Lundi 22 avril 2013 1 22 /04 /Avr /2013 21:05
- Publié dans : PHOTOS XXe

Clergue lucien nu eau

 

En 1949, Lucien Clergue apprend les rudiments de la photographie. Quatre ans plus tard, lors d'une corrida à Arles, il force le destin en mettant ses photos sous le nez de Pablo Picasso. Celui-ci est subjugué et demande à en voir d'autres. Pendant un an et demi, le jeune Clergue travaille dans le but d'envoyer des photos à Picasso. C'est durant cette période que parallèlement aux « charognes », il crée la série des « Saltimbanques » ou « La grande récréation ». Le 4 novembre 1955, Lucien Clergue se rend à Cannes chez Picasso qui le reçoit à bras ouverts. Leur amitié durera près de trente ans, jusqu'à la mort du Maître en 1973. Le livre Picasso mon ami (Éditions Plume) retrace les moments importants de leur relation.

 

En 1968, il fonde avec son ami l'écrivain Michel Tournier le festival international de photographie des Rencontres d'Arles qui se tient chaque année à Arles au mois de juillet. Il invite à Arles les photographes les plus célèbres des États-Unis (Ansel Adams, André Kertesz, Robert Mapplethorpe…), du Japon (Eikoh Hosoe)… Ils donneront les premiers « atelier de photo » à Arles. Lucien Clergue a œuvré sans cesse pour la reconnaissance de la photographie comme un art à part entière au même titre que la peinture la gravure ou la sculpture. Il y parviendra en l'inscrivant en tant que telle au Ministère de la Culture, puis en contribuant à la création de l'École nationale de la photographie à Arles en 1982.

 

Lucien Clergue est certainement le seul autodidacte en France à être reçu Docteur en Photographie à l’Université de Provence, Marseille, en 1979. Sa thèse publiée sous le titre Langage des sables ne comporte aucun mot mais des images, c'est l'écriture avec la lumière, elle sera préfacée par Roland Barthes. Il est régulièrement invité dans les plus grandes universités étrangères telles que Harvard et donne de nombreuses conférences à l’étranger.

 

Clergue lucien nu 3

 

Clergue lucien nu fesse

 

Clergue lucien nu mer

 

Clergue lucien nu mer vague

Source: Wikipedia

 




Salgado, photographe brésilien, choisit lui-même ses projets aux quatre coins du Brésil : il travaille toujours en noir et blanc et avec une saturation minimale et observe la vie de ceux qui vivent et qui travaillent dans des conditions difficiles : migrants, mineurs, victimes de la famine… Un de ses reportages les plus renommés, intitulé La Mine d'or de Serra Pelada, porte sur le quotidien dans une mine d’or au Brésil, reportage dans lequel il parvient à décrire les conditions de travail […]

Communauté : La photo en Noir & Blanc
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 21 avril 2013 7 21 /04 /Avr /2013 11:28
- Publié dans : JAZZ, BLUES and ROCK'N'ROLL

 

 

 

Le Buena Vista Social Club était un célèbre club de musique de la banlieue de La Havane, à Cuba, qui, dans les années 1940, réunissait les plus célèbres musiciens de musique cubaine. Cinquante ans après sa fermeture, ce nom fut donné à un projet, imaginé par Nick Gold de la maison de disques World Circuit et du guitariste américain Ry Cooder, de réunir dans un même enregistrement des musiciens cubains « campesinos », soneros légendaires des années 1930, 40 et 50, et des musiciens d'Afrique de l'Ouest.

Coincés à l'aéroport de Paris, les Africains ne pourront pas se rendre à Cuba, et finalement, l'enregistrement de l'album s'effectuera sans eux. L'album fut également nommé Buena Vista Social Club (en l'honneur de ce célèbre Club). Il rencontra un tel succès que le groupe fut incité à se produire sur scène à Amsterdam en 1998, suivi de plusieurs concerts au Carnegie Hall de New York.

Le cinéaste Wim Wenders fut sollicité pour les filmer. Il en fit un documentaire, en ajoutant les interviews, effectués à La Havane, des différents musiciens. Le film fut lui aussi intitulé Buena Vista Social Club.

Disparu après la révolution cubaine de 1959, le club était situé « Calle 41 » entre les no 46 et 48, à Marianao dans la banlieue de la Havane.


 


Considéré avec Charlie Christian, Joe Pass et Wes Montgomery comme l’un des meilleurs guitaristes de jazz ayant existé, Django Reinhardt est aujourd’hui encore une influence majeure pour la plupart des guitaristes à l’instar d’Andrès Segovia, Mark Knopfler ou de Jimi Hendrix dans des styles bien différents. Son style profondément original, entre Jazz et musique Tzigane, s’est depuis lors développé en un genre musical à part entière, le Jazz manouche. Ce style est devenu un véritable […]


En 1959, Astrud Giberto épouse le chanteur et guitariste brésilien João Gilberto, que certains considèrent comme le père de la bossa-nova, avec qui elle part pour les États-Unis en 1963. C'est aux États-Unis qu'elle rencontrera Stan Getz, avec qui elle enregistrera notamment, en 1963 The Girl from Ipanema, sur une composition de Tom Jobim, qui est devenu un standard et a été repris par de nombreux artistes. Dans cette version, qui est probablement la plus connue de ce morceau, João Gilberto […]

 


Communauté : Les Amis de La Musique
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 20 avril 2013 6 20 /04 /Avr /2013 18:26
- Publié dans : ART MODERNE

Picasso Jacqueline with Flowers

 

En 1953, Françoise Gilot quitte Picasso. En juin 1954, une nouvelle femme entre dans sa vie, Jacqueline Roque. Il voit en elle une image idéale de la beauté méditerranéenne, celle des paysannes de Gosol qu'il n'a jamais oubliées (et qu'incarnait alors Fernande), celles de Femmes d'Alger de Delacroix, tableau du musée du Louvre qu'il réinterprète bientôt.

