Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kongo - Minkondi

 

Les minkondis font parties des œuvres les plus saisissantes d’Afrique. Originaires du Kongo ces figurines bardées de clous ont longtemps été considérées  comme des figures agressives

 et cruelles. Au contraire la figurine est un réceptacle, un intercesseur entre le sorcier et les démons qui nous tourmentent. Les clous sont des signatures, la formalisation concrète d’un pacte en relation avec la parole donnée. Chaque clou est la signature d’un pacte particulier, le sorcier est le gardien de tous ces accords passé entre les démons, les dieux et les humains. Réceptacle spirituel les minkondi ont une force plastique extrêmement rare, entre l’art traditionnel et les expériences les plus poussées de l’art contemporain.


(c) Lankaart.




Les Songyés habitent les régions Katanga et Kasaï au Zaîre sur les rives de la rivière Lomami. Leur histoire est indissociable de leur voisin les Lubas. Afin d'évoquer les esprits, les masques Bifwébé (Kifwébé au singulier) sont striés de bandes blanches ou noires qui sont une représentation symbolique de l'antilope bongo et également les passages empruntés par les esprits venus créer les confréries (Bukishi) chargées du contrôle politique et social. Ces esprits sont détenteurs des mystères […]



Musée des arts premiers, Louvre, Paris Les Kongos sont l'un des peuples du Congo actuel. Ils utilisent dans leur rites d'envoutement et de désenvoutement des figurines de protections, les minkondi. Celle-ci peut représenter des hommes ou des animaux, la particularité de ces figurines c'est de recevoir à travers un rite bien établi des lames métalliques ou des clous qui concentre sur la figurine les menaces ou les envoutements. Peu à peu le minkondi deviend une figurine étrange couverte de […]


Wyatt MacGaffey, l'un des plus grands spécialistes de la société kongo, définit le nkisi comme le réceptacle d'une puissance personnalisé qui vient du monde invisible des morts. Cette puissance est arrivée à se soumettre à un certain contrôle humain après avoir été attirée par des pratiques rituelles. Ces dernières sont opérées par le nganga un terme que MacGaffey traduit par « opérateur ». Le nganga occupe la fonction de devin, de prêtre, de guérisseur, de juge et de thérapeute. Le « […]

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article

karinne Sevin 20/03/2010 21:45


Saisissant!!


rafael 23/03/2010 21:59


oui en effet c'est l'une des expressions de l'art africain les plus originale et les plus "moderne", une vrai leçon d'art et de spiritualité.