Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ninive - Chasse au lion palais d'Assurbanipal

Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal (5)

 British Museum

 

Ville de Mésopotamie sur la rive orientale du Tigre en face de Mossoul. Le site de Ninive a été habité dès le ~ VIe millénaire. Ses ruines sont ensevelies sous le tell de Kouyoundjik et sous le tell Nebi Younous, où, selon la tradition musulmane, est situé le tombeau de Jonas. La Genèse attribue la construction de Ninive à Nemrod. Hammourabi, dans le prologue de son Code, cite Ninive au nombre des grandes villes de son empire. Après avoir été possession mitanienne, Ninive appartint aux Assyriens dès le milieu du XIVe siècle. Elle ne devint une cité importante qu'à une date relativement tardive. Tiglat-Pileser Ier (~ 1115-~ 1077) y construisit un palais royal, mais Assournaṣirpal Ier (~ 1050-~ 1032) préféra Kalhou à Ninive. Ce n'est qu'à la fin du ~ VIIIe siècle que Sennachérib (~ 704-~ 681) fit de Ninive la capitale du royaume assyrien, fameuse par ses dimensions, son système d'adduction d'eau et son temple d'Ishtar.

 Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal (4)

 

Assurbanipal qui règne sur tous les peuples du Proche-Orient de 668 à 627 avant l'ère chrétienne, à l'apogée d'un empire qui dura trois siècles, n'a longtemps laissé d'autre souvenir que ces quatre syllabes : "Sardanapale". Déformation d'"Assurbanipal", le sobriquet désigne, aujourd'hui encore, le jouisseur indolent et dépravé.

  

"Sardanapale surpassa tous ses prédécesseurs en débauches et paresse. Car non seulement il ne se montrait jamais au monde extérieur, mais il menait la vie d'une femme (...), raconte Ctésias dans ses Persica - dont seuls des fragments nous sont parvenus. Il s'efforçait même de rendre sa voix féminine et (...) il cherchait aussi les joies de l'amour des deux sexes (...)" Quant à sa chute, elle fut pour le paresseux souverain l'occasion de faire disparaître avec lui tous ses objets de plaisir. "Pour ne pas tomber aux mains des ennemis, il fit édifier un immense bûcher dans son palais, y amassa tout son or et tout son argent ainsi que ses vêtements royaux, raconte le médecin et historien grec. Il enferma dans une chambre construite au milieu du bûcher ses concubines et ses eunuques, se joignit à eux tous et mit le feu à l'ensemble du palais." Ctésias de Cnide (vers 400 av. JC)

  Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal (2)

 

Les grecs ont tout oublié d'Assurbanipal. Qu'il pouvait être infiniment brutal, qu'il a régné sur tout le Proche-Orient, par exemple. Mais, aussi, qu'il était savant. Aucun roi d'Assyrie et, que l'on sache, aucun souverain mésopotamien, n'a autant insisté dans ses annales - c'est-à-dire le récit de ses campagnes militaires et de ses actes mémorables - sur sa formation intellectuelle. Il connaît, fait-il écrire, "le secret caché de tout l'art du scribe", il peut examiner "les signes célestes et terrestres et (en débattre> avec l'assemblée des experts", il se plaît à scruter "l'écriture des pierres d'avant le Déluge", il est capable de lire "la tablette subtile en sumérien abscons". Assurbanipal ne sait pas seulement lire et écrire, il connaît de surcroît le sumérien, langue morte depuis quinze siècles, qui demeure d'usage liturgique et scientifique dans toute la Mésopotamie - comme le fut le latin dans l'Europe médiévale. Tout cela, après la chute de l'empire assyrien, en 610 avant l'ère chrétienne, devait disparaître de toute mémoire pour 2 400 ans.

 

Mais l'homme n'est pas avare de paradoxes. Pour la distraction de ses sujets, il descend dans l'arène. Il affronte des lions. "Au corps à corps, au poignard, sans cuirasse. Et de toute évidence, même si le lion d'Asie est plus petit que celui d'Afrique, il n'en risque pas moins sa vie." Ces tête-à-tête avec les grands félins - qui à l'époque pullulent dans la région - sont représentés avec force détails sur les bas-reliefs de son palais. Des représentations "que tout le monde pouvait voir et dont l'affichage aurait été proprement ridicule si elles avaient été fictives".

  

Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal

 

Il est important de rappeler que les lions ont toujours habité et en grand nombre l'Irak dans les plaines et sur les plateaux de Ninive, dans les buissons et palmeraies de Babylone et dans les marais du sud. Les rois chaldéens et assyriens étaient grands chasseurs de lions. La force et la majesté du lion, ses fureurs et son ardeur à poursuivre la proie ont fourni maintes comparaisons aux poètes. Les rugissements que le lion fait entendre sont formidables, retentissent et résonnent au loin à une lieu à la ronde, et ont quelque chose de majestueux, surtout dans le silence de la nuit. Ils remplissent d'épouvante toutes les bêtes de la savane qui en suivent, tremblant, les diverses modulations.

 

Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal (6)

 

Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal (7)

 

Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal (9)

 

Source: Encyclopédie universalis. Le Monde.fr.

pour en savoir +:

http://assurbanipal-banipal.blogspot.com/2010/04/assurbanipal-669-631avant-j_01.html

 

http://antikforever.com/Mesopotamie/Assyrie/apogee_chute.htm




Palais de Sargon II, Bas-relief, Musée du Louvre, Paris Sargon II est le roi de l'Assyrie (722 - 705 av; JC) et l'un des plus puissant monarque du royaume. En créant sa capitale à Dur-Sharrukin (Khorsabad) il fait édifié un immense palais. Dans ce bâtiment hors du commun pour l'époque, il fait réaliser un ensemble décoratif impressionant, toutes les salles d'apparat sont couverte de frises monumentales, d'immenses sculpture acceuillent les visiteurs. Sur l'un des murs du palais court une […]
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article