Vendredi 19 avril 2013 5 19 /04 /Avr /2013 19:09
- Publié dans : NATURALISME et IMPRESSIONISME

 

Jongkind Rotterdam

 Rotterdam

 

Dans les années 1860, Jongkind travaille et expose avec les peintres de l'école de Barbizon. Il a une grande influence sur Eugène Boudin et Claude Monet qu'il rencontre en 1862 lors de séjours communs à la Ferme Saint-Siméon à Honfleur, il construira une longue amitié avec ces trois peintres. Ses marines et scènes côtières ont une grande fraîcheur. Contrairement aux impressionnistes, il exécute ses toiles à l'atelier d'après ses croquis et ses aquarelles réalisés à l'extérieur. Il acquiert petit à petit la célébrité et les marchands d'art les plus célèbres du temps, tels Hector Brame ou Adolphe Beugniet, qui exposent ses toiles dans leurs galeries.

 

En août 1873, Jongkind découvre le Dauphiné. Il arrive à la gare de Chabons. Il réside alors à Pupetières avec le couple Fesser, son "bon ange", pendant une partie de l'année. Monsieur Fesser est cuisinier au service du marquis de Virieu. En 1878, il vient habiter à La Côte-Saint-André, village natal d'Hector Berlioz, pour y mener une existence paisible. Il produira, dans sa période dauphinoise, beaucoup d'aquarelles. Il n'est plus tenu à peindre de commande, il est au contact des habitants et des paysans qu'il croque. Sa sensibilité exacerbée l'amène à être interné à Saint-Egrève. Il est enterré à La Côte-Saint-André.

 

Jongkind la seine

 La Seine

 

Jongkind paysage

 

Source: Wikipedia

 




Waldmüller (1793-1865) s'intéressa progressivement à la nature, et se mit à peindre des paysages. C'est dans ce genre que son style atteindra la plus grande originalité : son sens des couleurs et sa bonne connaissance de la nature l'aidèrent à réaliser quelques toiles remarquables. Waldmüller fut un temps professeur à l'académie des beaux-arts de Vienne, mais eut régulièrement des disputes avec l'élite viennoise en raison de ses critiques au sujet du système de l'académie, qu'il voulait […]



« …je m’arrêterai devant une toile huchée sur un chevalet, un paysage d’été où le soleil pleut furieusement sur un champ de blé. C’est là le meilleur paysage que je connaisse de M. Pissarro. Il y a sur ce champ un poudroiement de soleil, un tremblement de nature chauffée à outrance, curieux. » Huysmans, L’Art Moderne, 1883, Exposition des Indépendants en 1880. Octave Mirbeau - Camille Pissaro "On peut voir dans la galerie Durand-Ruel une exposition de cent toiles de M. Camille Pissarro : […]

Communauté : Le grand bazar
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 17 avril 2013 3 17 /04 /Avr /2013 19:08
- Publié dans : ART MODERNE

klee cat and bird moma

MOMA, New-York, 1928.

 

"Il est évident que Klee est fasciné par la vie intérieure de ses sujets. On le voit à sa façon de représenter le chat pensant à un oiseau dans Chat et Oiseau ...

Dans Chat et Oiseau une des oeuvres de Klee immédiatement reconnaissable le nez en forme de coeur et la langue rouge pendue s'alignent avec le regard concentré et figé du chat qui imagine un oiseau. Comme Picasso Klee était sans aucun doute un amoureux des chats. Le chat est d'ailleurs un thèùme récurrent dans beaucoup de leurs oeuvres."

Eric Shanes

 


Musée Berggruen, Berlin Matisse, peintre phare du XXe siècle, poussa la technique du découpage très loin dans le dépouillement et le recherche de l'essentiel, évocation du mouvement et de la grace avec un minimum de moyen. Réalisé en 1952, à la fin de sa vie, la Danseuse acrobate illustre parfaitement cette recherche. Depuis la Danse réalisé en 1930, Matisse poursuit cette quête du mouvement, ici le corps de la danseuse est en levitation dans le vide, suspendu éternellement au-dessus du […]

 

 


La nuit de l'Amour. "Beaux compas, simulez la courbe des soleils Le cuivre de mes yeux n’est pas un faux métal Où max Ernst ait cherché le secret des oreilles Qui savent les secrets des savoureux dédales" Robert Desnos, 1922 Max Ernst - L'ange du foyer «Il s’agit là d’un tableau que j’ai peint après la défaite des Républicains en Espagne. C’est évidemment un titre ironique pour désigner une sorte d’animal qui détruit et anéantit tout sur son passage. C’était l’impression que j’avais à […]

 

 


 

Communauté : Le grand bazar
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 16 avril 2013 2 16 /04 /Avr /2013 00:07
- Publié dans : ARTS GRAPHIQUES BD XXe et XXIe

Ogure Ito Air-Gear manga

 

La qualité principale d'Ogure Ito reste la précision graphique ; le design des personnages est très soigné. Ils sont tous dotés d'une plastique très aguichante et sensuelle. Mais l'auteur va plus loin, il soigne également le style vestimentaire de ses personnages et on voit qu'il s'inspire de la mode urbaine, au look jeune et dynamique. Notons aussi que son style dépasse le cadre des genres qu'il choisit par la présence d'une violence physique recherchée par les protagonistes. Sans que la violence morale soit en reste. Seule l'amitié reste une valeur sûre. En somme on est loin du cadre idéal des manga classiques et on voit bien l'effort d'une représentation et d'une évolution de ses personnages dans un univers crédible. La mise en scène est également remarquable par son dynamisme parfois difficile à saisir mais qui plonge le lecteur dans l'action ; l'immersion se fait naturellement.

