Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boucher - La marquise de Pompadour

boucher portrait de of marquise de pompadour

 Mme de Pompadour, 1750, National Gallery of Scotland, Edimbourg

 

La marquise de Pompadour est née Jeanne-Antoinette Poisson, en 1721. Issue d’une famille de la bourgeoise montante liée au monde des finances, elle bénéficie d’une éducation choisie et raffinée. Jeune protégée du fermier général Le Normant de Tournehem, peut-être son père naturel, Jeanne-Antoinette épouse en 1741, à l’âge de vingt ans, le neveu de ce dernier : Guillaume Le Normant d’Etiolles, futur fermier général. Prête à être propulsée à la cour de Louis XV, elle deviendra la maîtresse en titre du roi, en 1745.

Symbole d’une nouvelle époque, la marquise de Pompadour ouvre les portes des salons et rencontre Diderot, Marivaux, Voltaire et Rousseau, une élite intellectuelle qui remet en cause la pensée traditionnelle et ouvre de nouvelles perspectives. Elle soutiendra cette élite auprès du roi. Dés anoblie après un mariage qu’elle vient de rompre, elle reçoit un nouveau titre, celui de marquise de Pompadour, pour paraître officiellement à la Cour et devenir maîtresse du roi.
 

Boucher la marquise de Pompadour

Mme de Pompadour, 1759, Wallace Collection, Londres


Grâce à une rente annuelle, elle fait l’acquisition de plusieurs demeures d’exception :
les châteaux de Crécy, de La Celles-Saint-Cloud, de Ménars, puis l’hôtel d’Evreux, actuel palais de l’Elysée. Son goût pour l’aménagement intérieur s’y exprime. Protectrice des arts, la marquise sait s’entourer des grands artistes de l’époque. Parallèlement, elle s’installe à l’automne 1745 au château de Versailles, dans l’appartement de la duchesse de Châteauroux dit l’appartement d’en haut. Elle le quittera, dès 1749, pour s’établir au rez-de-chaussée du corps central de la demeure royale : dans l’appartement d’en bas. Changement d’habitat, changement de statut aussi : depuis 1751, la marquise a cessé d’être la maîtresse du roi pour devenir l’amie et la conseillère.

 

Dans ces portraits, Boucher, l’un des grands maître de la peinture de l’époque la fait apparaître comme une femme sûre d’elle, au faîte de sa puissance et de son rayonnement.



Musée du Louvre, Paris La déesse Diane se repose après la chasse, servie par une nymphe pour sa toilette rituelle. Sous couvert de sujet mythologique, ce tableau est un hymne au corps féminin. Le raffinement du dessin, les chairs rayonnantes, la touche moëlleuse et le coloris lumineux attestent la maturité de l'artiste. Ce nu féminin peint en 1742 par Boucher et exposé au Salon , Diane au bain appartient à un ensemble de tableaux peints dans des formats réduits, destinés à des cabinets […]



Le Nid, Musée du Louvre, Paris François Boucher (1703-1770) est l’un des grands peintres français du XVIIIe. Reçu à l’académie en 1734, ses commandes auprès de la cour vont lui permettre d’imposer un style qui va rapidement se diffuser dans toute l’Europe. Il met à l’honneur la sensualité et le libertinage, offrant à la cour de Louis XV une peinture plus familière, proche des aspirations de l’aristocratie loin du faste écrasant du siècle de Louis XIV. Ses qualités de peintres, sa virtuosité […]

 


 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article