Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La pluie
  

 

Par les deux fenêtres qui sont en face de moi, les deux fenêtres qui sont à ma gauche, et les deux fenêtres qui sont à ma droite, je vois, j’entends d’une oreille et de l’autre tomber immensément la pluie. Je pense qu’il est un quart d’heure après midi : autour de moi, tout est lumière et eau. Je porte ma plume à l’encrier, et jouissant de la sécurité de mon emprisonnement, intérieur, aquatique, tel qu’un insecte dans le milieu d’une bulle d’air, j’écris ce poème.

Ce n’est point de la bruine qui tombe, ce n’est point une pluie languissante et douteuse. La nue attrape de près la terre et descend sur elle serré et bourru, d’une attaque puissante et profonde. Qu’il fait frais, grenouilles, à oublier, dans l’épaisseur de l’herbe mouillée, la mare ! Il n’est pas à craindre que la pluie cesse ; cela est copieux, cela est satisfaisant. Altéré, mes frères, à qui cette très merveilleuse rasade ne suffirait pas. La terre a disparu, la maison baigne, les arbres submergés ruissellent, le fleuve lui-même qui termine mon horizon comme une mer paraît noyé. Le temps ne me dure pas, et, tendant l’ouïe, non pas au déclenchement d’aucune heure, je médite le ton innombrable et neutre du psaume.

Cependant la pluie vers la fin du jour s’interrompt, et tandis que la nue accumulée prépare un plus sombre assaut, telle qu’Iris du sommet du ciel fondait tout droit au cœur des batailles, une noire araignée s’arrête, la tête en bas et suspendue par le derrière au milieu de la fenêtre que j’ai ouverte sur les feuillages et le Nord couleur de brou. Il ne fait plus clair, voici qu’il faut allumer. Je fais aux tempêtes la libation de cette goutte d’encre.

 

 

Paul Claudel

 



Vallotton (1865-1925) grave les images emblématiques de la grande guerre avant de se rendre sur le front. Son album C'est la guerre réunit des gravures sur bois, technique qu'il a déja utilisé dans ses Chroniques intimes. Elle exige une simplification des formes, un travail sur le contraste du noir et du blanc sans nuances, l'invention d'un dessin direct. Elle convient donc tout particulièrement aux luttes dans les sapes obscures, au poignard, à l'aveuglette, entre des ennemis qui se voient […]


Le séjour à Venise de James Whistler, qui marque un nouveau tournant dans sa production, était motivé par une commande de marchands de la Fine Art Society, qui lui avaient demandé une suite de douze eaux-fortes sur des sujets vénitiens. Whistler resta plus d'un an à Venise, en donnant une vision très neuve au travers de cinquante eaux-fortes, cent pastels et moins d'une dizaine de peintures. Il n'hésite pas à s'aventurer sur les canaux ou dans les cours inconnus, à décrire la lagune de nuit […]

Tag(s) : #FAUVISME etc.., #POESIE

Partager cet article

Repost 0