Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bouddha Tibet Buddha (2)  

Le Sûtra du Cœur de la prajñâ pâramitâ

 

Traduit par Xuanzang, le maître de la loi de la triple corbeille sous la dynastie Tang

 

Lorsque le bodhisattva Maître-en-contemplation pratique la profonde prajñâ pâramitâ, il voit que les cinq agrégats sont tous vides et se libère de toutes les souffrances.

 

Shâriputra, les formes ne sont pas différentes du vide, le vide n’est pas différent des formes, les formes sont le vide, le vide est les formes. Il en va de même des sensations, des perceptions, des constructions mentales et des consciences.

 

Shâriputra, tous ces éléments ayant l’aspect du vide, ils n'apparaissent ni ne disparaissent, ils ne sont ni souillés ni purs, ils ne croissent ni ne décroissent. C’est ainsi que dans le vide, il n’y a pas de forme ni de sensation, de perception, de construction mentale et de conscience.

 

Il n’y a pas d'œil, d'oreille, de nez, de langue, de corps ni de mental. Il n’y a pas de forme, de son, d'odeur, de saveur, de tangible ni d'élément. Il n’y a pas de domaine du visuel et ainsi de suite il n'y a pas de domaine de la conscience mentale.

 

Il n’y a pas d'ignorance et non plus cessation de l’ignorance et ainsi de suite il n'y a pas de vieillesse ni de mort et non plus cessation de la vieillesse et de la mort. Il n’y a pas de souffrance, d'origine, d'extinction ni de chemin. Il n’y a pas de connaissance et pas plus d'obtention puisqu'il n'y a rien à obtenir.

 

Comme le bodhisattva s’appuie sur la prajñâ pâramitâ, son esprit ne connaît plus d'empêchement et comme il ne connaît plus d'empêchement, il est dénué de crainte. Libéré des méprises et des pensées illusoires, il accède au nirvâna. Comme les bouddhas des trois temps s’appuient sur la prajñâ pâramitâ, ils réalisent l'anuttarâ samyak sambodhi.

 

Sache donc que la prajñâ pâramitâ est la grande formule magique, la grande formule du savoir, la formule suprême, la formule inégalée qui permet de supprimer toutes les souffrances, elle est vraie et non pas vaine. C'est pourquoi j'enseigne la formule de la prajñâ pâramitâ. J'enseigne ainsi la formule : Gate, gate, pâragate, pârasamgate, bodhi, svâhâ!

 

Référence canon sino-japonais de Taishô : volume VIII, livre 251, p. 848c.



Construit au début du XIXe siècle ce très beau temple de Luang Prabang fut consacré en 1821. Le toit à cinq niveaux du sim en bois est un très bel exemple du style de Luang Prabang. La véranda construite en façade est une particularité du temple, elle offre un abri pour lezs visiteurs et permet d’admirer la très belle décoration en or qui orne la façade principale, ces bas-reliefs illustrent la légende de Vessantara l’avant-dernière incarnation de Bouddha ainsi que des scènes du Ramayana. […]



Bronzes, Dahlem museum, Berlin. La Thailande, aujourd’hui majoritairement bouddhiste, a connu à l’époque historique presque toutes les formes de religion générées et diffusées par l’Inde. Toutes ces religions coexistèrent sans conflits avec celles pratiquées par les étrangers résidants comme l’islam, le christianisme, le confucianisme chinois ou l’animisme des autochtones qui, probablement perdurent encore de nos jours. De toutes ces religions, le bouddhisme Theravada va prévaloir en […]



Musée Guimet , Paris Ce Bouddha est un très beau témoignage de l'art d'Ayutthaya (XV-XVIe siècle), royaume puissant et très prolofique de l'ancienne Thaïlande. La pose du bouddha, la jambre droite repliée sur la gauche et la main posé délicatement symbolise la victoire de l'Eveillé sur Mara, le prince des ténèbres. Ce type de représentation est très courante en Asie du Sud-est. Cette sculpture en bronze date des débuts de la période Ayutthaya, on perçoit encore l'influence khmer, la douceur […]

Tag(s) : #BOUDDHISME CLASSIQUE

Partager cet article

Repost 0