Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boucher - Le Nid

Le Nid, Musée du Louvre, Paris


François Boucher (1703-1770) est l’un des grands peintres français du XVIIIe. Reçu à l’académie en 1734, ses commandes auprès de la cour vont lui permettre d’imposer un style qui va rapidement se diffuser dans toute l’Europe. Il met à l’honneur la sensualité et le libertinage, offrant à la cour de Louis XV une peinture plus familière, proche des aspirations de l’aristocratie loin du faste écrasant du siècle de Louis XIV. Ses qualités de peintres, sa virtuosité lui permettent de mettre en avant la femme dans des situations très diverses, aussi bien des scène de genre que des évocations antiques, mais toujours avec le souci de faire de celle-ci un être plein de grâce et de sensualité à la porté du monde qui l’entoure, et non un être diaphane et idéalisé appartenant à un autre monde.  Son style subit les critiques, notamment de Diderot,  dès la mort de Mme de Pompadour en 1764. Le Néo-classicisme allait bientôt rejeter cette approche légère et féminine  de la vie.





Mme de Pompadour, 1750, National Gallery of Scotland, Edimbourg La marquise de Pompadour est née Jeanne-Antoinette Poisson, en 1721. Issue d’une famille de la bourgeoise montante liée au monde des finances, elle bénéficie d’une éducation choisie et raffinée. Jeune protégée du fermier général Le Normant de Tournehem, peut-être son père naturel, Jeanne-Antoinette épouse en 1741, à l’âge de vingt ans, le neveu de ce dernier : Guillaume Le Normant d’Etiolles, futur fermier général. Prête à être […]



Gainsborough exécuta plus de cinq cents toiles parmi lesquelles on compte près de deux cents portraits. Ceux-ci, qui représentent en général des membres de l'aristocratie anglaise, sont caractérisés par des couleurs fraîches et harmonieuses, surtout des verts et des bleus, appliquées en petites touches légères. Les toiles de Gainsborough expriment, en outre, une vibration lumineuse et colorée tout à fait unique et une mélancolie poétique due à un éclairage emprunté à la peinture hollandaise […]

    Antoine Watteau - Proust

Crépuscule grimant les arbres et les faces, Avec son manteau bleu, sous son masque incertain ; Poussière de baisers autour des bouches lasses… Le vague devient tendre, et le tout près, lointain. La mascarade, autre lointain mélancolique, Fait le geste d’aimer plus faux, triste et charmant. Caprice de poète – ou prudence d’amant, L’amour ayant besoin d’être orné savamment- Voici barques, goûters, silences et musique. Watteau - Gilles Musée du Louvre Paris, 1718-1719 Pierrot, dit autrefois […]

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article