 



Musée Berggruen, Berlin Picasso a peint Matador et femme nue en 1970 à Mougins. Le tableau fait partie d'une série sur le thème de la tauromachie. Cette peinture d'un couple illustre les thèmes, récurant chez Picasso, de l'art et la vie et de l'homme et la femme. Agé de 89 ans lorsqu'il la peinte, cette oeuvre fait partie des derniers tableaux du grand maître. On y sent encore toute la force du combat perpétuel entre l'homme et la femme, sur fond de décor méditérannéen. L'homme, c'est le […]


Musée Berggruen, Berlin Klee peint ce tableau en 1924 au plus fort de sa carrière artistique. La simplicité du propos frappe de prime abord. Une figure dessinée, agrémentée de deux boutons en guise d'yeux et la bouche minimaliste, quasiment scellée, illustrent parfaitement le propos de l'artiste. Klee intégre dans le taleau les éléments même du titre sous forme de fragment qui participent à la composition d'ensemble, habile mélange du dessin et du graphisme. Picasso - Matador et femme nue […]

Communauté : Le grand bazar
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 19 avril 2013 5 19 /04 /Avr /2013 19:09
- Publié dans : NATURALISME et IMPRESSIONISME

 

Jongkind Rotterdam

 Rotterdam

 

Dans les années 1860, Jongkind travaille et expose avec les peintres de l'école de Barbizon. Il a une grande influence sur Eugène Boudin et Claude Monet qu'il rencontre en 1862 lors de séjours communs à la Ferme Saint-Siméon à Honfleur, il construira une longue amitié avec ces trois peintres. Ses marines et scènes côtières ont une grande fraîcheur. Contrairement aux impressionnistes, il exécute ses toiles à l'atelier d'après ses croquis et ses aquarelles réalisés à l'extérieur. Il acquiert petit à petit la célébrité et les marchands d'art les plus célèbres du temps, tels Hector Brame ou Adolphe Beugniet, qui exposent ses toiles dans leurs galeries.

 

En août 1873, Jongkind découvre le Dauphiné. Il arrive à la gare de Chabons. Il réside alors à Pupetières avec le couple Fesser, son "bon ange", pendant une partie de l'année. Monsieur Fesser est cuisinier au service du marquis de Virieu. En 1878, il vient habiter à La Côte-Saint-André, village natal d'Hector Berlioz, pour y mener une existence paisible. Il produira, dans sa période dauphinoise, beaucoup d'aquarelles. Il n'est plus tenu à peindre de commande, il est au contact des habitants et des paysans qu'il croque. Sa sensibilité exacerbée l'amène à être interné à Saint-Egrève. Il est enterré à La Côte-Saint-André.

 

Jongkind la seine

 La Seine

 

Jongkind paysage

 

Source: Wikipedia

 




Waldmüller (1793-1865) s'intéressa progressivement à la nature, et se mit à peindre des paysages. C'est dans ce genre que son style atteindra la plus grande originalité : son sens des couleurs et sa bonne connaissance de la nature l'aidèrent à réaliser quelques toiles remarquables. Waldmüller fut un temps professeur à l'académie des beaux-arts de Vienne, mais eut régulièrement des disputes avec l'élite viennoise en raison de ses critiques au sujet du système de l'académie, qu'il voulait […]



« …je m’arrêterai devant une toile huchée sur un chevalet, un paysage d’été où le soleil pleut furieusement sur un champ de blé. C’est là le meilleur paysage que je connaisse de M. Pissarro. Il y a sur ce champ un poudroiement de soleil, un tremblement de nature chauffée à outrance, curieux. » Huysmans, L’Art Moderne, 1883, Exposition des Indépendants en 1880. Octave Mirbeau - Camille Pissaro "On peut voir dans la galerie Durand-Ruel une exposition de cent toiles de M. Camille Pissarro : […]

Communauté : Le grand bazar
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Rechercher

LANKAART

EVEILLEZ-VOUS A L'ART: LANKAART UN ARTICLE PAR JOUR

Recommander

FLUX RSS

  • Flux RSS des articles

Facebook et Twitter

Lankaart sur Facebook

 

Lankaart sur Twitter

Images Aléatoires

  • Prud'honSchimmelpenninck Family
  • Vallotton 1865-1925, Felix, Switzerland jeune femme
  • Poussin neptune
  • Wilkinson-Eyre-serre-alpine-Davies-Kew-garden-londres--2-.jpg
  • Berenice Abbott new york (5)
  • Nobuyoshi Araki (2)

Lankaart en Espagnol

Derniers Commentaires

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés