]



Enlumineurs d’origine flamande au début du XVe siècle les frères Limbourg : Pol, Jean et Hermann sont au service de la maison de Bourgogne, Philippe le Hardi puis Jean sans Peur. Puis dès 1405 ils passent au service de Jean de Berry dont ils réalisent les Belles heures dites Heures d’Ailly. Leur chef d’œuvre les très riches Heures du duc de Berry a été terminé en 1489 par Jean Colombe de Bourges.



Andréï Roublev (1360-1430 environ) est un moine moscovite qui domine la production artistique de son époque. La Trinité est son œuvre majeur, le Concile des Cent Chapitres en 1551 l’identifie comme le modèle insurpassable, aussi bien sur le plan technique mais surtout sur le plan symbolique. L’icône reflète bien l’approche orthodoxe de la trinité, nous sommes non pas face à une représentation de Dieu mais face à une approche pédagogique de ce que Dieu est. Nous sommes en présence de Dieu […]

Tag(s) : #ARTS BYZANTIN PALEOCHRETIEN ORTHODOXE et RUSSE

Partager cet article

Repost 0