Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

paris palais royal mai 2009 (28)

 

Construit par Richelieu en 1628, le Palais-Cardinal légué au roi sert de résidence à Louis XIV enfant pendant les troubles de la Fronde et devient le Palais-Royal. Donné en apanage à Monsieur en 1692, il devient le palais des Orléans. Le Régent y réside. Le futur Philippe Égalité y réalise en 1780 une grandiose opération immobilière conduite par l'architecte Victor Louis, en encadrant le jardin de constructions uniformes et de galeries qui vont devenir pendant un demi-siècle, par leurs cafés, restaurants, salons de jeu et autres divertissements, le rendez-vous à la mode d’une société parisienne élégante et souvent libertine. La fermeture des maisons de jeu y mettra fin en 1836.

 

paris palais royal mai 2009 (7)

 

C'est l’année 1780 qui marque un tournant dans l’histoire du Palais-Royal.

L'arrière-petit-fils du Régent Louis Philippe Joseph d’Orléans, duc de Chartres (qui sera duc d’Orléans à la mort de son père en 1785 et Philippe Égalité pendant la Révolution), reçoit l’entière propriété du Palais-Royal. Très endetté, il s’engage sur la voie de la spéculation immobilière. Son idée est de lotir sur le pourtour du jardin, de louer les rez-de-chaussées à des commerçants et de faire du Palais-Royal le pôle d’attraction de tout Paris. Les nouveaux bâtiments ouvriront sur plusieurs nouvelles rues dédiées aux garçons du duc, la rue de Montpensier à l'ouest du jardin, la rue de Beaujolais au nord et la rue de Valois à l'est.

Il obtient l’autorisation de son cousin Louis XVI en juin 1781. Les 72 propriétaires des maisons qui avaient vue sur le jardin protestent, sans effet. Le duc choisit comme architecte Victor Louis qui vient d’achever le théâtre de Bordeaux.

Sur la façade du jardin, Victor Louis aligne 180 arcades séparées par des pilastres corinthiens et éclairées par 188 réverbères suspendus sous le cintre des arcades. Chaque maison comprend un rez-de-chaussée et un entresol donnant en retrait sur la galerie, un étage noble, un second plus réduit. Le troisième étage et les combles destinés aux domestiques sont à demi cachés par une balustrade supportant des vases.

Le duc, persuadé de la nécessité d’une salle de spectacle dans l’enceinte de son palais (il avait échoué à faire reconstruire une nouvelle salle d’Opéra par la Ville de Paris au lendemain de l’incendie de 1781) fait appel à Victor Louis pour construire de 1786 à 1790 l’actuelle Comédie-Française à l’angle sud-ouest de son terrain. Ce dernier avait déjà conçu à l’extrémité nord de la galerie Montpensier une petite salle de spectacle (destinée aux marionnettes d’un des fils du duc) qui allait devenir le futur théâtre Montansier puis théâtre du Palais-Royal.

Débordant d’idées pour attirer le public, le duc fait aussi construire en 1787 le Cirque du Palais-Royal au centre du jardin pour organiser des courses de chevaux. Victor Louis réalise un édifice de 72 colonnes ioniques, revêtu de treillage, de 100 m de long sur 16,50 m de large, en partie enterré (4,30 m) pour ne pas obstruer la vue sur les galeries. 40 boutiques sont complètement enterrées annonçant nos centres commerciaux d'aujourd'hui. Le monument enthousiasme les contemporains. « Le cirque est le monument d’architecture le plus beau, le plus gracieux, le plus original si on ose le dire qui existe à Paris. C’est une création souterraine formée d’un coup de baguette magique. » écrit Louis Sébastien Mercier en 1789. Mais les problèmes financiers obligent le duc à le louer. On y installe un salon de thé et un orchestre. Il est détruit par un incendie fin 1798.

 

 

paris palais royal mai 2009 (9)

 

paris palais royal mai 2009 (16)

paris palais royal mai 2009 (24)

 

paris palais royal mai 2009 (19)

paris palais royal mai 2009 (5) paris palais royal mai 2009 (3)

 

Photos: Lankaart (c)

Source: Wikipedia



Schinkel réalisa à Berlin entre 1818 et 1821, l’une de ses œuvres les plus monumentales : un Théâtre sur Gendarmenmarkt (place de l’Académie). En 1817 l’ancien théâtre fut détruit lors d’un incendie. Schinkel sut imposer son projet d’une grande sobriété, fonctionnel et conçu pour résister aux […]


Musée du Louvre, Paris Jacques-Louis DAVID (1748 - 1825) Sacre de l'empereur Napoléon Ier et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 1806 - 1807 H. : 6,21 m. ; L. : 9,79 m. "Aussi beau que Rubens !'', disait Géricault parlant du Sacre. […]

Tag(s) : #NEO-CLASSICISME

Partager cet article

Repost 0