Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fragonard - Portraits de fantaisie

Diderot, Musée du Louvre Paris

Jean-Honoré Fragonard (1732-1806) se présente à l’Académie en 1752, puis part à Rome de 1757 à 1761. A son retour il est reçu à l’Académie en 1765. Sa peinture à son début est jugé libertine et mondaine. En fait Fragonard défend une peinture sensuelle et généreuse, son geste est rapide, ses œuvres flamboyantes, intenses.


 Les deux portraits celui de Diderot et celui de l’abbé sont des preuves incontestables de son génie, on y ressent toute la fougue du peintre, le pinceau survole la toile, le portrait de l’abbé aurait été exécuté en 1 heure par l’artiste, preuve de son génie, de la sureté de son art. On appellera ces portraits, des portraits de fantaisie « fa presto » (exécuté rapidement en italien), la spontanéité est mise à l’honneur. On retrouve dans cette touche la même sensibilité que Frans Halls, cette même fougue. Cette peinture si généreuse accompagne les derniers fastes de la cour, la vague néo-classique porté par David plongera le peintre et sa peinture dans l’oubli.



Portrait de fantaisie Musée du Louvre Paris




Les hasards heureux de l'escarpolette (la Balançoire) (1767). collection Wallace, Londres « Je désirerais que vous peignissiez Madame sur une escarpolette qu'un évêque mettrait en branle. Vous me placerez de façon, moi, que je sois à portée de voir les jambes de cette belle enfant et mieux même, si vous voulez égayer votre tableau. » M. de Saint-Julien, receveur général des biens du clergé Les moeurs ont bien évolué sous Louis XV, et Fragonard répondant aux directives de son client nous […]

 

 

 

 




Musée du Louvre Paris, 1718-1719 Pierrot, dit autrefois "Gilles" Ce tableau étrange est l'une des plus belle oeuvre de Watteau. Portrait ou autoportrait, on ne sait, le tableau garde son secret. Il est toutefois d'une réel présence, l'absence d'action, le manque de volonté manifeste du personnage, sa quasi absence, font du portrait une image énigmatique, une personnification de la mélancolie ou de l'état de mélancolie, vision souvent présente dans la peinture européenne. Le pierrot, clown […]

 

 

 

 




Pélerinage à l'île de Cythère, Musée du Louvre, Paris Jean-Antoine Watteau (1684-1721) est une peintre français d’une très grande sensibilité. Ses tableaux, loin des grandes compositions d’un Lebrun, préfigure ce que sera la peinture française au milieu du XVIIIe siècle. C’est à travers son tableau Pèlerinage à l’île de Cythère, qu’il présente pour sa réception à l’académie, que l’on ressent le plus ce qui fait la qualité de son œuvre : la délicatesse de son toucher, ses sujets très galants […]

 


 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article