Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pierre Bruegel - La Chute des Anges Rebelles


"La Chute des anges rebelles" représente l'archange Michel et deux anges précipitant les anges rebelles dans les Enfers.

Les anges se transforment en êtres hybrides, fantasmagoriques et hallucinatoires avant de plonger dans les profondeurs des enfers en bas du tableau.
Le thème permet à Pierre Bruegel de nous exposer une vaste fresque de personnages mi-fantastiques, mi-humains, tout droit sortis de l'imaginaire du moyen-age.

Si, au centre, Saint-Michel concentre notre attention première, très vite notre regard parcours la partie basse du tableau pour découvrir tout cet univers fantastique. Les tonalitées accentuent cet effet en passant d'une lumière transparante en partie haute à des tonalitées beaucoup plus sombres et agressives dans la partie basse. La symbolique est simple : elle reprend le dualisme de la pureté et de la déchéance, de la lutte de l'esprit sur le corps. 


Une référence à la peinture de Jérôme Bosch n'est pas à exclure. Cest bien la partie basse du tableau qui aujourd'hui fascine, exacerbe notre imaginaire, nous questionne sur nos peurs et nos angoisses.
 


 


Pierre-Bruegel-le-recensement-a-Bethleem.jpgPierre-Bruegel-la-chutte-des-anges-rebelles.jpgPierre-Bruegel-l-ancien-le-combat-de-carnaval-et-careme.jpg
Pierre Bruegel la chute d'IcarePieter-Bruegel-Les-locutions-et-proverbes-n-erlandais.jpg Pierre Bruegel tower of babel la tour

 



Le triomphe de la mort, 1562, Musée du Prado, Madrid A la fin du XIVe siècle entre 1347 et 1349 la peste ravage l'Europe, l'ampleur du désatre est énorme, la population est réduite de moitiée, certaines régions durement touchées sont complètement désertées. La mort et ses ravages deviennent des thèmes récurant dans l'imaginaire européen, les danses macabres, les manisfestations du triomphe de la mort exerce une grande facsination. Cette fascination est reprise par l'Eglise qui place la peur […]

 



Le jardin des délices, 1504, Musée du Prado, Madrid. Le jardin des délices est l’une des œuvres les plus connu du peintre flamand Jérome Bosch. Ce tryptique peint entre 1503 et 1504 est une œuvre complexe dont l’interprétation reste aujourd’hui sujet à de nombreuses versions et digressions. A gauche du tryptique le peintre a représenté Adam et Eve au paradis terrestre, à la droite du tryptique une vision délirante de l’enfer dans la plus pur tradition de la peinture de Jérôme Bosch, à la […]

 

 

 

 



Kunsthistorisches Museum de Vienne Le repas de noces (1568) est une œuvre caractéristique du style de Bruegel, en représentant le monde paysan dans cet instant de festivité il se singularise par rapport à la production de son époque. Le monde rural n’attire pas l’attention de la bourgeoisie et de la noblesse, il est plutôt l’objet de moquerie et de sarcasmes, voir d’indifférence tout simplement. Bruegel lui expose ce monde comme faisant partie intégrante de la société, mainte fois il […]


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article

artigue 06/08/2010 09:07


Bonjour,"la tour de Babel" est présente au musée des Beaux Arts de Bruxelles: une salle de ce musée est consacrée à ce peintre. Sinon de beaux Bruegel aussi au musée des Beaux Arts de Lyon.
a bientôt
Jocelyne ARTIGUE


Thierry 16/05/2009 08:23

Dans le genre, je choisis Bosch (plutôt l'original que la copie, comme on dit !).

De Bruegel (un de mes peintres préférés), je préfère les oeuvres "réalistes", notamment celles avec des paysages sublimes, à une époque où la peinture de paysage était un genre nouveau. Là au moins, Bruegel était un avant-gardiste, pas un plagieur !

Je prépare d'ailleurs une série d'articles sur "la naissance de la peinture de paysage" (15e-16e siècle).

rafael 16/05/2009 12:20


salut, les talents de Bruegel sont multiples, je présenterai bientôt un paysage "le recenssement de Bethleem" et une scène de genre "la lutte de carnaval et carême", toutefois, ce tableau me
fascine, même s'il est proche de la peinture de Bosch, son originalité réside dans son dynamisme, le mouvement est omniprésent.
à bientôt
rafa