Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Redon - L'araignée souriante

Redon - L'araignée souriante

"Redon était du côté de ‘l’Idéal », cher à Octave Mirbeau, l’ami et défenseur des impressionnistes, tandis que Manet représentait une autre face de la modernité alors en pleine ascension.

Cet « Idéal », l’Imaginaire, s’oppose au naturalisme académique qui dominait le goût de l’époque. Mirbeau, lui même, alors en délicatesse avec le naturalisme littéraire et pictural, rêvait d’ouvrir plus grands sur le réel, les yeux de ses contemporains, et pour cela d’associer intention réaliste et puissances de l’imagination. Il reconnaissait la force d’évocation des œuvres d’Odilon Redon.

Pourtant, exclusivement tournée vers le rêve, l’occulte et l’inconscient, cette œuvre ne devait pas le  satisfaire entièrement. Redon est un artiste symboliste, plus proche des préoccupations ésotériques des Nabis que du réalisme impressionniste. Il a pourtant participé à la dernière exposition du mouvement en 1886, mais sans partager ses préoccupations, qu’il trouvait « trop bas de plafond ». La « Nouvelle peinture » avait les idées larges et n’était décidément pas monolithique!

Je ne serai pas le premier à préférer les « noirs », dessins au fusain de sa première période (1880-1900 environs). Ils précèdent sa découverte de la couleur et ses célèbres pastels… Redon est d’abord un dessinateur. Et tant pis (ou tant mieux) s’il ne maîtrise pas toujours parfaitement les subtilités du dessin académique. Comme tous les grands artistes, il sublime ses faiblesses et du plomb fait or. Ses fusains, estompés, rehaussés, grattés… nous attirent dans les profondeurs de l’ombre; ses lithographies, sont des « illustrations » pour des auteurs dont la liste est à soi seule un choix esthétique: Alan Edgar Poe, Baudelaire, Huysmans, Mallarmé, et Flaubert, le symboliste de la « Tentation de Saint Antoine » plus que le naturaliste auteur de Madame Bovary… Jamais littérales, elles ouvrent d’autres dimensions aux textes plutôt que de les mettre servilement en images.

L’œuvre est alors très forte, très noire et comme l’affirmait Redon dictée sous l’emprise directe de son inconscient."

Source: http://rillon.blog.lemonde.fr/

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article

Guiheneuc 14/06/2016 17:05

Que c'est extraordinaire d'avoir cette imaginaire constructive qui laisse l'expression libre, merci