Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hassan Echaïr

Hassan Echaïr tableau

 

«Mon équilibre tient à trois choses: la première m’attache et me retient là-haut, puis une autre m’attire et s’enracine vers les profondeurs, entre les deux un flottement, une recherche d’équilibre, des liens, des attachements.»

(Hassan Echaïr)

 

hassan echair portrait

 

Hassan Echaïr est né en 1964 à Rommani (province de Rabat), il est diplômé de l’Ecole des Beaux-arts de Tétouan en 1987. De 1987 à 1992, il suit les cours de l’Ecole régionale des Beaux-arts d’Amiens (il obtient le DNAP, diplôme d’art plastique option infographie et vidéo-art) et d’Angers (DNSEP, diplôme national supérieur d’Expression plastique). Sa première exposition personnelle date de 1996. Echaïr est professeur de volume à l’Institut national supérieur des Beaux-arts de Tétouan. Il a été membre du Collectif 212.

 

Hassan Echair bambou-marouflé

 

 

Hassan Echaïr multiplie les supports et les médiums (dessin, sculpture, installation), néanmoins sa démarche se caractérise par l’économie des moyens qui frise le minimalisme. L’artiste développe un travail qui propose une série de réflexions sur l’énergie accumulée, réveillée, sur la liberté, sous le vent, dans l’orage, vers l’inconnu, sur la puissance, l’éphémère, sur l’identité, sur l’objet identifiable / non identifiable, sur la matière, sur la mesure du temps et sur la mémoire. Hassan Echaïr, profondément inspiré par l’entredeux continents, interpelle l’éphémère, l’immatériel de la vie face à l’implacable course du temps. Liant intimement verre, pierres et cordages, ses structures invitent l’ombre et sa fuite, l’empreinte de l’instant sitôt révolu. Cet artiste décrit son évolution artistique « comme creuser dans la terre » : le trou s’approfondit sans cesse.

 

 hassan echair tableau 2

 

Hassan Echaïr est obsédé par le caractère fugace et évanescent qui guette toute forme de vie. Le flux intarissable du temps condamne les existants –qu’ils soient minéraux, végétaux, animaux, humains ou simples artefacts– à une finitude sans appel ; ne laissant que deux possibilités: la perte ou la préservation. L’artiste choisit la préservation.

 

Source: http://www.vosartistes.com

 



Martin Eder peint la femme, les femmes et les animaux, souvent dans des associations surréalistes. Ses sujets récurrents sont souvent les animaux domestiques tels que les chats, les lapins, les caniches ou les oiseaux, ainsi que lascivement semi-vêtus de corps des femmes ou fillettes ( Lolita). Ces "naïve-kitsch" cachent souvent des détails qui peuvent irriter le spectateur et visent à l'amener à une réflexion plus profonde. Les peintures se référent au mouvement post-moderne, à l'érotisme […]


Elger Esser étudie depuis sa formation le paysage en photographie. Fort des travaux des grands photographes du XIXe siècle tels Henri le Secq ou Gustave le Gray, connus pour leurs paysages réalistes, il se passionne pour les descriptions de la nature qu’échangent Flaubert et Maupassant. Ces influences l’amènent à capturer des paysages souvent dépouillés, vidés de toute présence humaine. Pierre Bismuth Pierre Bismuth, né en 1963 à Neuilly-sur-Seine, est un artiste plasticien français qui vit […]

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article