Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cracovie - Cimetière juif

Cracovie - Cimetière juif

En Pologne, les cimetières juifs, cmentarz żydowski (pluriel cmentarze żydowskie) sont également appelés par les polonais kirkut (pluriel kirkuty) qui est un nom dérivé de l'allemand kirkhof (Kirche hof). Les juifs utilisent plusieurs terminologie pour désigner le cimetière comme Beth ha-kevaroth (la maison des tombes), Beth Olam (la maison de la vie éternelle), Beth ha-hayim (la maison de la vie).
Dans les temps très anciens, les défunts étaient généralement inhumés sur les lieux mêmes où ils avaient vécus, sur leur terre, dans une grotte voisine.
Le premier enterrement dont il est fait mention dans la Bible est celui de Sarah, la femme d'Abraham.
Autrefois, la tombe était recouverte d'une pierre blanchie. Mais plus généralement, les tombes étaient recouvertes de pierres afin que les sépultures ne soient pas retournées par des animaux. Les voyageurs qui passaient à proximité d'une tombe juive prirent l'habitude de déposer une pierre par reconnaissance au mort et pour consolider le petit édifice de pierres. C'est de cette très ancienne tradition que nous vient la coutume de déposer un caillou lorsqu'on se recueille sur une tombe juive.

Shabbat Goy Traces juives en Pologne

Cracovie - Cimetière juif
Cracovie - Cimetière juif
Cracovie - Cimetière juif
Cracovie - Cimetière juif
Cracovie - Cimetière juif

L'accès nouvellement facilité sur le territoire polonais permis à de nombreuses associations juives de l'étranger aidées par des autorités locales et régionales de réunir des fonds afin de procéder aux premières restaurations de cimetières juifs, en dépit des priorités budgétaires locales dans le contexte d'une Pologne en pleine restructuration économique et industrielle dans les années 1990. Il s'avérait que les fonds nécessaires à la restauration et à l'entretien d'un cimetière étaient plus faciles à réunir que ceux qu'ils fallaient rassembler pour la restauration d'une synagogue, ce qui pose toujours un problème, essentiellement dans les petites communes anciennement des Shtetl, où les communautés juives ont disparues depuis la guerre et où les fonds pouvant être alloués restent très limités.
Avec les années 2000 est apparu une nouvelle génération de polonais née au milieu des années 1970 et durant les années 1980 qui portent un nouveau regard sur leur histoire et sur leur passé. La génération d'après guerre n'avait pas été vraiment sensibilisée sur l'histoire et le patrimoine juif dont l'histoire fut longtemps occultée des programmes scolaires et du système éducatif national au profit d'une Pologne longtemps présentée comme unique victime du nazisme (le mot holocauste fait sa première apparition dans un ouvrage scolaire en 1993). Aussi une partie de cette nouvelle génération se sensibilisa progressivement au patrimoine juif encore très riche en Pologne. De nombreuses villes et villages procédèrent et continuent aujourd’hui la restauration de leur cimetière juif présent sur leur commune, comme par exemple dans la ville de Chrzanów dans la région est d'Auschwitz, où résidait une forte communauté juive de 20 000 personnes avant la guerre, et où un important travail de restauration a été mené en 2007 à l'initiative des autorités locales et des représentations juives polonaises dans ce cimetière qui abrite plus de 3000 tombes.

Shabbat Goy Traces juives en Pologne

Cracovie - Cimetière juif
Cracovie - Cimetière juif
Cracovie - Cimetière juif
Cracovie - Cimetière juif
Cracovie - Cimetière juif
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article