Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LANKAART

LANKAART

.


Boulogne - Les jardins Albert Kahn

Publié par rafael sur 1 Mai 2014, 17:00pm

Catégories : #PARCS et JARDINS

Boulogne jardins Albert Kahn (8)

 

célèbre financier parisien Albert Kahn créé dans sa propriété de Boulogne des jardins, de 1895 à 1910 il imagine sur une surface de quasiment 4 hectares, un ensemble de jardins de styles et d'ambiances différentes. Le tout forme un très beau parc mariant jardin à la française, évocation des vosges, jardin jjaponais, bassins fleuris etc...

 

Le jardin japonais moderne de Fumiaki TakanoIl se compose d'un village japonais, créé en 1898, au retour du premier voyage au Japon d'Albert Kahn, par des jardiniers venus de ce pays (entre autres un Maître Jardinier « offert » par l’empereur). De son voyage au Japon en 1909, Albert Kahn rapporte en pièces détachées, deux maisons ainsi qu'un ensemble mobilier (pagode, torii, sorintô, ponts, portes) et un pavillon de thé remplacé en 1967 par la société des maîtres de thé de l'école Urazenké de Kyoto. Des cérémonies de thé y sont toujours pratiquées.

 

Un jardin japonais moderne, a remplacé partielement en 1990 le premier jardin, avec ses deux ponts de bois, sa montagne couverte d'azalées (évocation du mont Fuji) et ses berges de galets conçus par le paysagiste Fumiaki Takano. En hommage à Albert Kahn, F. Takano a organisé son jardin autour d'un cours d'eau qui évoque la vie et l'oeuvre du banquier, de la naissance (cône de galets) à la mort (tourbillon inversé).

 

Boulogne jardins Albert Kahn (4)

 

Le jardin à la française a été créé en 1895 par deux prestigieux paysagistes de l'époque : Henri et Achille Duchêne, il comprend un salon de verdure dont les parterres symétriques s'organisent devant les serres d'un jardin d'hiver (Palmarium) et un verger ornemental, où des arbres fruitiers taillés (essentiellement des poiriers et des pommiers) sont associés à des rosiers anciens sur des parterres géométriques.

 

Boulogne jardins Albert Kahn (2)

 

Le jardin anglais associe des fabriques de jardins (un cottage, un pont de rocailles, un puits -unique vestige d'une laiterie détruite en 1952 dans un incendie) et une vaste pelouse valonnée où serpente une rivière. De très grands arbres présentent une large diversité d'essences (séquoïa, ginkgo, palmiers chanvres, tulipiers de Virginie, etc.) témoignent du goût d'Albert Kahn pour la richesse végétale.

 

Boulogne jardins Albert Kahn (7)

 

Une forêt vosgienne rappele au banquier les paysages de son enfance. L'ensemble planté de pins et d'épicéa, reconstitue sur 3000 m² le versant lorrain du massif des Vosges parsemé de rochers de granit, tandis que le versan alsacien des Vosges s'organise autour d'une combe parsemée de quartiers de grès.

 

Une « forêt bleue » située sous les fenêtres de la maison d'Albert Kahn présente un ensemble de cèdres de l'Atlas et d'épicéas du Colorado dont les aiguilles forment un écran végétal gris-bleu où contrastent au printemps des fleurs d'azalées et de rhododendrons. L'ensemble évoque un tableau végétal dédié à la couleur au centre duquel un marais, double plan d'eau agrémenté de plantes aquatiques, permet des jeux de lumières.

 

 

 

 

Boulogne jardins Albert Kahn (6)

 

Boulogne jardins Albert Kahn (5)

 

Boulogne jardins Albert Kahn (3)

 

Source: Wikipédia, Musée Albert Kahn

 



Pour la réalisation de cet immeuble de grande hauteur (IGH), Le Corbusier crée l'Atelier des Bâtisseurs (AtBat), qui regroupe des architectes et des ingénieurs, dirigé par l'ingénieur d'origine russe Vladimir Bodiansky. Les architectes André Wogenscky, Georges Candilis et Jacques Masson collaborent au chantier au sein de cette structure. L'ensemble est situé au no 280 du boulevard Michelet de Marseille, cette barre est l'une des cinq unités d'habitation construites par Le Corbusier au cours […]


Fils de l’ébéniste Louis Majorelle, Jacques baigne, dès son enfance, dans le courant art nouveau de l'École de Nancy. Il accompagne fréquemment son père dans ses ateliers. Il s'inscrit en 1901 à l'École des beaux-arts de Nancy en section Architecture et Décoration. Dès 1903, Jacques Majorelle s’éloigne peu à peu de Nancy et de son père Il préfère devenir peintre et part à Paris. Il complète sa passion par des voyages en Espagne, en Italie et en 1910, il découvre l’Égypte, le monde de […]

Commenter cet article

karinne Sevin 13/05/2010 20:20


J'allais passé à côté !!!
St Cloud est ma ville familiale... Donc tout près de ces jardins...
Et pour le parc de st-Cloud ??
j'en demande des info ce soir !!!
SMILE Mr Rafael..


rafael 17/05/2010 13:45



ok à +



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents