Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lascaux 4 - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta

Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta

"Le projet d’un nouveau Lascaux est né il y a déjà quelques années, mais il se concrétise vraiment en janvier 2014. Les travaux commencent peu de temps après, en avril. Ce sera donc Lascaux IV qui voit le jour en 2016. Mais ce sera bien plus que la grotte elle-même. Nommé « Centre International de l’Art Pariétal de Montignac -Lascaux », ce n’est pas un musée ou une grotte au sens classique du terme, mais un centre d’interprétation qui a pour objectif de mettre en valeur et d’expliquer un site et ses richesses, mais aussi son lien avec les autres grottes ornées dans le Monde.

Son architecture fait partie intégrante du projet lui-même. Construit au pied de la colline de Lascaux, le bâtiment semi-enterré s’intègre parfaitement dans le paysage. Il donne le sentiment d’une incision à la limite entre la vallée et la colline. Tourné vers le village de Montignac, sa grande façade en verre évoque un contraste avec le béton brut du bâtiment, entre intérieur et extérieur, pénombre et lumière, le visiteur est invité à se laisser guider dans cet univers. L’accent est porté sur les nouvelles technologies afin que le visiteur soit accompagné dans sa découverte de Lascaux, comme les hommes préhistoriques l’étaient lors de leurs visites."

http://www.lascaux-dordogne.com/fr/lascaux-iv-des-nouvelles-du-chantier

Architectes:

Snøhetta - Duncan Lewis Scape Architecture - SRA ARCHITECTES

Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - SnøhettaLascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - SnøhettaLascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta

" L’art des troglodytes du Périgord n’est pas l’art impossible de l’enfance humaine, mais l’art nécessaire de la jeunesse humaine, la première synthèse imposée par le monde extérieur naïvement interrogé à la sensibilité d’un homme, et restituée par lui à la communauté des hommes. L’intuition synthétique des commencements de l’esprit rejoint, pardessus cent siècles d’analyse, les généralisations des génies les plus héroïques, aux âges les plus civilisés. La philosophie naturelle ne confirme-t-elle pas la plupart des pressentiments des cosmogonies mythologiques ?

... Partout des bêtes sauvages, des poissons. Il puise en eux, qui sont mêlés à tous les actes de son existence, ce profond amour des formes animales qui fait ressembler ses œuvres à des sculptures naturelles, ossements tordus par le jeu des muscles, beaux squelettes sculptés par les puissances ataviques des adaptations fonctionnelles. Tout le jour, il voit ces bêtes vivantes, paisibles ou traquées, broutant ou fuyant, il voit des flancs haleter, des mâchoires qui s’ouvrent et se ferment, des poils agglutinés par le sang et la sueur, des peaux ridées comme des arbres, moussues comme des rochers. Le soir, dans la caverne, il écorche les bêtes mortes, il voit les os apparaître sous les chairs déchirées, les aponévroses luisantes s’épanouir sur les surfaces dures, il étudie les belles voûtes lisses des cavités et des têtes articulaires, les arcs des côtes, des vertèbres, les leviers ronds des membres, les épaisses armures des bassins et des omoplates, les mâchoires fleuries de dents. Sa main qui travaille l’ivoire ou la corne est familiarisée au toucher des squelettes, âpres arêtes, courbes rugueuses, plans silencieux et soutenus, et c’est pour elle une joie profondément sensuelle que de sentir Tes mêmes saillies et les mêmes surfaces naître de son propre travail. L’artiste, par grands éclats sûrs, taille le manche des poignards, cisèle l’ivoire poli en forme de bêtes, mammouth aux quatre pieds unis, rennes, bouquetins, têtes écorchées ou vivantes. Quelquefois même il s’essaie à retrouver dans la matière les formes de la femme aimée, de la femelle troglodyte dont les hanches sont larges, le ventre couvert de poils et rompu par la maternité, dont la chair chaude est accueillante pour noyer son désir et pour endormir sa fatigue. "

Elie Faure Histoire de l'Art

Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - SnøhettaLascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - SnøhettaLascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - SnøhettaLascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - SnøhettaLascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - SnøhettaLascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - SnøhettaLascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - SnøhettaLascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - SnøhettaLascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Lascaux 4  - le Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux - Snøhetta
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article