Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ingres - Portrait de Louis-François Bertin

Ingres Louis-Francois Bertin

Musée du Louvre, Paris

 

« familièrement assis et accablé de son embonpoint, le modèle appuie ses deux mains tournées en dedans sur ses cuisses écartées, et de ses bras arrondis il semble soutenir le poids de son obésité. L'expression interrogative de son œil perçant, le léger désordre de ses cheveux, le nœud lâche de sa cravate, l'ampleur de son gilet, que remplit le développement de la poitrine, la tournure d'une veste redingote dont les plis trahissent les habitudes d'un corps toujours grossissant, les larges manches d'où sortent des mains boudinées, aux doigts fuselés et délicats, tout cela spécifie la personne ne varietur ( qui ne peut être changé ) » Charles Blanc 1870.

 

Le portrait de Louis-François Bertin par Ingres, c'est le triomphe de la bourgeoisie après la révolution de 1830. Patron de presse bertin était une figure du Tout paris, influent, sûr de lui, homme de pouvoir, bête politique, on le voit écrasant de sa personalité l'espace qui le contraint, explosant d'énergie. Il marque l'accomplissement d'une bourgeoisie libérale qui après avoir conquis le pouvoir s'installe dans cette nouvelle réalité sans complexe.




Musée du Louvre, Paris Ingres durant son séjour à la Villa Medicis à Rome poursuit ses recherches picturales et développe plusieurs représentations de la femme, l’un de ses sujets favoris. La Baigneuse Valpinçon dite la grande baigneuse peinte en 1808 est l’une de ses nombreuses peintures, elle marque une véritable rupture dans la représentation de la femme. Refusant la figuration du visage, donc l’identification de cette femme, Ingres préfère la représenter de dos dans une pose alanguie […]

 




La Grande Odalisque, Ingres, Musée du Louve Paris Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780/1867) est le chantre au XIXe siècle en France du style néo-classique. Elève de David, il commence sa carrière sous l'empire à Paris en exécutant différents portraits dans la veine néo-classique. Locataire de la villa Médicis, il part à Rome en 1806, en but à la critique parisienne, il y reste jusqu’en 1824. C'est durant ce séjour romain qu’il peint la Grande Odalisque qui dénote déjà quelques […]

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article