Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Saratoga Chamber Singers 2007-2008 Fall Concert

 

Maître de la "chanson parisienne", Janequin passe les 25 premières années de sa vie dans le Bordelais. En 1549, il s’installe à Paris et devient chantre ordinaire du roi. A l’âge de soixante-dix ans, il décide de devenir étudiant et entre à l’Université de Paris. Ses fonctions à la chapelle royale assurent son existence mais ne l’empêcheront pas de mourir dans la pauvreté.

Clément Janequin apparaît comme le maître de la chanson polyphonique du XVIe siècle, surtout dans le domaine de la musique profane. Son nom reste attaché aux Amours de Ronsard, à quelques poèmes de François Ier qu’il illustre musicalement, et à ceux également de Clément Marot.

La partie la plus originale et la plus célèbre de son œuvre est la chanson descriptive. Ce sont de grandes chansons ponctuées d’interjections, de cris, de paroles et d’onomatopées qu’on peut considérer comme les ancêtres de « la musique à programme ».

 

Ces oeuvres lui valurent une renommée européenne, alors que la France ne l’avait pas encore reconnu à sa mort. Voici l’hommage du poète Jean Antoine de Baïf à Janequin :

 

" ... Soit que représenter le vacarme il ose,

Soit qu’il joue en ses chants le caquet féminin,

Soit que des oisillons les voix il représente,

L’excellent Janequin, en tout cela qu’il chante

N’a rien qui soit mortel, mais il est tout divin. "

 

Source: http://www.acim.asso.fr/article.php3?id_article=36




A l'éclair violent de ta face divine Théodore Agrippa d' AUBIGNÉ (1552-1630) A l'éclair violent de ta face divine, N'étant qu'homme mortel, ta céleste beauté Me fit goûter la mort, la mort et la ruine Pour de nouveau venir à l'immortalité. Ton feu divin brûla mon essence mortelle, Ton céleste m'éprit et me ravit aux Cieux, Ton âme était divine et la mienne fut telle : Déesse, tu me mis au rang des autres dieux. Ma bouche osa toucher la bouche cramoisie Pour cueillir, sans la mort, […]
 


François Clouet, comme son père Jean Clouet, est originaire des Flandres. Sa vie est peu connue mais on sait qu’il fut un peintre très en vogue à la cour de France au XVIe siècle reprenant l’héritage artistique de son père. Il devient français en 1551. Les nombreux portraits qu’il peint à la cour sous les règnes de François Ier, Henri II et Charles IX sont un témoignage précieux des premiers temps de la renaissance française. On y voit l’influence de la peinture flamande à travers le souci […]

Tag(s) : #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Partager cet article

Repost 0