Degas - Nus à la toilette

Publié le 13 Juin 2010

degas combing hair femme

 

 degas nue à la toilette

 

degas femme assise sur le rebord d'une baignoire

Femme assise sur le rebord d'une baignoire et s'épongeant le cou ,Vers 1880

Musée d'Orsay, Paris

 

   

Huysmans l'art Moderne, Le salon de 1879.

 

"M. Degas, sur lequel je dois un peu m' étendre, -car son oeuvre me servira

maintes fois de point de comparaison lorsque je

serai arrivé aux tableaux modernes du salon, -est,

à coup sûr, parmi les peintres qui ont suivi le

mouvement naturaliste, déterminé en peinture par les

impressionnistes et par Manet, celui qui est

demeuré le plus original et le plus hardi. Un des

premiers, il s' est attaqué aux élégances et aux

populaceries féminines ; un des premiers, il a osé

aborder les lumières factices, les éclats des rampes

devant lesquelles braillent, en décolleté, des

chanteuses de beuglants, ou s' ébattent, en

pirouettant, des danseuses vêtues de gaze. Ici,

point de chairs crémeuses ou lisses, point d' épidermes

en baudruche et de moire, mais de la vraie chair

poudrée de veloutine, de la chair maquillée de

théâtre et d' alcôve, telle qu' elle est avec son

grenu éraillé, vue de près, et son maladif éclat,

vue de loin. M. Degas est passé maître dans l' art

de rendre ce que j' appellerais volontiers la

carnation civilisée. il est passé maître encore

dans l' art de saisir la femme, de la représenter

avec ses jolis mouvements et ses grâces d' attitude,

à quelque classe de la société qu' elle appartienne.

  

Que les gens pas habitués à cette peinture s' effarent,

peu importe ! On leur a changé leurs pantoufles

de place, mais ils les chausseront bien, où qu' on

les leur mette. Ils finiront par comprendre que les

moyens de peinture excellents dans l' ancienne école

flamande pour rendre ces intérieurs tranquilles

dans lesquels sourient de bonnes grosses mères,

sont impuissants à rendre l' intérieur capitonné

de nos jours et ces exquises parisiennes au teint

mat, aux lèvres fardées, aux hanches polissonnes,

qui bougent dans de moulantes armures de satin et

de soie ! -certes, j' admire, pour ma part, les

Jan Steen et les Ostade, les Terburg et les

Metzu, et ma passion pour certains Rembrandt est

grande ; mais cela ne m' empêche point de déclarer

qu' il faut aujourd' hui trouver autre chose. Ces

maîtres ont peint les gens de leur époque avec les

procédés de leur époque, -c' est chose faite et

finie, -à d' autres maintenant !"

  

Huysmans l'art Moderne, Le salon de 1879.

Rédigé par rafael

Publié dans #NATURALISME et IMPRESSIONISME

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

EVEGI 19/08/2010 19:36


Le modèle de Degas était sa femme . Il l'a peinte tout au long de sa vie sous les traits d'une jeune et belle femme . N'est-ce pas beau l'amour ?