Jean Ranc - Vertumne et Pomone

Publié le 22 Janvier 2018

Jean Ranc - Vertumne et Pomone

 

« J’aime beaucoup les deux figures de femmes, par Jean Ranc, neveu de Hyacinthe Rigaud, né à Montpellier en 1674, mort à Madrid en 1735. »

 

Renaud Camus, Journal d’un voyage en France

 

« L’une des femmes, celle qu’on voit d’abord, est jeune et jolie. Elle tient une ombrelle. Autour d’elle trois massifs de plis : sa robe rouge et un tissu argent et doré qui apparaît derrière son visage et aussi à droite, tombant d’une table qui porte un panier de fruits. L’autre femme, au premier plan, est très âgée ; elle est vêtue beaucoup plus simplement ; son profil est merveilleux. Les volumes du tissu sont quasiment pontormesques, comme l’est le profil très net de la vieille. Le visage de la jeune femme relie le tableau à la peinture de cour française du XVIIIe siècle, genre Nattier. L’ombrelle et les frondaisons d’un parc évoquent le premier Goya. Il n’y a pas de titre. On imagine le thème classique de la vieille courtisane réduite au rôle de duègne ou même d’une servante auprès d’une jeunesse : règne, je suis ton futur. Le Guide Bleu ne parle pas de cette œuvre. [J’ai du mal aujourd’hui à déchiffrer mes hâtifs griffonnages concernant ce tableau. Des amis auxquels je l’avais recommandé et qui l’ont vu cet été n’en ont pas été autrement impressionnés. Sait-on à quel caprice d’humeur et de lumière est due la séduction d’une toile, dans un musée ? Celle-ci est placée, si je me souviens bien, en face d’une porte. On la voit de loin, en arrivant. Peut-être est-ce tout son mérite.]

 

Renaud Camus, Journal d’un voyage en France 

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article