 

L'auteur ne passe pas de message particulier dans ses histoires, mais propose des individus non manichéens ayant leur propre morale. Les filles ont une place privilégiée, sages et posés elles encadrent les personnages masculins

 

 

Ogure ito air gear 1

 Ogure ito air gear

Ogure ito air gear 4

 Ogure ito air gear 2 Ogure ito air gear 3

 

Source: Wikipedia

 

 




Hayao Miyazaki est un dessinateur de manga, un réalisateur de films d'animation japonais et le co-fondateur du Studio Ghibli. Il est né le 5 janvier 1941 à Tōkyō, au Japon. Presque inconnus en Occident en dehors des cercles d’amateurs de dessins animés et de manga jusqu’à la sortie internationale de Princesse Mononoké en 1999, ses films rencontrent aujourd’hui un grand succès partout dans le monde et surtout au Japon où certains ont battu des records d’affluence. Il explore souvent les m […]

Communauté : l'art pour tous
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 15 avril 2013 1 15 /04 /Avr /2013 18:17
- Publié dans : ART MODERNE

Picasso autoportrait face à la mort

 

Les 15 dernières années de la vie de Picasso sont souvent appelées « Jacqueline ou la liberté du grand âge ».

Fatigué, vieillissant, sa dernière femme Jacqueline n’accepte plus que quelques rares visites dans leur dernière demeure : le Mas de Notre Dame de Vie à Mougins. Le peintre décide de se consacrer uniquement à son travail. Ces dernières années riment avec solitude. Matisse, Braque, Cocteau… :« tous ses amis sont morts » précise Jacques-Louis Binet. Mais Jacqueline est là pour le protéger.

Quelque temps après une opération de la vésicule biliaire qui se déroule avec succès, le peintre âgé de 85 ans en 1968 se remet au travail et grave quelque 360 burins en 6 mois. Les frères Crommelynck, graveurs venus l’assister, n’arrivent pas à suivre la cadence !

« Il développe deux thème dans ses gravures : le mousquetaire espagnol et une explosion d’érotisme » nous explique Jacques-Louis Binet. « Ses mousquetaires ont un côté jeune, revanchard, avec une certaine noblesse dans les jeux de capes, de chapeaux et d’épées. Mais il en fait aussi des voyeurs, obsédés par les femmes. Si l’érotisme a toujours apparu dans l’œuvre de Picasso, il est d’après Pierre Daix explosif dans ses gravures ».

Ses gravures se résument en trois mots : la femme, la mort et l’obsession sexuelle.

 

Source: http://www.canalacademie.com

 



Dora Maar, compagne de Picasso, restera à tout jamais « la Femme qui pleure », de 1937. « Pour moi elle est une femme qui pleure. Pendant des années, je l'ai peinte en formes torturées, non par sadisme ou par plaisir. Je ne pouvais que donner la vision qui s'imposait à moi, c'était la réalité profonde de Dora. » Picasso Picasso compose d'éblouissantes variations sur ses larmes, tandis que dans les yeux de Dora vont s'inscrire bientôt les bombardiers de Guernica. Après la destruction du […]


(The Solomon R. Guggenheim Foundation. 2011, ProLitteris, Zürich) En 1939, sujet allemand, Ernst est interné à Bargentière, puis au camp des Milles. Après la libération, Ernst émigre vers New York où il arrive en juillet 1941. L'année suivante, il épouse la milliardaire Peggy Guggenheim. C'est le début d'une grande période dans l'oeuvre de Ernst qui peint successivement L'Anti-Pape (1942), L'Oeil du Silence (1944), Cocktail Drinker (1945) et Noces Chimiques (1948). Max Ernst - Europe - […]

 

Communauté : Le grand bazar
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Rechercher

LANKAART

EVEILLEZ-VOUS A L'ART: LANKAART UN ARTICLE PAR JOUR

Recommander

FLUX RSS

  • Flux RSS des articles

Facebook et Twitter

Lankaart sur Facebook

 

Lankaart sur Twitter

Images Aléatoires

  • enlumnure enfer - Copie
  • Pascal Colrat 4
  • tosa mitsuyoshi The Royal Outing (3)
  • Burundi bouteille (2)
  • Tchao Mong fou (Zho Mong Fu) chevaux chine yuan (2)
  • Lowy benjamin Libyan-Uprising 9

Lankaart en Espagnol

Derniers Commentaires

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés